vendredi 2 décembre 2022

Liminal de Jordan Tannahill

Liminal de Jordan Tannahill

On parle de Jordan Tannehill, l’auteur de Liminal, en le traitant d’enfant terrible du théâtre canadien. On confirme qu’il pose sur son compte Instagram en latex, un rien provocateur. Il est « bien entendu » catalogué LGBTQI. Tout ça et plus encore qui m’ennuie positivement. J’ignore s’il revendique tout ça, je ne l’ai pas interviewé. Si oui, dommage, on n’est pas obligé d’être porte-flambeaux pour être bon, voire brillantissime. Si non, voilà qui me fait plaisir. D’abord parce que l’on pense pareil. D’autre part, parce qu’une fois encore ce sont les autres qui… causent, pensent, agissent, mettent dans des cases.

Je ne savais strictement rien de Jordan Tannahill quand j’ai demandé Liminal trois ans après sa parution le livre en service de presse. Pourquoi ? Parce fidèle spectatrice de la Grande Librairie sur France5 je suis fan absolue de ces deux minutes trois quart de plaisir, celles où l’on donne la parole à un libraire en charge de partager ses meilleurs moments de lecture. L’un d’eux a parlé de Liminal avec des trémolos dans la voix. Ça m’a donné envie. Et voilà… Je l’ai lu. Je l’ai aimé de bout en bout. Jordan Tannehill vous attrape par une syllabe et vous ne le lâchez qu’au mot fin.

Le pitch de Liminal ?

Ha tiens aujourd’hui Maman fait la grasse matinée. Elle devrait être levée. Mais bon je vais la laisser dormir. Je vais prendre mon petit-déjeuner.

Ha tiens Maman dort encore, mais il est vrai qu’elle a besoin de récupérer. Je vais prendre ma douche.

Ha tiens, Maman dort toujours. Je lui laisse quelques minutes. Je vais m’habiller.

Ben, Maman est encore endormie. Est-ce pour toujours ? En un mot Maman est-elle morte ?

Tout le livre se déroule pendant cette minute où l’auteur entre dans la chambre, va s’approcher de sa mère, va écouter sa respiration et va prendre son pouls.

Empereur de la digression (poétique), il narre pendant cette minute éternelle, tout, de la vie de sa mère, de la sienne, de leurs rêves, de leurs déconvenues, de leurs croyances, de leurs discussions, de son manque de confiance en lui, de son travail à elle, scientifique spécialisée dans la conscience.

Une minute pendant laquelle l’auteur fait le tour de ses espoirs, de ses amours, de ses coups de cœur littéraires, théâtraux, cinématographiques.

Une minute où il explore les corps. Des vivants. Des morts. De leur utilité.

Une minute où il égrène ses souvenirs et ses découvertes sur l’âme, le cœur, la vie avant et après la vie.

Une minute où il se plonge dans l’expérience du chat de Schrödinger sachant qu’après avoir tiré avec une arme à feu sur une boite dans laquelle est enfermé un chat, il faudrait ouvrir la boite pour savoir s’il est mort ou vivant.

Une minute où sa mère est à la fois vivante et morte…

Drôle, triste, touchant, angoissant, Liminal pose les questions que l’on redoute de se poser.

A vous de lire !


INFO PRATIQUE LIMINAL

Liminal de Jordan Tannehill chez La Peuplade roman, ISBN : 9782 924 898 369

 

QUAND LE LIRE ?

Le temps d’aller jusqu’à Baltimore par exemple.

CATEGORIES
Partager