jeudi 20 juin 2024

Toute la Jordanie depuis… Lyon Saint Exupéry !

Toute la Jordanie depuis… Lyon Saint Exupéry !

Plus besoin de « monter » à Paris pour « descendre » dans le Sud. Désormais une ligne permanente est ouverte par la compagnie aérienne jordanienne Royal Jordanian entre Lyon Saint Exupéry et Amman, capitale de la Jordanie.

Ancien Pays du Levant, dit du Croissant d’Or, la Jordanie comme Israël d’ailleurs est essentiellement un pays de tourisme biblique. On trouve en Jordanie, moult traces des nombreux peuples qui l’occupèrent au fil des siècles : Ammonites, Assyriens, Nabatéens, Perses, Grecs, Romains. La Jordanie est longtemps chrétienne, puis devient musulmane.
En Jordanie, on pose ses pas sur les traces de figures célèbres Moïse, Élie, Josué, Jean-Baptiste et Jésus. Dans des décors d’exceptions entre le désert et la rive orientale du Jourdain, partons visiter quelques sites mémorables.

Amman, capitale de Jordanie, vue depuis la Citadelle.

Amman, capitale de Jordanie, vue depuis la Citadelle. ©JAL

Amman, la capitale à flancs de collines

Au fil des occupants, elle s’est appelée Rhabbat Ammon, puis Philadelphia. C’est l’une des plus vieilles villes du monde à être toujours habitée. Avec toutes ses collines et sa blancheur, on l’appelait la Rome du Moyen Orient. Désormais, ses locaux la surnomment la San Francisco orientale. Sans l’océan et les câbles-cars, là s’arrête la comparaison, mais il est vrai qu’installée sur les flancs et les sommets de dix-neuf collines, Amman présente un relief tout en courbes, en montées et descentes et en panoramas. Cette ville moderne de 4 millions d’habitants, en forme de cercle remplit l’horizon de toutes parts et présente des points de vue intéressants. Au sommet de la colline Jabal al-Qala se dresse la citadelle historique romaine et byzantine. On y admire les restes des piliers du temple romain d’Hercule et le palais d’Umayyad du VIIIe siècle, célèbre pour son grand dôme. Ce grand site architectural est très fréquenté par des cohortes de visiteurs venus du monde entier. Mieux vaut venir tôt le matin, dès l’ouverture.
Plus bas dans le centre-ville, construit à flanc d’une autre colline s’élève un magnifique théâtre romain. Cet ancien amphithéâtre en pierre du IIe siècle pouvait recevoir 6 000 personnes lors des grands événements.
La charmante petite rue El Rainbow possède quelques jolies boutiques et restaurants très prisés par les touristes. Les fans de shopping se retrouvent nous a-t-on dit dans un immense mole baptisé « Boulevard ».

Majestueuse porte d'entrée de la ville de Jérash.

Majestueuse porte d’entrée de la ville de Jérash. On l’imagine du temps de sa splendeur. ©JAL

L’ancienne et magnifique Jerash

Aujourd’hui, Jerash (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jerash) (Gherasa ou Gérase ou Gérasa) est une grosse ville moderne qui s’est établie autour du site de l’antique cité inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2004. Et, c’est cela que l’on vient visiter. Même le plus blasé des arpenteurs de sites aura un coup de cœur pour Jerash. Jerash fut implantée par Alexandre le Grand au 4ème siècle avant Jésus Christ. Les ruines réhabilitées entre autres, par des équipes françaises, présentent de beaux vestiges. Mais le plus important est au-delà. Il émane de ces vestiges, quelque chose d’immatériel, de gracieux, de profondément élégant. Il est si aisé de se représenter la vie dans cet espace parfaitement organisé. Là, le Cardo Maximus avec ses boutiques. Ici, les fontaines. Après le croisement de grandes avenues que l’on imagine traversées par des chevaux tirant des chariots, on trouve le théâtre du Sud. Là-bas à l’opposé le théâtre du Nord, l’hippodrome, le temple d’Artémis. Sous le règne de Pompée (ère romaine), Jerash fut une ville opulente et chic. Près de mille ans après sa construction, elle fut pillée par les Perses puis par les Arabes. En 747, un tremblement de terre lui infligea le coup de grâce. La ville tomba dans l’oubli jusqu’à ce que diverses opérations internationales de restauration se mettent en place et lui redonne, petit à petit, ses lettres de noblesse. Un conseil : ne pas hésiter à prendre un guide certifié tant il y a de « choses » à voir et qui demeureraient « invisibles » sans l’aide d’un professionnel. Ce serait regrettable, tant le site est prodigieux et recèle de merveilles.

Vue depuis le Mont Nebo

Vue depuis le Mont Nebo telle que le voyait Moïse. ©JAL

Le Mont Nébo

Nébo signifie colline, tumulus. C’est de là, qu’interdit de rentrer en Terre Promise après avoir sauvé les Hébreux d’Égypte, Moïse observe les Terres de Canaan et meurt âgé de 120 ans. (Deutéronome Chp.34). La tradition chrétienne fixe le Mont Nébo comme la tombe de Moïse. Pourtant des doutes subsistent entre le Mont Sinaï et le Mont Abarim. Une certitude toutefois. A l’époque comme de nos jours, des hauteurs du mont Nébo à l’Ouest de la Jordanie on voit le Jourdain et les terres jusqu’à Jéricho et par temps dégagé on distingue Jérusalem.
Une très belle basilique orthodoxe domine le Mont Nébo. À l’intérieur, il faut absolument voir la somptueuse mosaïque du diakonikon-baptistère de la basilique du mémorial de Moïse. Une immense fresque de toute beauté. Elle représente sur quatre registres des scènes de chasse et pastorale. Les mosaïques du baptistère sont l’œuvre des mosaïstes Soel, Kaium et Elijah et datées de 530, mais on les dirait crées hier matin car elles furent longtemps protégées par une surcouche. Leur redécouverte et leur mise en lumière sont un plaisir des yeux.
Le 9 mars 2000, le pape Jean-Paul II visite le mont Nébo, au cours de son pèlerinage en Terre sainte. Le 9 mai 2009, le pape Benoît XVI visite le site, au cours de son voyage apostolique en Terre sainte. Une sculpture à l’entrée du site symbolise ces visites.

Baptême orthodoxe sur la rive israélienne du Jourdain

Baptême orthodoxe sur la rive israélienne du Jourdain, à quelques brasses de Béthanie. ©JAL

Béthanie-au-delà-du-Jourdain

Béthanie situé sur la rive orientale du Jourdain, à moins de dix kilomètres des rives nord de la mer Morte est le lieu où le Christ a reçu le baptême par Jean Le Baptiste. J’avoue ma déception devant ce « trou » d’eau entouré de quelques pierres. Rien ne se passe. Pas d’émotions. Le guide m’explique que les rives du Jourdain ayant fort reculées, le site n’a plus grand-chose à voir avec le lieu de l’époque.
Cependant, déclarée site de l’Unesco, Béthanie accueille chaque année un nombre considérable de pèlerins. Attention, une visite à Béthanie se planifie. En effet, à quelques brasses seulement de l’État d’Israël, le site est placé sous la surveillance de l’armée Jordanienne.
Ce qui est émouvant, en revanche, ce sont les cérémonies de baptêmes organisées sur la rive occidentale du Jourdain. On y assiste à quelques mètres seulement. L’émotion est vive et prégnante chez les nouveaux baptisés. Un joli moment.
Petite précision : Béthanie est issue d’un nom araméen Al-Maghtas qui signifie « traversée des prophètes et/ou immersion donc par extension baptême ». Ne pas confondre Béthanie -au-delà-du-Jourdain en Jordanie avec l’autre Béthanie, le village de Judée où Jésus a ressuscité Lazare, le frère de Marie et de Marthe.

L’une des 7 merveilles du monde moderne1 : Pétra… Et son trésor !

Le trésor de Pétra

Le trésor de Pétra se dévoile entre deux falaises de grès. ©JAL

Plantons le décor tant en termes de relief qu’en termes d’Histoire. On l’a dit, ces régions du Levant furent très disputées. Nombreuses furent les civilisations qui occupèrent ces contrées. Du plus loin que l’on remonte dans le temps et la mémoire, on sait que Pétra est une ancienne ville édifiée huit siècles avant notre ère sur les terres des Édomites, descendants d’Ésaü, fils d’Isaac. C’est avec l’arrivée des Nabatéens qu’elle prend un essor particulier lié à la route de l’encens entre l’Inde, l’Égypte et le Yémen. L’encens, les épices, la myrrhe et la soie… autant de marchandises transportées par caravane à travers montagnes et déserts qui transitaient à Pétra, avant d’être expédiées à Gaza puis Damas.
On prétend souvent que Pétra n’est pas un lieu biblique. Erreur ! Due certainement au fait qu’elle est mentionnée dans la Bible sous son nom hébreu, Sela (Isaïe 16,1 et 2 Rois 14,7). Pour comprendre la raison de ces mentions, il faut savoir que la ville la plus proche de Pétra à l’époque est Wadi Mousa autrement dit Vallée de Moïse. C’est là que Moïse a frappé un rocher d’où ont jailli des eaux, une source riche et puissante qui fournissait les besoins en eau des Nabatéens de Pétra via un aqueduc d’argile toujours visible de nos jours. Ironie de l’étymologie, Pétra comme Sela signifient « Rocher ». Le rocher de Moïse et bien entendu, les rochers de grès, les immenses falaises, -dont l’une Jabal Harum serait le tombeau d’Aaron-, où fut sculptée cette ville étonnante et magnifique.
Encore aujourd’hui, alors qu’on la voit partout, dans des films (Laurence d’Arabie, Indiana Jones, Dunes, Mission to Mars), la troglodytique cité « vermeille, moitié vieille comme le temps » comme la décrit John William Burgon dans un poème, est une expérience sensorielle absolue.

l'arrivée au Trésor de Pétra.

Eblouissement avec l’arrivée au Trésor de Pétra. ©JAL

Le trésor de Pétra …

Tout commence par une déambulation dans le Siq, une descente entre les bords d’un chemin qui s’étroitise pour devenir un canyon entre les hautes roches. On y croise toutes les nationalités et aussi des ânes et des cheveux qui « remontent » des visiteurs épuisés et un balai de voiturettes électriques occupées à faire des aller-retours entre l’entrée et le trésor.

Entre les strates rocheuses, les rochers aux formes animales ou plus étranges encore, les traces de vie discrètes des Nabatéens, les restes de détails architecturaux qui narrent le fonctionnement de la cité. Mieux vaut être accompagné d’un guide qui partagera son œil exercé tout au long de cette balade.

Et puis, arrivera le climax de la promenade : l’apparition du trésor. D’abord, entre les falaises, dans un entrebâillement de rochers, une faille… Et l’on devine à la couleur orangée, la façade tant attendue d’Al-Khazneh (le « trésor » en arabe) le célébrissime tombeau. Ce somptueux mausolée fut érigé environ un siècle avant notre ère. Il fut et est toujours associé à Pétra, la cité vermeille.

En l’an 2, les Romains ouvrent des voies de commerces fluviales. Pétra tombe dans l’oubli. En 363, un puissant séisme la détruit à cinquante pour cent. Seuls, quelques bergers et leurs chèvres hantent les anciennes rues. Au 11ème siècle, les Croisés l’occupent un temps avant de la déserter totalement.
En 1812, l’explorateur suisse Jean Louis Burckhardt redécouvre la cité totalement oubliée depuis des siècles. La nouvelle court très vite dans le monde entier. Une nouvelle ère de prospérité s’ouvre pour Pétra. Des travaux d’historiens, d’archéologues et des populations locales ont permis de relancer les visites de Pétra, telle qu’elle est aujourd’hui.
Au-delà du trésor, émerveillez-vous devant le Deir (le « monastère » en arabe), les quelques 2000 tombeaux royaux, les 700 façades, l’église byzantine, la rue à colonnades, le théâtre romain, ou encore la « petite Pétra », la benjamine de la cité vermeille, située à quelques kilomètres de celle-ci, également classée au patrimoine de l’Unesco.

La mer Morte côté jordanien

La mer Morte côté jordanien, vue depuis le resort Crowne Plaza.

Et pour finir, la mer Morte

Comme chacun sait son degré de salinité empêche toute vie, d’où son nom. Comme chacun sait la mer Morte se réduit comme peau de chagrin d’année en années. Une des raisons revient au volume d’eau du Jourdain qui ne cesse de diminuer. Depuis des décennies, on entend parler de projets pour sauver la mer Morte mais comme la politique s’en même au mépris de l’écologie… ! Il y a donc urgence absolue à « visiter » la mer Morte. Lieu de villégiature incontournable lors d’un séjour en Jordanie. Laissez-vous flotter et porter par cette eau limpide après un bon bain de boue argileuse. On n’a pas trouvé mieux pour avoir un peau de bébé. Excellente occasion aussi de « shopper » les produits de la mer Morte. Riches en magnésium, potassium, calcium et sodium, ils possèdent des vertus propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et apaisantes. À Ma’In, profitez de la douceur d’un bain prolongé dans les sources d’eau chaude pour rêver à vos prochains voyages.

Avril, mai, début juin, puis septembre, octobre, novembre sont les meilleurs moments pour visiter la Jordanie. En juillet et août c’est extrêmement fréquenté. Laissez-vous gagner par ce pays tout en promesses. Judith Lossmann

 

*1 – Les sept merveilles du monde antique sont : 1 – La pyramide de Khéops à Memphis, 2 – Les jardins suspendus de Babylone, 3 – La statue chryséléphantine de Zeus à Olympie, 4 – Le temple d’Artémis à Éphèse, 5 – Le tombeau de Mausole à Halicarnasse, 6 – Le colosse de Rhodes, 7 – Le phare d’Alexandrie.

 

 


INFORMATIONS PRATIQUES JORDANIE

 

AVANT DE PARTIR

  1. Lire Jordanie par le Guide du Retour, Jordanie par Lonely Planète, Jordanie Guides Bleus, La Jordanie par Géo.
  2. L’entrée en Jordanie est conditionnée par la présentation du QR Code (un genre d’ESTA version Jordanie) à obtenir en remplissant le formulaire : https://www.gateway2jordan.gov.jo/index.html
  3. COVID : plus de restrictions au moment où je rédige cet article. (avril 2023)
  4. Prendre une extension de visa touriste pour visiter les sites bibliques d’Israël. Un accord entre les deux pays le permet. ATTENTION : sachez que la Jordanie ne pratique pas les visas volants, il y aura un tampon dans votre passeport.
  5. Visiter le site : https://international.visitjordan.com/
  6. Passeport en cours de validité et valable 6 mois après la date de retour.
  7. Vise électronique obligatoire : Voyage : la Jordanie lance l’e-visa (tourmag.com)
Aéroport Lyon St Éxupéry…

Aéroport Lyon St Éxupéry… direct pour Amman Jordanie !

AÉROPORT DE DÉPART

Tout savoir du départ depuis Lyon Saint Exupéry
https://www.lyonaeroports.com/vols-et-destinations/vols-lyon-amman

 

 

 

 

Y ALLER

Avion de la Royal Jordanian

Avion de la Royal Jordania

Avec la Royal Jordanian : http://www.rj.com
Rotation des vols printemps/été 2023 : mercredi/ samedi.
Vol /R à partir de 523 euros.

Royal Jordanian, la compagnie aérienne de Jordanie. Comme je le répète inlassablement, le voyage commence dans l’avion et voyager avec la compagnie du pays où l’on part est une agréable façon de démarrer son séjour ailleurs. Dans l’avion, le comportement des hôtesses et stewards informe déjà beaucoup de l’art de vivre. La qualité des plateaux repas aussi. Typiquement, alors que nous partons en Jordanie, je m’interroge sur le plateau repas 100% Mexicain qui fut servi à l’aller. Au retour, je suis aussi interpellée par la proposition « beef » or « chicken ». Je choisis chicken et j’ai beef … parce qu’il n’y en a plus ! A prendre ou à laisser. Idem sur le fait que je n’ai pas de fromage dans mon plateau retour et à la place deux fois un dessert. Quand je demande, on me répond, c’est comme ça ! Il semble qu’il y ait quelques petites « choses » à améliorer. Cela dit, l’avion est propre et en section économie, le volume de la place est correcte. Le personnel souriant. Et le commandant de bord au top ! En revanche pas de films. Et pas de connection wifi comme annoncé. Mais le wifi fantôme, c’est sur toutes les compagnies !

DUTY FREE AMMAN JORDANIE

Duty free à l’aéroport d’Amman Jordanie. ©JAL

À VOTRE ARRIVÉE :

Changer de l’argent dès l’aéroport est préférable au retrait à un DAB (beaucoup plus cher !) qu’un agent.

 

 

 

 

 

——————————————————– SUR PLACE ——————————————————–

ACTIVITÉS

Tarifs :

  1. Citadelle d’Amman 3 JOD (4 euros)
  2. Jerash 10 JOD (13 euros) – Voir la visite en 3D sur youtube. https://www.youtube.com/watch?v=z08-q4zr6y0 et https://www.youtube.com/watch?v=z08-q4zr6y0
  3. Petra 50 JOD (65 euros) une journée, 55 JOD (72 euros) deux journées, 60 JOD (79 euros) trois journées
  4. Béthanie : Le site est ouvert toute l’année de 8 h à 18 h, mais ferme 2 heures plus tôt en hiver. Les frais d’entrée sont fixés à 7 JOD pour les étrangers occidentaux. Compte tenu du temps nécessaire pour explorer les ruines, le dernier ticket d’entrée est délivré à 17 h. Quand visiter ? Privilégiez les mois de mai, de septembre ou d’octobre pour planifier votre pèlerinage à Béthanie.

Bon à savoir : Le Jordan Pass (environ 90€) comprend le visa pour la Jordanie, l’entrée au site de Pétra et dans plus de 40 sites (dont Jerash et le désert de Wadi Rum).

GUIDES FRANCOPHONES

  • Guide Jerash : voyageenjordanieavecmuneer. Tél.+962 779 737171
  • Guide Petra : Firas – Tél. 00962795604035
  • NB important : compte tenu des tensions fortes entre la Jordanie et Israël et ce malgré la signature d’un accord de paix signé en 1995 entre les deux pays, certains propos dits par certains guides sont à prendre avec des « pincettes ». Mieux vaut exercer son esprit critique que de prendre pour argent comptant certaines assertions. A bon entendeur, salut !

CULTURE ET MUSÉES

Un site regroupe toutes les infos sur tous les musées jordaniens : http://jordanmuseum.com/

DORMIR À AMMAN

Grand Hyatt Amman – Our Luxurious 5 Star Hotel in Amman, Jordan : Grand Hyatt Amman

DORMIR À PÉTRA

Petra Moon Luxury Hotel – Un tout nouvel hôtel qui vient d’ouvrir. Idéalement situé à l’entrée du site. On ne fait pas mieux. Petra Moon – Luxury Hotel (petramoonluxury.com)

DORMIR À LA MER MORTE

Crowne Plaza Dead Sea – Un immense resort avec un accès plage. Pratique, familial. Un rien « old fashion ». La plage n’est pas remarquable. En revanche la table du restaurant de l’hôtel est exceptionnelle. À tester absolument pour sa générosité et son service. Crowne Plaza Jordan – Dead Sea Resort & Spa – Swemieh, Jordan (ihg.com)

MANGER EN JORDANIE

Le Sufra à Amman – Sis dans la rue la plus fréquenté d’Amman, la bien nommée El Rainbow, c’est l’undes restaurants les plus courus d’Amman. Je le conseille. Sufra (romero-jordan.com)

Lebanese Umm Khalil à Jerash – J’ai fait une adoration de ce restaurant immense, sans doute capable de recevoir des centaines de touristes et à la déco basique. Un « bouiboui » génial. Le meilleur Hoummous du monde !

Le Basin à Petra : DOMICILE | PetraGuestHouseHotel

Le Bourj Al Hamman au Crowne Plaza Dead Sea – lire plus haut.

Restaurants Near Swemieh – Crowne Plaza (ihg.com)

Caravansérails en Jordanie

Caravansérails en Jordanie, sur la route pour Pétra depuis Amman. ©JAL

SHOPPING À RAPPORTER

Sur la route entre Amman et Pétra, il y a quelques caravansérails qui vendent de beaux objets typiques, du mobilier en mosaïques, des vêtements, des produits de la mer Morte…

 

 

 

 

 

 

 

CATEGORIES
Partager