jeudi 26 mai 2022

La confrérie des innocents de H. Gougaud

La confrérie des innocents de H. Gougaud

Notre rédaction est fan !

Henri Gougaud est l’un de nos auteurs favoris, tous genres confondus. Et pourtant, le sien, de genre, sort vraiment de l’ordinaire. Son univers nécessite un temps d’adaptation. Les plus doués s’y jettent à corps perdu. Les plus timorés, y vont sur la pointe des pieds. Il n’empêche, on finit tous (ou presque) par choper le virus Gougaud. On se laisse tous porter par son verbe, sa truculence, sa grandeur à manier les mots et les émotions et qu’importe que cette littérature paraisse surannée.

Que nenni ! Elle ne l’est point !

Les mots sont ici des ingrédients magiques. Ils composent une bonne chère romanesque, se dégustent au rythme de chevauchées pleines d’énergie, se chantent à haute voix dans les esprits des lecteurs… enfantant un monde où il fait joie de cavalcader.

Je dirai (presque) : qu’importe l’histoire, le style Gougaud est là ! Mais ce serait faire injustice à cet écrivain qui manie les verbes comme des outils ludiques et nous contraint, pauvres ères en mal d’histoire, à la pénétrer l’histoire justement.

Dans « la confrérie des innocents », Henri Gougaud nous conte celle d’Alexis, un moinillon à peine pubère. Chargé de porter un manuscrit chez un enlumineur de Toulouse, il quitte son couvent et sa sécurité pour aller se jeter dans le grand tumulte de l’humanité, dans la gueule des hommes mauvais, et bons parfois, dans la découverte du sens de la vie, de la religion, de l’intempérance.

Inlâchable !!!  Judith Lossmann


La confrérie des Innocents d’Henri Gougaud, chez Albin Michel, 18,90€, isbn : 9782226443687.

CATEGORIES
Partager