vendredi 12 août 2022

NEVADA ! Road trip sans le Strip à Death Valley

NEVADA ! Road trip sans le Strip à Death Valley

Les dunes Death Valley

Les dunes de de la Vallée de la Mort abritent une vie adaptée aux écarts de températures. ©Judith Lossmann

Pour plusieurs milliards de personnes sur Terre, Le Nevada c’est Las Vegas et son «  »strip » ! Moralité, vous convaincre d’éviter* l’une des villes les plus populaires du monde va être difficile. Peu importe, je relève le défi et jour 3, je vous invite à traverser la Death Valley, à sauter sur des dunes infinies, à crever de chaud sur des terres asséchées…

Mieux vaut partir aux aurores

Malgré le bus climatisé et le confort moderne, mieux vaut se lever à potron-minet pour prendre la route vers la Vallée de la Mort. Dès la sortie de Beatty, les premiers contreforts trônant au cœur de cet océan de rien attirent l’œil comme des aimants. Ils sont au bout de la route. Une route éternellement droite. Si droite que l’on se prend à fixer ces éperons rocheux comme un but à atteindre. Il semble que l’on pourrait presque les toucher du doigt. À chaque instant, on se dit « ça y est, j’y suis ! » Et puis non. Un petit lacet, un léger virage, un contournement insignifiant dans cette bande grise rectiligne sont autant de mirages, de mensonges. Kilomètre après kilomètre, ils se rapprochent autant qu’ils s’éloignent.  Ceci est du à la qualité exceptionnelle de l’air qui raccourcit les distances. Ça dure des heures pour descendre à moins 85m en-dessous du niveau de la mer dans une vallée vieille de 5 millions d’années. Une jeunette comparée à certaines régions du monde !
La fenêtre du bus entrouverte laisse un vent chaud fouetter le visage. Plus la matinée avance, plus la chaleur de la vitre brûle les joues. Enfiiiin… on passe les pancartes !!! Celles de bienvenue en Vallée de la Mort. On y est. C’est officiel ! A partir de cet instant, je suis un colon, que dis-je une « colonne » (et oui ce mot se féminise). Je me dessine mentalement le chemin parcouru mais en chariote tirée par des chevaux fous lancés à l’assaut de l’Ouest. J’imagine tout ce qu’il reste à parcourir, même s’il est vrai que désormais je vois les détails des éperons rocheux. Au début de la Death Valley, on entre dans des terres, qui deviennent sable, puis dunes, puis terres blanches de sel pleines de craquelures et enfin roches, strates et sédiments. Ultimes traces d’un lac définitivement absorbé. Il est à peine 9 heures du matin et le thermomètre frise les 42°C. Et encore nous sommes en février. Ici, ça peut monter à plus 50°C.

Premier stop sur les dunes de Mesquite

Rien ne décrit la sensation ressentie dans un désert de sable. La solitude. L’illimité. Les arbres morts tel des bois flottés parvenus jusqu’ici au hasard de quelles tempêtes ? Quels étranges pouvoirs possède la nature pour créer des décors naturels aussi grandioses ? Je laisse un groupe trop bavard à mon goût partir à gauche. Je prends à droite toute. Je possède en tout et pour tout quelques trente minutes pour m’immerger dans cet univers si impropre à la vie que l’homme le fuit tout en étant absolument fasciné par lui. Sur des branches mortes quelques pousses fraîches et vertes refont surface. Ici une famille lézard court sur la crête de dunes. Là, des traces de fennecs et de loups ! Voilà qui est plaisant. Je les imagine courir et vivre à la nuit tombée loin du risque des hommes et faire une « nouba » de Kangourou-Rat et autres victuailles sous la lune flamboyante. Béni soit le désert qui autorise au moins cela. Un instant, je suis prise de l’envie – idiote – de rapporter du sable. Serais-je devenue une touriste irrespectueuse ?  Heureusement non, parfois mon cerveau est traversé par de drôles d’idées. Je laisse cette immensité composée de minuscules grains de sable à ceux qui la méritent intacte. Et, soudain j’aurais presque envie de balayer mes traces pour rendre cette beauté à ceux qui la peuplent au prix d’efforts insensés.

nevada-death valley-entree-6571

Nevada-death valley-6571

Un faux vide

On pourrait se croire unique en monde et pourtant plus de 900 espèces de plantes poussent dans le parc, malgré la rudesse du climat et le manque de précipitations annuelles (environ 5 centimètres). Pour aller chercher un peu d’humidité certaines plantes descendent leurs racines jusqu’à 15m de profondeur. Admirable ! D’autres espèces se sont « fabriquées » une peau épaisse qui retient la moindre goutte d’eau.
Les animaux aussi se sont adaptés. Parmi les plus petits, certains ne boivent pas mais mangent de la nourriture hydratante. Les plus gros vivent en altitude, là où l’humidité est plus élevée et où poussent quelques forêts de pins. Au printemps le désert se transforme en un vaste jardin plein de couleurs. Mieux vaut être à proximité, cet Eden dure peu. Quelques jours à peine.

Nevada-Death Valley-terres salées-6743

La terre desséchée de la Vallée de la Mort. ©Judith Lossmann/6743

Que voir et faire ?

Suivre la route la plus basse de la région (-86m) entre Ashford Mill et Furnace Creek en passant par Badwater, les Mauvaises Eaux. Cette étonnante étendue blanchâtre n’est autre que les traces salées d’une mer disparue. Au nord de Badwater, on peut jouer au golf à Devil’s Golf Course dans un endroit où le sol est couvert de blocs de sel déchiqueté. Plus loin, la fameuse Artist’s Drive (la palette des artistes) traverse une zone sauvage multicolore, naturellement ! A Furnace Creek, près du centre des visiteurs (manger, boire, se reposer, visiter des expositions) on a une vue panoramique sur la vallée depuis Dante’s View. Évidemment, on ira jusqu’à Zabriskie Point et Golden Canyon à 5 km de là pour rêver au coeur de ces roches multicolores pittoresques.
Au Nord Ubehebe Crater et Scotty’s Castle. À l’Ouest Father Crowley Point et plus loin les spectaculaires Joshuas Tress.

Star Wars and more…

Ici les étoiles sont celles du mythique film Star Wars tourné dans diverses locations de la Death Valley (un plan au centre d’information vous indiquer quelle route suivre). Ce sont aussi les véritables étoiles, celles de la Voie lactée qui brillent au-dessus de nos têtes dans l’un ciel les purs du monde ! Et si vous n’en avez pas encore assez : Ash Meadows ! Ce parc est un refuge national pour la vie sauvage. L’une des plus importantes aires du Nord de l’Amérique. Localisé à trente minutes de la Vallée de la Mort dans le désert du Mojave il abrite 26 espèces d’animaux et de plantes inconnues sur le reste de la planète ! Avec ses places de pic-nic, ses larges vues et les Kings Springs, le refuge est une occasion de découvertes à ne pas rater.

La Vallée de la Mort pour tous

À condition de respecter les consignes de sécurité car on peut mourir dans la Death Valley. Le parc est spectaculaire et peut être dangereux. Attention aux migraines, ce sont des alertes de coups de chaud sérieux. Comme le disent les agents de sécurité ici : « Car broken, not enough water ! » Il est interdit de garer sa voiture hors les zones de parking. A cause de l’amende dissuasive ? Non, à cause de l’étendue incroyable du territoire. Où cherchez un individu ou deux perdus sur telle superficie ? Avant de pénétrer dans le parc, vous devez faire le plein et acheter de l’eau en quantité. Quant aux vitesses elles sont limitées et mieux vaut les respecter, sinon gare au Patrol caché !

 

nevada-death valley-mer de sel-6754

nevada-death valley-mer de sel-©Judith Lossmann/6754

Randonner, escalader, rouler, pédaler, marcher. À vélo, en roller, en camping-car, en voiture… Avec un appareil photo, une caméra, une Go-pro… Entre adultes ou avec des enfants… The Death Valley est une expérience intime et personnelle à faire selon ses goûts, en prenant son temps, en observant. Dans ce grand rien naissent des sensations et des émotions inoubliables… Une magnifique opportunité de s’éduquer à la beauté de la Terre et à la résilience de ses habitants. Bon désert à vous ! Judith Lossmann

*Rassurez-vous un article sur Las Vegas conclue cette série 

La suite de notre road trip :

NEVADA ! Road trip sans le Strip à Lee Canyon, Charleston Peak, Zone 51

NEVADA ! Road trip sans le Strip à Rhyolite Ghost Town et  Old Beatty Town

NEVADA ! Road trip juste avant le Strip

NEVADA… And finally, Las Vegas irrésistible avec ses paillettes et ses contrastes !

 


LA VIE EST BELLES VOYAGES
FICHE PRATIQUE NEVADA DEATH VALLEY À IMPRIMER

Informations sur le parc : www.ohranger.com

VISITOR SERVICE : (tarif, resa, renseignements) :  www.nps.gov/deva

Le meilleur moment pour y aller : entre octobre et janvier.

THE PLACE TO BE
Le parc au printemps juste après la pluie ! Météo à surveiller puis improvisation…

MANGER ET DORMIR DANS LA VALLÉE DE LA MORT
The Oasis at Death Valley (restaurants, boutiques, hôtel) – www.oasisatdeathvalley.com  Highway 190 – Death Valley, Ca 92328.
The Ranch – (dans Oasis at Death Valley) – Buffet copieux dans une ambiance rafraîchissante –
Furnace Creek Inn
Stovipe Wells Village
Panamint Springs Resort…
Également une dizaine de terrains de camping

ACTIVITÉS
Ash Meadows National Wildlife refuge – 610 Spring Meadow Raod – Amargosa Valley, NV 89020. www.fws.gouv/refuge/ash-meadow – Tel. 775-372-5435

nevada-death valley-zabriskie point-6769

Nevada, Death Valley, Zabriskie Point. ©Judith Lossmann/6769

CATEGORIES
TAGS
Partager