lundi 30 janvier 2023

Mira Belle, un chapeau pour la vie…

Mira Belle, un chapeau pour la vie…

quel chapeau choisir. Mira Belle

Grand canotier. © Mira Belle

Fabriquer un chapeau ?! Comment en vient-on à fabriquer un chapeau ? À devenir modiste. Je préfère chapelière c’est plus poétique. Un chapeau ? Le résultat d’une étrange alchimie, d’un curieux mélange d’ingrédients et d’éléments essentiels tels la créativité, le sens de l’observation, un soupçon de psychologie, de l’intuition, du goût du beau, voire du sacré. De l’amour de la nature et d’une capacité à « sentir » l’air du temps.
Un chapeau ? L’accessoire indispensable pour signer son style, compléter un look, créer de l’originalité, de l’interrogation, de la surprise, de l’intérêt. Avec un chapeau, hommes et femmes singularisent une tenue, une personnalité et affichent une apparence choisie qui révèle quelque chose d’eux.

Les personnalités et les stars s’adonnent aux chapeaux !

Dans l’inconscient collectif, Amelie Nothomb serait-elle la même sans ses chapeaux ? Qu’en serait-il de Geneviève de Fontenay et son légendaire chapeau noir et blanc à larges bords. Et, de feu, la reine Elisabeth d’Angleterre ?
Peut-on seulement imaginer Rihanna sans sa chapka, Victoria Beckham sans sa casquette de marin, Catherine Zeta-Jons sans sa capeline, Taylor Momsen sans son trilby ou l’héroïne de « Gossip Girl », Leighton Meester sans son chapeau cloche. Comment seraient Celine Dion et Khloé Kardashian sans leur fedora. Kaia Gerber sans son bob. On se représente si bien Reese Witherspoon et son Panam ou Jessica Alba avec son canotier.
Auraient-ils marqué les esprits sans cet accessoire ? Charlie Chaplin ou Mischa Barton et leur chapeau melon. Kate Winslet (Rose) et son extraordinaire capeline rose dans Titanic. Harrison Ford et son feutre défoncé (est-ce un Stetson ?) dans les aventuriers de l’arche perdue. Johnny Deep et son haut de forme dans Alice au pays des merveilles. Julia Andrews et son Bibi visé sur la tête dans Mary Poppins. Harry Potter et son Choixpeau magique.

Le chapeau change de tête

Le chapeau était un indispensable des siècles durant. Ni les hommes, ni les femmes, quelles que soient leurs origines sociales, ne seraient sortis sans le couvre-chef adapté à la circonstance. Quand cette convention d’élégance a-t-elle quitté nos mœurs ? Dans les années 1970/1980, heureusement sans disparaître complètement du paysage de la mode. Mais à compter de cette époque, le chapeau devient une exception. Un complément vestimentaire, non seulement dédié à finaliser une tenue, mais à lui donner un luxe, une extravagance. Il suffit de regarder les chapeaux des femmes au Prix de Diane pour s’en convaincre. Aujourd’hui toujours, les chapeaux « évènementiels » sont des œuvres d’art transformant les femmes en créatures !

quel chapeau Mira Belle ?

Chapeau Mira Belle Fédora Mont blanc strass. ©Mira Belle

Elle est tombée dans le chapeau…

Entre ses parents, collectionneurs de chapeaux du monde entier, la troupe de théâtre de sa tante et ses caisses pleine de déguisements et de chapeaux et sa première invitation au prix de Diane, Marie Desnos vit, aime, respire, mange « chapeau ».
Un soir, à côté du théâtre de l’Atelier à Montmartre, elle tombe en amour d’une vitrine de modiste. Sous l’éclairage, les chapeaux ressemblent à des fleurs avec toutes leurs formes, leurs couleurs, leurs matières. Quelques étapes plus tard, elle achète la boutique et avec un collectif de modistes du Lycée Octave Feuillet de Paris, Marie lance sa première collection. « C’est l’imagination au pouvoir dit-elle. » Et, comme rien au monde ne plaît autant à Marie Desnos que de créer LE chapeau, celui qui va faire « un » avec l’ensemble, le succès est au rendez-vous très vite. Naît la marque Mira Belle. A raison de deux collections par an inspirées par les univers extérieurs et intérieurs de Marie, Mira Belle signera les grandes heures et les grandes œuvres du chapeau quinze années durant, avec des collaborations exceptionnelles dans le monde de la communication, de l’évènementiel, du cinéma, du théâtre, de l’opéra, des défilés de mode, des grands mariages…

Puis arrivent les attentats, les grèves, les Gilets Jaunes, le Covid. Montmartre est déserté par les touristes. Marie ne peut se résoudre à perdre toute son expérience, son expertise. Il lui faut se réinventer. Ce qu’elle fera au travers d’un superbe site marchand. Son reflet exact, élégant, soigné, fourmillant d’inventivités.

Un voyage en chapellerie

Sur ce site s’exposent toutes les formes, tous les modèles, toutes les matières, toutes les couleurs. Choisir un chapeau n’est que le début. La forme du chapeau, qu’il soit moulé ou fait à la main, est intemporelle. C’est la décoration qui fait tout !
Marie « exige » des essayages avec les tenues. Pour être certaine de ne pas commettre d’erreur, elle conduit ses clientes dans son jardin pour observer, – de son œil de lynx -, les couleurs à la lumière du jour. Donc, inutile de venir en rendez-vous avec une photo de votre tenue, ça ne fonctionnera pas. Puis, elle questionne, investigue, cherche à comprendre. A quoi va servir le chapeau ? Pour une fois, pour plusieurs fois ?

Armée de toutes les informations, Marie plonge dans ses tiroirs secrets remplis de feuilles, de fleurs, de plumes, de soie, de bijoux, de perles, d’agrafes, d’objets de toutes sortes. Là, agit sa créativité. Elle puise au cœur de ses sensations et de ses émotions, se laisse emporter par un fragment de couleur, un éclat de lumière, une touche de peinture dans un tableau de Picasso, une feuille morte ou une plume d’oiseau déposée à sa fenêtre par un vent léger ou l’odeur d’un thé Lapsang Souchong doublement fumé.

Et, sous ses doigts agiles et ses mains qui savent, naît, dans la tradition Mira Belle LE chapeau, THE chapeau. L’unique, le « fait sur-mesure »…  Adapté au style, à l’événement, à la personnalité, le chapeau Mira Belle va transcender celle qui le portera pour la rendre encore plus belle. Judith Lossmann


INFORMATIONS PRATIQUES

 

chapeau Mira Belle

Marie Desnos, créatrice des chapeaux Mira Belle. ©Mira Belle

MIRA BELLE
Uniquement sur rendez-vous : +33 (0) 6 07 77 86 12
43 Rue Jacques Dulud, 92200 Neuilly-sur-Seine
https://mira-belle.fr/

Une idée des prix :

À partir de 150 euros et jusqu’à 500 euros pour un chapeau « classique ».
Chapeau de cérémonie : à partir de 450 euros.

Son chapeau signature : le canotier.

Les appellations du chapeau : canotier, cloche larges bords, cloche, fedora, bibi, bijoux de tête, halo, parures, turbans, capeline, bob, chapeau de pluie en skaï, porkpie, chapeau Jazzy, béret, chapeau Melon

Les matières du chapeau : paille, feutre, papier, denim, tweed, fourrure, angora, cachemire, coton, laine, nylon, Skaï, soie, tissu.

Le conseil de Marie : contrairement à ce que tout le monde croit, il faut ranger ses chapeaux à l’envers afin que les bords ne se déforment pas.

Le petit plus que l’on aime : Marie « rénove » les chapeaux anciens. Sur devis.

CATEGORIES
Partager