Info

scopie

0 57 secs
La Vie Est Belle Voyages
La Mayenne en fête ©France Bleu
De part son succès grandissant, la Mayenne organise une nouvelle fois un pique-nique géant, convivial pour tous nous réunir !
By

Comme chaque année la Mayenne organise un gigantesque pique-nique à Laval. Cet événement, dont le succès grandit années après années, rassemble les Mayennais et tous ceux qui veulent venir pour célébrer la fête nationale en mode « green » et conviviale !

Comme le dit le diction, « plus on est de fous, plus on rit », alors soyez les bienvenus à Laval et autour de la capitale mayennaise pour ce pique-nique géant organisé depuis le centre ville et tout au long de la Mayenne. Au cœur de la ville de nombreuses activités culturelles, sportives, scientifiques et ateliers seront proposées aux visiteurs.

En 2016, ils étaient 20 000 à participer à cet événement annuel et convivial, où on partage rire et gourmandises. Cette année, La Mayenne à Table place les communes au cœur de ce grand rendez-vous, les associations, écoles, bénévoles et habitants s’impliquent pour exploser les scores. Spectacles, démonstration de métiers et de savoir-faire pour les entreprises, artistes de rue… Ça promet…

Vous avez carte blanche pour vous amuser. L’objectif : être le plus nombreux possible pour se réunir autour de la solidarité. Tout le monde y trouve son compte. Petits et grands s’éclatent en Mayenne pour le 14 juillet !


INFOS PRATIQUES

Pour toute(s) autre(s) information(s), contacter par mail : lamayenneatable@radiofrance.com ou par téléphone le standard France Bleu Mayenne au 02 43 49 50 50

PLUS D'ARTICLES

Rotterdam recycle ses rooftop en restaurants et bars branchés
C‘est atavique chez le Hollandais… il faut gagner de la
Une ferme flottante à Rotterdam ville écoresponsable !
A travers le monde, de plus en plus de villes
Découvrez la nouvelle collection Côte d’Azur
Impulsée par David Lisnard, Président CRT Côte d’Azur France, saluons
Pour le ski, vous êtes plutôt Dubaï ou Stubai ?
Fin de la comparaison. Si vous êtes partagés pour donner

Loisirs &

Culture

0 2 mins
La Vie Est Belle Voyages
Il suffit d'une rencontre de Patrick Buchard
Parler de la "maladie alcoolique"
By

L‘alcoolisme est un fléau national, mondial. La consommation d’alcool ne cesse d’augmenter, partout, dans toutes cultures.

Face à l’inertie des gouvernements, à la contrainte d’accepter un « marché » extrêmement juteux, certaines voix s’élèvent. Peu sont entendues tant l’imprégnation alcoolisée de notre monde est un « standard » accepté et… encouragé.

Parler de la « maladie alcoolique »
Nous savons de source sûre qu’un livre sortira d’ici la fin de l’année qui traitera de la question au travers l’histoire vécue d’un tout jeune homme qui « s’est alcoolisé » pendant dix ans jusqu’à en presque perdre la vie ! Nous vous en reparlerons en temps utile. En attendant, il faut lire le livre de Patrick Buchard, lui aussi alcoolique abstinent depuis plus de trente ans. Dans ce livre, il survole son état de malade alcoolique au profit de son travail de « client expert ». Il a crée en 1989 le premier cabinet d’alcoologie en entreprise basé sur le concept de « sevrage ambulatoire » au poste de travail. Il intervient donc en entreprise et évite le déclassement des victimes de cette maladie.

Avec de mots simples et des témoignages poignants, il raconte et explique comment prendre conscience de sa maladie alcoolique, comment mettre en place une méthode qui fonctionne, comment renaître de ses cendres après avoir rencontré le feu alcoolisé et comment tenir le cap de l’abstinence.


INFOS PRATIQUES

Il suffit d’une rencontre de Patrick Buchard aux éditions Flammarion. ISBN : 9782081480193 – En librairies depuis avril 2019.

PLUS D'ARTICLES

La troisième Hemingway de Paula Mc Lain
La troisième Hemingway ? Un roman autobiographique de la vie
La Croatie vue par le guide Simplissime chez Hachette
Simple et pourtant si détaillé… Le guide Croatie de la
Nouveautés Routard : Pays de Bray et l’Oenotourisme en Hérault
La France est riche de ses magnifiques paysages et de

Dans ma

Valise

Avec la Go San Diego Card économisez du temps et de l’argent
La Vie Est Belle Voyages

La Go San Diego Card permet de bénéficier d’avantages non-négligeables qui vous feront gagner du temps et de l’argent….

Dans mon

Fourre-tout

Avec Ryobi, jardiner n’a jamais été aussi simple
La Vie Est Belle Voyages

De la tondeuse au souffleur, en passant par le broyeur de végétaux et la…

Gastronomie &

Gourmandise

0 [post-views]view 3 mins
Le Chalet de Boulogne ©JL
La Vie Est Belle Voyages
Art de Vivre Juin 19, 2019
De la musique, des bons vins, du bon miam et de la bonne ambiance…

Après la fête de la musique le 21, c’est la fête au Chalet de Boulogne le 28. Vous ne connaissez pas encore ce tout nouveau lieu hyper cool et trendy de Boulogne dont nous vous avons déjà parlé ? Tant mieux, c’est le moment d’y aller… D’autant que les 50 premiers à arriver se verront offrir un cocktail de bienvenue !

La fête de la musique à J+8

Hehe… on ne fait rien comme tout le monde Au Chalet de Boulogne… On fête la musique après les autres pour mieux faire la fête, mieux prendre le temps de se connaître. De toute façon c’est le « credo » de ce charmant restaurant de quartier : sympathiser, créer du lien, afficher les dessins des enfants, accepter les chiens, les poules et les hamsters si le coeur vous en dit !

Le 28 juin au Chalet de Boulogne

A partir de 18h et jusqu’à 22h30/23h maximum (respect ! Faudrait pas embêter tous les voisins non plus) le Chalet de Boulogne (lire notre précédent article) se met en 19 pour vous recevoir en ami et prépare de quoi faire la fête sans se prendre la tête. Juger plutôt : Buffet à volonté, alcool non compris à 20 euros !  Pour les assoiffés voici les tarifs des boissons : 3,50 les demis de bières, 5€ la…

Grands hôtels

& Palaces

0 [post-views]view 4 mins
La chambre Louis XVI de l'hôtel Bonnemare.
La Vie Est Belle Voyages
Cinq chambres d'hôtes dignes des reines et des rois !

Entre Giverny et Rouen s’élève un joyau de l’architecture Renaissance, le château de Bonnemare. Un lieu protégé et singulier dédié aux amoureux de l’art, de la nature et de l’histoire. Et, bonne nouvelle, on peut y passer quelques nuits !

 

Comme dans un conte, on arrive par une longue allée de peupliers où sans aucun doute se promenait Raoul de Bonnemare, propriétaire de ce manoir médiéval, dont la légende rapporte qu’il hanterait encore les vieilles pierres et les bois du château.

Fréquenté par le beau monde

Si vous décidez de venir dormir au château de Bonnemare sachez que des invités prestigieux vous auront précédé, on dit que Charles VII et Charles IX aimaient à chasser ici. (nous espérons que ces pratiques d’un autre âge ont cessées). Les fondations datent de 1555 et 1563. Elles supportent un beau bâtiment composé d’un châtelet d’entrée, d’un corps central, de deux ailes qui l’encadrent, d’une chapelle, d’un corps de ferme et d’une cidrerie en fonctionnement. Au cours des siècles, les propriétaires se sont succédés jusqu’en 2006, quand Alain Et Sylvie décident d’y ouvrir les chambres d’hôtes classées Monuments Historiques. Venez donc les visiter et laissez vous conter l’histoire fabuleuse des Deux Amants qui se passa entre les murs…

Plongez au siècle des lumières

Imaginez-vous faire salon, écouter proses et vers dans une atmosphère paisible et raffinée propice à la rêverie. À cette époque, l’art de vivre et de recevoir se transforme, on ne reçoit plus…

Dans mon

Vanity

Veld’s, un voyage sensoriel au coeur du bien-être !
La Vie Est Belle Voyages

Chez Veld’s, les actifs sont aussi importants que la méthode. Nous adorons le « pinceau » associé aux produits contour…

Dans ma

Maison

Le nouvel Honor 10 au banc d’essai !
La Vie Est Belle Voyages

Quelle surprise pour les fans d’Iphone6, 8, 8Plus que nous sommes à la rédaction. Un téléphone chinois a fait vaciller nos convictions. Lequel ? Le Honor 10, la marque…

RTT /

Europe-France

0 7 mins
La Vie Est Belle Voyages
Manger sur les rooftops à Rotterdam ©JL
Retrouvons ici, les initiatives de la ville concernant l'usage des rooftop, ces espaces au sommet des immeubles qui doivent leur existence à la Seconde Guerre Mondiale, quand tout ayant été détruit, il a fallu reconstruire.
By

C‘est atavique chez le Hollandais… il faut gagner de la place sur la place. Les inventeurs du « polder » ne cessent décidément pas de le réinventer. Nous vous avons déjà parlé du positionnement « ecofriendly » de Rotterdam dans un précédent article. Retrouvons ici, les initiatives de la ville concernant l’usage des rooftop, ces espaces au sommet des immeubles qui doivent leur existence à la Seconde Guerre Mondiale, quand tout ayant été détruit, il a fallu reconstruire. En 2019, la ville affiche 15km2 de toits terrasses. Un record ! Et des fonctions forcément !

Les Hollandais, comme les anglo-saxons d’ailleurs, ont un sens aigu de la nature. Ils aiment la préserver et investissent depuis des décennies leur temps et argent personnel dans l’entretien du moindre espace vert dans les villes sans en référer à une autorité quelconque. C’est un engagement citoyen. La ville de Rotterdam est un étonnant mélange de buildings hyper modernes et de maisons et immeubles plus anciens où tout le monde se préoccupe d’apporter de la verdure, au pied des arbres, dans les platebandes, avec des plantations dans des pots et autour des bancs devant les maisons… Alors, quand la ville de Rotterdam s’est penchée sur la place, potentiellement récupérable au sommet des buildings, très vite l’idée est née de transformer ces espaces en aire de détente. Depuis, chacun y va de son « invention » verte. Résultat, aujourd’hui à Rotterdam, on peut prendre son petit déjeuner au sommet d’un building, au dernier étage d’une tour de ministère, dans un jardin fabriqué de toutes pièces entre trois immeubles.

Chaque quartier possède ses particularités. C’est un bonheur sans nom que d’explorer ses espaces, publics ou privés, souvent faits de bric et de broc dans l’esprit vintage, mais pas que… Dans Post-War district, les espaces verts sont nombreux et souvent dotés d’une fonction « sauvegarde de l’énergie », via des installations importantes de panneaux solaires. Dans le cœur de la ville où les espaces manquent, les rooftops sont vécus comme des extensions publiques bien utiles pour pratiquer des activités autour d’un verre ou d’un repas. Les enfants adorent ! Idem dans le 19TH Century District, un arrondissement de la ville très « serré »…

PLUS D'ARTICLES

Une ferme flottante à Rotterdam ville écoresponsable !
A travers le monde, de plus en plus de villes
Leiden, la ville de la tulipe, de l’argent et des beaux esprits
Si trop n’est jamais assez, alors Leiden (autre orthographe connue
Une collection lumineuse servie sur un plateau d’argent !
Dans la petite ville de Schoonhoven, à côté de Gouda
Gouda, une ville fondante
Si on vous dit Gouda, vous pensez gros fromage rond

Inso

Lite

Judith Lossmann 1, Août 2 mins
0 2 mins
La Vie Est Belle Voyages
Au festival Nature d'Argelès-sur-Mer, Regard sous la mer. ©Pascal Kobeh.
Vacanciers et locaux, vous avez jusqu'au 15 octobre, pour découvrir une centaine de photos nature grand format le long de la plage d’Argelès-sur-Mer.

La Nature à Argelès-sur-Mer. Voilà qui devrait attirer les promeneurs curieux et plaire aux amateurs de belles photos. Vacanciers et locaux, vous avez jusqu’au 15 octobre, pour découvrir une centaine de photos nature grand format le long de la plage d’Argelès-sur-Mer.

L’exposition qui fête ses dix ans cette année, fait voyager les visiteurs et argelésiens à travers les instants de la vie sous-marine :
« Un regard sous la Mer » de Pascal Kobeh et textes de Marie Lescroart : avec ses photos sous-marines impressionnantes, le photographe invite à un tour du monde à la rencontre des habitants des mers.
« Le singe qui voulait voir la mer » de Cyril Ruoso et textes d’Emmanuelle Grundmann : premier photographe en mission pour Enfants de la Mer, il présente cette année avec un regard chargé d’émotion et d’empathie, sa rencontre avec des macaques crabiers en Thaïlande.
« Les rivières d’ici » : le travail des enfants des écoles argelésiennes présente les trésors cachés des rivières de la région.
Vous pourriez vouloir en savoir plus à propos d’Argelès-sur-Mer. Il s’agit de la première station touristique du département des Pyrénées-Orientales. Elle est située entre mer et montagne à seulement 25 km au sud de Perpignan, pile aux pieds du Massif des Albères. La jolie commune d’Argelès –sur-Mer s’étend sur près de 6 000 hectares et 10km de plage. C’est un village traditionnel de la région qui possède deux réserves naturelles : celle du Mas Larrieu et la forêt de la Massane.
Très actif, l’Office Municipal de Tourisme d’Argelès-sur-Mer a pour mission de fédérer…

PLUS D'ARTICLES

Natura

Scopie

Judith Lossmann 19, Juin 5 mins
0 5 mins
La Vie Est Belle Voyages
Le Musée des animaux morts à Rotterdam ©JL
Les Néerlandais nous ont habitué à leur excentricité mais aussi à leur "conscience" naturaliste. Ils ont donc "inventé" un musée hors des sentiers battus, un musée d'histoires naturelles doté d'une exposition permanente sur les animaux morts à cause de la collision entre eux et les hommes.

Les Néerlandais nous ont habitué à leur excentricité mais aussi à leur « conscience » naturaliste. Ils ont donc « inventé » un musée hors des sentiers battus, un musée d’histoires naturelles doté d’une exposition permanente sur les animaux morts à cause de la collision entre eux et les hommes.

Vivement la colonisation de Mars, ça reposera la Terre !

Les hommes occupent de plus en plus de place sur la planète. Et, comme celle-ci ne grandit pas avec la soif dévorante de l’humanité, ils faut pousser les autres espèces. En Afrique les lions comme les éléphants disparaissent naturellement à cause de la présence humaine qui restreint jour après jour leurs espaces naturels et leurs périmètres de vie. Honteux, mais personne ne fait rien, on pense … fatalité ! Je dis vivement la colonisation de Mars, ça reposera la Terre.

En milieu urbain aussi les hommes tuent les animaux

Certes, c’est plus involontaire et moins visible, n’empêche les conséquences sont les mêmes pour le peuple animal qui a la malheureuse idée de vivre dans nos villes, voire seulement de la traverser, mieux de la survoler. C’est ainsi qu’à démarrer l’histoire de cette exposition permanente. Le musée d’Histoires Naturelles était alors en construction.

Le 5 juin 1995, à 5h55 – « that first makes people laugh and then think. »

Un canard mâle trompé par les reflets de la façade vitrée du musée s’emplafonne, se rompt le cou et tombe au sol, trois…

PLUS D'ARTICLES