samedi 25 septembre 2021

Madère exploration : en 12 kilomètres, on passe des tropiques aux Alpes…

Madère exploration : en 12 kilomètres, on passe des tropiques aux Alpes…

L’île de Madère est si exceptionnelle qu’elle mérite une grande balade d’exploration. Nous avons retenu le 4X4, qui permet d’aller partout et à Madère, « aller partout » signifie essentiellement « grimper partout ». D’ailleurs, notre guide francophone, Cristiano, n’a pas manqué de commencer le périple madeiran par une hallucinante grimpette dans Funchal où l’étroitesse de la ruelle le disputait à son dénivelé !

Après le point de vue « Miranda », nous avons traversé des forêts primaires d’eucalyptus, de châtaigniers, de pins et de mimosas aux pieds desquels poussent des tapis d’hortensias, des myrtilles et autres merveilles telles les frangipaniers roses ou blancs. Dès la sortie de la forêt, la végétation s’est raréfiée et le climat a changé. On supporte bien un lainage. Depuis les sommets, la vue sur l’île et l’océan est superbe. De là, on voit quelques levadas qui descendent vers le rivage. Tout à l’heure nous en suivrons un pour voir.

Des moutons noirs et blancs paissent tranquillement. Ici, on mange du porc et du poisson, plus rarement du mouton ou de l’agneau, apanage de la ville. Plus à gauche du panoramique, se dessinent les Iles Désertes, un paradis ornithologique partagé avec des phoques. Avec 4X4, nous traversons de minuscules villages, tous ornés de fleurs d’agapanthe, d’hortensia, d’arbres à muguet qu’il est interdit de cueillir. On comprend bien pourquoi. Cristiano nous montre d’autres plantes et des fleurs qualifiés de « chiendent ». Il est beau le « chiendent » à Madère et ferait le bonheur de nombre de parisien !

Promenade tous sens ouverts le long des Levadas. ©jal

À pied, nous nous dirigeons vers une masse uniforme de verdure. Un petit chemin large comme une feuille de papier se dégage petit à petit. Il longe un minuscule canal de pierres de 30 centimètres de large dans lequel circule un fond d’eau. Voilà un levada. Madère possède 1400 kilomètres de levadas… ces petits canaux construits par les hommes depuis les sommets du nord de l’île jusqu’au sud et aux cultures. En fait, le constat est simple, au nord sont implantées des forêts de lauriers dont les feuilles accrochent le brouillard donc l’eau… Il suffit ensuite de récupérer « l’eau du brouillard » et de la conduire là on a en le plus besoin. Astucieux non ? Certains levadas mesurent jusqu’à 100 kilomètres de long. Ils sont nettoyés régulièrement par les villageois et empruntés par des marcheurs de tous poils, du plus facile au plus difficile, car pas un seul levada n’est semblable à l’autre. Au long du nôtre se succèdent figues, cerises, fruits de la passion que nous cueillons délicatement pour les déguster.

En 4X4, nous rejoignons la pointe est de l’île jusqu’à Porto da Cruz. Plus loin en hauteur, nous avons une vue sur les deux mondes géologiques de l’île : le côté plat et le côté escarpé ! Étonnant. Judith Lossmann


INFORMATIONS PRATIQUES

Avant de partir : visitmadeira.pt

Lire =>https://lavieestbellemag.com/voyages/madere-lile-madere-les-vins-en-lile/

Réservez votre journée en 4×4 : Cristiano Andrade pour www.mex.pt – Tél. (351) 969 677 679 – mountain.expeditions@hotmail.com

 

CATEGORIES
TAGS
Partager