jeudi 22 février 2024

Whaou ! Granville en Normandie

Whaou ! Granville en Normandie

C’est vert. C’est beau. On y produit du beurre, de la crème, des fromages grâce aux laits récoltés dans les douces prairies. On y mange très bien. Des poissons. Des crustacés. De la viande (avec modération) Ha, les richesses de la Normandie. C’est vaste la Normandie. Chacun à ses préférences, ses références. Deauville, Trouville, Caen, Le Havre, Honfleur, le Tréport, Dieppe… Aujourd’hui, partons dans le département de la Manche. Et plus précisément à Granville. Cette charmante petite ville en bord de mer érigée sur un rocher recèle de nombreuses bonnes adresses, des boutiques originales, d’excellents restaurants et un patrimoine intéressant. Sous oublier, le must do absolu dans un quartier tout à fait à part, à 17 kms des côtes : l’archipel de Chausey.

Granville, chemin du littoral.©JudeLo

Faisons un peu connaissance avec la « Monaco du Nord »

Quartier ultra prisé tant par les locaux que par les aimables bobos parisiens, la vieille ville garde les traces très anciennes d’une présence humaine. Sans remonter jusqu’au paléolithique, arrêtons-nous sur les événements qui firent Granville.
Depuis l’aube des temps « humains » les populations ont bien compris les attraits de cette exceptionnelle situation géographique. La raison sans doute à ce convoi de drakkars qui débarqua un jour ses hordes de Vikings. Lesquels abaissèrent leurs voiles pour s’installer définitivement et transmettre le caractère si particulier à cette peuplade de l’Ouest nommée les Normands ! Pas encore des Bretons mais ne vous y fiez pas !
Selon une légende très répandue, en 1066 le duc de Normandie Guillaume le Bâtard qui deviendra Guillaume le Conquérant aurait sollicité l’aide d’une certaine famille Grant pour sa conquête de l’Angleterre. En reconnaissance, il lui aurait offert les terres de la Roque de Lihou. Les Grant, dont on ne possède aucune trace, auraient été ainsi les premiers seigneurs de la ville après les Vikings. Ce serait à cette famille que l’on doit le nom de la ville. Puis, vinrent les guerres successives sur ces terres extrêmement attractives ! Puis, celle de Cent Ans qui opposa, une fois de plus, la France à l’Angleterre. Cet éperon rocheux était un lieu facile à défendre et les Anglais s’y cassèrent les dents à chaque tentative. En 1442, ils capitulent et s’en vont. Trois ans plus tard, la création de la charte des franchisés favorise un développement démographique sans précédent de Granville, la ville où l’on ne paie pas d’impôts !

La pêche à la morue

Avec le fourmillement des commerces, les Juifs s’installent à Granville dans un quartier et surtout une rue qui porte toujours leur nom. Ils y travaillent dur. Certains investissent dans les bateaux de bateaux qui partent au loin pour des campagnes de pêche à la morue de plusieurs mois. Ils créent aussi des entreprises spécialisées dans le tissage des voiles. Et voilà venu le temps des armateurs. Les protestants sont forts dans cette matière, ils la maîtrisent depuis longtemps. Dans la vieille ville ils érigent de belles maisons dont beaucoup sont toujours visibles et habitées. Elles sont bâties en granit de Chausey, le plus résistant qui soit au climat océanique assez violent qui règne sur ces côtes. Et, Granville devient l’une des places fortifiées les plus importantes de Normandie, toujours attaquée, jamais vaincue. Même les fameux Chouans y laissèrent leurs plumes. Eux qui pensaient que Granville serait la ville toute désignée pour remettre la royauté au goût du jour après l’assassinat de Louis VI, y abandonnèrent forces et hommes. Après une journée de combats pour assiéger la vieille ville – qu’ils étaient sûrs, les fiérots, de prendre-, ils décidèrent de fêter d’avance leur victoire du lendemain en pillant les caves de maisons rue des Juifs. Alcoolisés, fatigués, repus, le lendemain, il leur fut impossible de venir à bout du pont-levis (toujours visible). Entre le feu volontaire allumé dans les demeures juives où séjournaient encore les avinés et la résistance du pont-levis, rien n’y fit. Ils perdirent et rentrèrent dans leurs Landes natales. La République vivrait !
Plus tard, bien plus tard, le fils d’une belle famille, François de Matignon s’éprit d’une jolie fille de la tribu des Grimaldi. Oui, oui cette famille-là ! Avec son épouse il passait du temps à Monaco. Un jour on l’interrogea sur ses villégiatures, il répondit Je préfère ma Monaco du Nord. Ainsi naquit un lien entre Monaco et Granville qui perdure depuis, au point que le Prince Albert a récemment déposé une plaque sur la maison natale de François de Matignon.

Granville, une rue fleurie de la vieille ville. ©JudeLo

Vous ne connaissez pas encore Granville ?

La vieille ville avec ses terrasses, ses restaurants, des jolies boutiques. Ses rues étroites. Et à quelques jets de flèche, le centre de Granville, où tout est à moins d’un kilomètre disent les habitués, quelques rues et places avec des boutiques originales. Des commerçants indépendants ! Ça fait un bien fou de ne pas voir ces éternelles franchises ennuyeuses et ennuyantes. Non ici, on crée ses vitrines à son goût. Je vous le disais, pas encore des Bretons ces Normands mais ne vous y fiez pas. Ils ont le caractère bien trempé et ne s’en vantent pas ! La ville foisonne de points de vue étonnants sur la mer ultra présente, le port, la criée, la halle aux poissons, les plages. De belles balades tel le chemin du littoral.

Des occasions de venir à Granville ?

En plus de toutes celles qui précédent, l’art de vivre tout en douceur de cette jolie petite ville balnéaire est une fin en soi pour la découvrir. Mais ajoutons.
Un marché à la brocante mensuelle, très prisé des amateurs et des professionnels, où l’on peut chiner des objets et des tableaux toujours surprenants et souvent intéressants. (dixit Yves, notre vendeur d’art. Lire plus loin). C’est tous les troisièmes dimanches du mois, voilà qui vous laisse le temps de vous organiser.
Le musée d’Art Moderne de Richard Anécréon, sis en haute ville, propose une collection unique autour de Colette et Cocteau. En été et aux beaux jours, des transats sur le gazon invitent au repos et à la contemplation avant d’attaquer les marches pour descendre sur la plage.
La maison d’enfance de Christian Dior avec son jardin de roses est devenue le Musée Dior où s’expose la Haute Couture française. En été, on visite et l’on s’installe pour déguster un thé face à une vue magique sur la mer.

Granville, les voiles sous la lune. ©JudeLo

Les 7 et 8 octobre derniers se tenait un goûteux festival « Toute la mer sur un plateau ». A cette occasion unique, une fête est organisée sous la halle de la criée avec présentation des spécificités locales de la pêche. On sert l’assiette granvillaise avec les fameux bulots IGP GRANVILLE récoltés en pêche au casier responsable et écologique respectueuse des ressources. Une façon de refaire, dès aujourd’hui, le monde de demain que s’impose Granville. Elles ne sont pas IGP mais figurent au menu la poussette, nom du bébé araignée de de mer et la marguatte, autre nom de la seiche version grandvillaise.
Le carnaval de Granville est une « institution » à laquelle personne n’oserait de soustraire. On fabrique toute l’année des chars somptueux qui défilent dans les rues sous les haros de la foule en liesse. Cette fête païenne, commune à des nombreuses villes dans le monde, célèbre l’arrivée du printemps. À Granville, le carnaval est aussi le souvenir prégnant des marins-pêcheurs qui fêtaient à cette occasion, leur dernière soirée sur terre avant le départ des campagnes de pêche le lendemain. On raconte encore que nombre de jeunes gens se réveillaient à bord, la tête dans un étau d’avoir trop bu. Ils avaient signé… sans s’en rendre compte un engagement. Et ceci valait surtout pour la piraterie qui recruterait à tout va !

Et s’il ne devait y avoir qu’une seule raison de venir ? Chausey !

Le Marite en mer ©Schwart

Via la navette quotidienne qui circule tous les jours aller-retour (sauf si la météo est vraiment épouvantable), via des loueurs de bateaux privés, via le voilier, le Marité, tous les moyens sont bons de visiter l’archipel de Chausey. Le plus grand archipel d’Europe quand même avec ses 365 iles et îlots. Sis à 17 kilomètres du port de Granville, cet archipel se mérite. Il faut ab-so-lu-ment le visiter avec un professionnel ou un guide qui saura vous en présenter toutes les facettes et toutes les richesses. Chausey est une magie ! En savoir plus ici !

En conclusion, petite ville, petit rocher, petits îlots mais immenses plaisirs, merveilleuses découvertes, grands cœurs, belles tables et beaux produits se cachent derrière chaque centimètre carré de ce coin de la Manche !
P
erso, je suis fan ! Judith Lossmann


INFORMATIONS PRATIQUES

LA VIE EST BELLE VOYAGES

GRANVILLE NORMANDIE

 

Avant de venir !

Comité Régional de Tourisme de Normandie

  • normandie-tourisme.fr
  • pronormandietourisme.fr
  • tourisme-granville-terre-mer.com

Y aller ?

  • En voiture, environ 3H30 de trajet depuis Paris via les autoroutes.
  • En train depuis Paris Montparnasse. Environ 3h20, via la seule ligne TER de France qui roule Bio avec B100, un bio carburant à base de colza. Les gares desservies sont : Dreux, Verneuil sur Avre, L’aigle, Surdon, Argentan, Flers, Vire, Villedieu les poêles, Folligny, Granville.

Première adresse sur place

Un guide ?

  • Dominic Farrell – Pour info, il est très porté sur l’Histoire. Voir avec l’Office du tourisme de Granville

Granville, restaurant la Contremarche. ©JudeLo

MANGER À GRANVILLE

Granville, le restaurant le Loca Café. ©JudeLo

  • LA CONTREMARCHE est un restaurant authentique dans la veine des bistrots parisiens. Construit dans les murs de l’ancienne halle au poisson datant de 1827 dans la Haute-Ville de Granville, le restaurant propose une cuisine essentiellement élaborée à partir de produits frais, locaux et de saison afin de valoriser le travail remarquable des fournisseurs. Des menus naturels et simples. Convivialité, plaisir et partage sont les valeurs à retenir de cette expérience dans les remparts de la Haute-Ville de Granville.
    9 Pl. Cambernon, 50400 Granville – Tél.02 33 50 31 94 – lacontremarche.fr
  • LE PHARE ! Une adresse lumineuse ouverte jour et nuit ou presque. Une « place » très courue, mieux vaut réserver. On déjeune et dîne délicieusement dans ce restaurant où tous les poissons et fruits de mer proviennent directement de la criée, juste en face ! Plus court et plus locavore ça n’existe pas !
    11, rue du Port – 50400 Granville – Tél.02 33 50 12 94 – restaurant-le-phare-granville.com
  • LOCA CAFÉ – « Après 25 ans d’une cuisine étoilée à travers le monde, j’ai décidé, dit Stéphane Haissant le propriétaire cuisinier chef, de m’installer à Granville en 2021 pour écrire une nouvelle histoire plus personnelle, en ouvrant mon restaurant : le Loca Café. Ma cuisine est ponctuée de créativité, d’inspirations lointaines, mais sans jamais renier les bases de la cuisine française. La qualité des produits est au cœur de tous mes plats, avec une volonté forte de mettre en valeur mon engagement pour une gastronomie responsable, respectueuse des petits producteurs et de l’environnement. Au plaisir de vous accueillir pour partager ensemble un moment convivial. »
    24B rue Georges Clémenceau – 50400 Granville – Tél.02 33 69 03 12 –loca-cafe.frcontact@locacafe@gmail.com

 

PAUSE GOURMANDE À GRANVILLE

  • AVANT L’HEURE. Ni un café, ni un restaurant, ni un bar … Située en haut de la rue des juifs, ce charmant endroit à l’accueil sympa propose tout un tas de gourmandises à manger et à boire à toute heure. Café, brunch, pâtisserie et take away.
    44, rue des Juifs – 50400 Granville

DORMIR À GRANVILLE

  • IBIS PORT DE PLAISANCE. C’est un Ibis, sans autre intérêt que son emplacement au Port de Plaisance. On peut dormir fenêtre ouverte sur le bruit des marées. Chambres minuscules pas adaptées aux épicuriens. Une adresse pour les urgences.
    Rue des Isles, 50400 Granville – Tél.02 33 90 48 08

ACTIVITÉS À GRANVILLE

Granville. Yves, l’heureux propriétaire passionné de mer. Galerie le crabe.©JudeLo

  • LA GALERIE DU CRABE – Un lieu insolite au cœur de Granville. Amateurs de lieux hors normes vous serez éblouis par la richesse de la collection de peinture (mais pas que) exposée ici sur le thème de la mer et … des femmes ! Il faut fouiller !
    22, rue du docteur Letourneur – 50400 Granville – librairieducrabe@gmail.com -Tél.06 63 52 71 07
  • LA GALERIE VALÉRIE BERTONI – l’atelier galerie d’une artiste-peintre au talent incandescent dès lors qu’il s’agit de magnifier l’âme des animaux et leurs visages si expressifs. Beaux tableaux, belles pièces monumentales, sculptures en résine, meubles peints pour une décoration très personnalisée.
    6, rue du docteur Letourneur – 50400 Granville – Tél. 06 09 16 33 61 – www.valerie-bertoni.comvalerie.bertoni60@gmail.com

SHOPPING À GRANVILLE

  • LA PICORETTE
    En plein centre de la ville, ne loupez les pains, friandises, gâteaux de cette boutique/boulangerie/pâtisserie 100% bio.
    22/24 rue Saint Sauveur – 50400 Granville – Tél.02 33 59 93 49 – www.picorette.fr
  • LA MAISON DES MATIGNON
    Au coeur de la vieille ville, face au restaurant La Contramarche, la boutique implantée dans la maison historique des Matingon. Une plaque honore la venue du Prince Regnier. La boutique, un poil chère, fait la part belle à la décoration marine. Joli linge de maison.
    28 rue Notre Dame  – 50400 Granville – Tél.06 46 50 80 86 – www.lamaisondesmatignon@orange.fr
CATEGORIES
Partager