Une belle histoire de fantômes en forêt amazonienne ! Un film à mettre sous tous les yeux même si sa culture très « Art & Essai » ne lui ouvrira pas tous les publics. Donc pour le voir en salle on se précipite…

Synopsis : Nurai, 12 ans et Fabio, 9 ans arrivent avec leur mère sur une petite île presque en apesanteur au coeur de l’Amazonie. Ils ont fui le conflit armé colombien dans lequel leur père a disparu pour venir attendre des nouvelles aux confins des frontières du Brésil, du Pérou et de la Colombie. Un, jour, mystérieusement, leur père apparait dans leur nouvelle maison.

J’ai beaucoup aimé ce film, lent, très lent… Il pose d’interminables questions et n’apporte de réponses qu’à la dernière image. Il nous emporte dans un flot d’émotions et de couleurs dans un étrange village de maisons sur pilotis, des cabanes en bois comme tous les voyageurs ont pu les voir. Nous sommes dans notre époque en 2019. Et le film montre aussi cet étonnant mélange entre tradition et modernité. Très vite, on se demande pourquoi le garçon a toutes les attentions de sa mère. Sans doute parce que sa fille est muette. L’est-elle devenue avec les conflits colombiens ? A-t-elle assisté à des scènes traumatisantes ? Et ce père, avec lequel chacun entretient une relation larvée dans le… silence ! Qu’est ce que ça veut dire ?

J’ai beaucoup aimé ce film, lent, très lent … Il est rempli de poésie, d’amour, d’espoir et aussi d’une réalité complexe.

Et si vous avez des doutes, je vous livre un secret. S’il ne fallait qu’une seule et unique raison pour aller le voir ce serait pour la sublimissime scène de la fin. Celle où les pirogues voguent en silence sur l’Amazone, se rapprochent d’un centre, s’illuminent. C’est grandiose. Un tableau, une œuvre en soi cette scène et tous les amoureux du cinéma doivent la graver dans leur mémoire. Judith Lossman

 

Los Silencios (1h30) un film de Beatriz Seigner – Au cinéma depuis le 3 avril – avec Marleyda Soto, Enrique Diaz, Maria Paula Abares Pena, Adolfo Savilvino.