Les Sables d’Olonne l’hiver ? C’est la fête !

Les Sables d'Olonne, une destination à découvrir en hiver.
Judith Lossmann
Posted on novembre 15, 2019, 10:07
29 mins

Et oui, les Sables d’Olonne l’hiver.  Vous connaissez Les Sables d’Olonne l’été ? Nous vous proposons de découvrir Les Sables d’Olonne en hiver, oserais-je dire ! Par hiver, entendez toutes les saisons à l’exception de l’été. Dans ce reportage, nous irons faire une longue balade à vélo dans les marais, avant de les admirer du ciel. Puis, nous goûterons les vins en biodynamie de Thierry Michon avant de nous lancer à l’assaut de l’océan dans un mémorable longe côte. Pour finir, nous irons à la rencontre de quelques « sérieux personnages » à la langue bien pendue… comme le skipper VDH, fervent adepte du quartier de La Chaume, l’autre côté des Sables d’Olonnes !

Les Sables d’Olonne s’illustrent depuis toujours par un art de vivre entièrement tourné vers les traditions maritimes. Capitale du nautisme, du surf, de la voile, c’est une terre de sportifs. Presque à l’année, avec une combinaison, la glisse, la voile et le paddle fédèrent des actifs. Pour tout le monde et pour toute une génération de vacanciers, les Sables d’Olonne ce sont les vacances de l’enfance, une longue plage de sable fin de trois kilomètres en arc de cercle. Les Sables c’est cela et bien plus. Le promontoire rocheux du Prieuré Saint Nicolas, le chenal d’où partent et arrivent les navigateurs du Vendée Globe et autres courses nautiques. Les trois ports dont l’un est le quatrième port de pêche de France. Les deux jetées, les quais, les anciens chemins de halage. Le château Saint-Clair, le phare Arundel et sa vue panoramique. Sans oublier, les Marais et la zone humide riches d’une importante biodiversité.

À bicyclette dans les marais

Sables d'Olonne. Les marais.

Les chevaux des marais… Une petite Camargue où il fait bon pédaler.©Judith Lossmann ©La Vie Est Belle Voyages


Il est temps de partir à vélo… avec Gwenaël Seveno, un super guide, « chaumois » dans le corps et dans l’âme. Pour y avoir travaillé à la récolte du sel, il connaît les moindres recoins des marais. Avec lui, la balade part des Sables, longe un océan de toute beauté, frappé ce jour-là par les assauts du vent avant de traverser une forêt et les paysages de l’arrière-pays. Quelle est belle cette promenade à vélo baptisé « Balade et vous » ! En 1h30 elle permet d’avoir une idée précise de l’environnement vert et naturel aux Sables. Quant aux marais, ils sont somptueux. Soixante hectares ramassés sur eux-mêmes, il est simple et aisé de s’y balader. Une superbe occasion d’observer des oiseaux, des chevaux en pagaille – on se penserait en Camargue -, des maisons cachées derrière des bosquets comme si Tolkien avait refait le décor et de se poser près des étendues d’eau, les anciens marais salants, pour en savourer toute la plénitude.

En avion au-dessus des marais

Les Sables d'Olonne en avion

Vol aux dessus de plages et des marais avec Vendée Evasion. ©Judith Lossmann ©La Vie Est Belle Voyages

Vendée Aviation propose un vol « Découverte des paysages de la baie des Sables d’Olonne ». Après avoir pédalé dans les entrelacs des marais, c’est passionnant de voir l’articulation des paysages entre plage, marais, côte sauvages et forêt. Le vol dure trente minutes pour huit personnes. À faire absolument, photos d’exception à la clef !

Des profondeurs des caves naissent des vins…

Les Sables d'Olonne - Domaine Saint Nicolas, Brem

Dégustation Domaine Saint Nicolas, vins de Brem. ©Judith Lossmann ©La Vie Est Belle Voyages

Autres lieux, autres mœurs, nous voilà dans les caves de Sieur Thierry Michon en terroir de Brem. Encore un tempérament ! Il n’en fait qu’à sa tête celui-là et ses productions lui ressemblent. Il a bien raison de faire confiance à ses raisins et à ses méthodes en biodynamie. Ses vins naturels méritent la dégustation. C’est encore une découverte pour beaucoup sauf pour les Chefs étoilés ou pas de France, de Navarre et au-delà. Épris de l’audace, du savoir-faire et de l’originalité de ce vinificateur hors pair, ils accordent une place de choix sur leurs tables à ses cuvées pour leur finesse et la précision de leur expression.

 

 

À l’assaut des vagues et de la houle

Les Sables d'Olonne, Longe côte

A l’assaut des vagues et de la houle pendant une sortie très physique de longe côte. ©Judith Lossmann ©La Vie Est Belle Voyages

Tout commence par un chiffre. Celui de la température de l’eau ce jour-là. 17°C. Avec la combinaison moyenne densité, ça va le faire. Encore faut-il entrer dedans. En fait, le sport commence quand il s’agit de l’enfiler. Une épreuve mais rien comparé à ce qui nous attend. Le professeur/animateur/professionnel/ Dominique Bizière de l’Institut Sports Océan nous attend de pied ferme. Son souhait ? Nous faire découvrir les joies du longe côte. Certains l’appellent marche aquatique et c’est bien de cela dont il s’agit. Sauf que si vous vous imaginez une petite balade tranquille, les pieds dans l’eau, vous avez tout faux. Le longe côte est une discipline sportive avec ses règles. Parmi lesquelles, avoir de l’eau au niveau de la poitrine et lever haut la cuisse pour avancer à grandes enjambées tout en surveiller du coin de l’œil la survenue des vagues qu’il faut prendre sur le flanc au risque de se retrouver balayé comme un fétu de paille en plein ouragan. Ce qui évidemment ne manque pas de se produire ! Nous étions six. On a fini trois devant. Trois derrière. Épuisés comme jamais. Rompus par la force des rouleaux. Et un poil vexés… de s’être fait doubler tout au long du parcours par des hordes de retraités hyper motivés, suréquipés, capables de fendre les flots telles des torpilles ! Rassurez-vous, le longe côte est un sport accessible à tous. Il demande seulement un peu d’entrainement et la liste de ses bienfaits serait trop longue à développer ici. Randonnée en mer avec de l’eau à la taille, le Longe-Côte permet un travail d’équilibre et de renforcement musculaire en douceur. Activité originale, complète et ludique, elle est adaptée à tous les niveaux et permet de pratiquer une activité sportive dans une ambiance détendue et conviviale. La Grande Plage des Sables d’Olonne se prête à merveille à l’exercice.

Et la Chaume alors ?!

Les Sables d'Olonne, La Chaume

À La Chaume, les façades racontent l’histoire de la cité et empruntent leurs vrais visages aux habitants. ©Judith Lossmann ©La Vie Est Belle Voyages

Il est temps de visiter ce petit quartier des Sables d’Olonne installé à quelques mètres, juste de l’autre côté du chenal. On y accède par le passeur, un bus maritime. Hervé Ratureau, Président de la Société Olona, nous guide dans la découverte du quartier, de ses traditions, de son patrimoine maritime, de ses phares. Né ici et  » Chaumois  » lui aussi dans le cœur et dans l’âme (décidément !), il nous entraine dans les merveilleuses ruelles arborées de la petite cité. Et il nous conte l’histoire de ce quartier, anciennement ouvrier, devenu « chic » et recherché. Ici, pendant des générations les femmes faisaient les 3/8. Les cloches des conserveries pouvaient retentir à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, rythmant leur vie et les obligeant, souvent, à « embaucher » d’urgence quand les bateaux arrivaient au port chargé de sardines et de thon. Les hommes partaient en pêche des semaines durant. C’est sur les femmes de la cité que reposait l’équilibre du petit bourg. Les alarmes cornaient beaucoup jusque dans les années 1950. Puis, une à une, elles se sont tues. La dernière dans les années 1980.
Les femmes de la Chaume se souviennent encore de leurs journées passées à émietter le thon pour le mettre en boîte ou à étêter la sardine, la cuire, la mettre en boîte et l’expédier vers les grandes villes grâce au chemin de fer.

« Les sirènes des usines appelaient les ouvrières à l’embauche, rappelle Hervé Retureau dans sa Petite histoire des Sables-d’Olonne. Chaque usine avait un son qui la distinguait de ses voisines et, comme les heures d’embauche n’étaient pas fixes mais dépendaient des arrivages, les femmes veillaient la « corne » qui devait les appeler. Si le travail était pénible et difficile, il régnait une bonne ambiance. Autour de la table de travail, on commentait les nouvelles du jour. Les langues allaient bon train car la Sablaise ou la Chaumoise a de la « goule » et le verbe haut. »

Alors chauvins les Chaumois ? Il n’y a aucun doute. Ils sont fiers de leurs origines ouvrières. Fiers d’avoir gardé à leur espace de vie son authenticité, sa véritable nature, très prisée aujourd’hui. Seuls, quelques kilomètres le long du littoral les séparent mais croyez-le au pas, il y une véritable identité chamoise. Vous pensez à une plaisanterie ? Pas du tout ! Dans les faits géographiques, la Chaume, avec l’ensablement est devenue une « île » et comme on le sait les iliens, quel que que soit l’endroit au monde, ont un tempérament bien trempé ! Les Chaumois ne font pas exception à la règle. Le petit quartier de La Chaume s’illustre par la présence de célébrités nationales et locales.

Quand La Chaume adopte Van Den Heede

Les sables d'Olonne, La Chaume adopte Jean-Luc Van Den heede

Rencontre avec Jean-Luc Van Den Heede au Poisson à Roulettes, quartier de La Chaume. ©Judith Lossmann ©La Vie Est Belle Voyages

Parlons d’un Chaumois d’adoption connu de la France et du monde, le célèbre navigateur Jean-Luc Van Den Heede, dit VDH, un adopté volontaire installé dans le quartier depuis une vingtaine d’années. Ce grand échalas aux yeux bleu profond comme la mer et les océans qui lui vont si bien est, à 73 ans, le vainqueur de la Golden Globe Race 2019 ! En 1992/93, il arriva second au second au Vendée Globe. Il était troisième de l’édition 1989/90. Arrivé ici, attiré par les Sables d’Olonne, port de départ de la grande course, le bonhomme a une super philosophie de vie. Loin de la timidité de Kersauson qui préfère passer pour un vieil ours marin, Jean-Luc Van Den Heede lui, est un communicant. Le skipper vient de publier un livre « Le dernier loup de mer » chez Stock. Figure tutélaire de cet éden sur mer, il aime à trimbaler dans les rues étroites de La Chaume, son mètre quatre-vingt-dix avec une nonchalance chaloupée. On lui donne soixante ans à tout péter quand son État civil en affiche soixante-quatorze et qu’il en a probablement à peine trente dans la vie.

Ancien professeur de mathématiques, scientifique, passionné et baroudeur des flots, il s’est amusé de calculer sa direction au sextant deux fois par jour quand il a relevé le défi de faire la course en solitaire autour du monde, une course « à l’ancienne » avec une vieille barcasse, sans escale, ni GPS, ni électronique. Bref, sans instrument.

 » Je n’ai aucune envie de refaire le Vendée Globe puisque je n’ai aucune chance de gagner. Aujourd’hui, les courses sont techniques voir électroniques et je n’ai plus le corps pour grimper aux mains si jamais je démâte dit-il avant d’ajouter… et puis en vieillissant de toute façon, il faut réussir à gommer les emmerdes et surtout la connerie. Ha, si j’avais su ça à 20 ans ! « 

Quand je l’interroge sur la visibilité du changement climatique, de la pollution des océans par les plastiques ou sur des rencontres amoureuses avec des baleines et des dauphins, il me répond : « Chère Madame, je ne tombe pas aussi facilement amoureux d’abord ! » Avant d’expliquer : « C’est sur Terre que le réchauffement climatique est le plus visible et je m’en inquiète. Sur l’eau, ajoute-t-il, il est plus difficile à mesurer. Aujourd’hui, quand on part en pleine mer, même si l’on sait que c’est faux, les choses ont l’air d’être naturelles. Oui, parfois on voit des nappes de plastique et de pétrole mais les océans sont si vastes ! Et puis, nous prenons des voies maritimes différentes de celles de porte containers ou des gyres, ces vortex de plastique appelés 8ème continent ! Off course ! Marins aventuriers, ils sortent en mer pour prendre d’autres chemins, d’autres sentiers marins battus, encore éloignés des dégâts !

dernier loup de mer, van den heed

Le dernier loup de mer signé VDH.

Cette brève rencontre vous a donné envie de faire plus connaissance avec ce bonhomme des mers, plongez-vous dans son livre qui parle de vent, d’air, de nature, de solitude et d’indépendance. Bref un gros caractère quoi !

Le poisson à roulettes !?

La Chaume, quartier des Sables d'Olonne et son phare : Le Poisson à Roulettes !

La Chaume, quartier des Sables d’Olonne et son phare : Le Poisson à Roulettes ! ©propriétaire

Un autre adopté règne sur la pointe sud-ouest de La Chaume, un autre Jean-Luc. Sabourin. Le patron du bar de quartier baptisé Le Poisson à Roulettes. Ne me demandez pas pourquoi, je ne suis pas sûre que le patron lui-même le sache. Je vous conseille ce lieu festif, convivial, hors des normes qui réunit des gens passionnés par l’idée de refaire le monde au coin du zingue ! Le Poisson à Roulettes c’est bien plus qu’un café du commerce, c’est le rendez-vous de inconditionnels de la mer. Il faut le voir, le Sabourin, animer son café avec éloquence et énergie et rameuter son monde. Sauf que son omniprésence habituelle se tait devant l’autre Jean-Luc, le pourfendeur des mers. À ce moment-là, derrière son bar, il n’en mène pas large le petit Sabourin. Ça ne dure jamais. Dès qu’il peut, les vannes fusent. Voilà qui ajoute aux charmes de l’endroit. Une visite s’impose vous l’avez compris. Dans son bar se retrouvent des adeptes des bons petits-plats et de la planche de saucisson arrosée avec des vins du coin qu’il connaît bien, le bougre ! Sous ses airs de ne pas y toucher, cet autre adopté volontaire de La Chaume vous parle comme personne de son petit paradis. Chez lui, on déguste la fameuse gâche vendéenne, venue de la boulangerie voisine. Une « merveille » à savourer en écoutant la musique d’un des concerts organisé par cet homme au grand cœur.

Avant de refermer le chapitre Sables d’Olonne, mention spéciale pour un hôtel

Côte Ouest Hotel Les Sables

Les espaces cosy de l’hôtel Côte Ouest aux Sables d’Olonne. ©La direction

Souvent les hôtels se suivent et se … ressemblent. Pas l’Hôtel Côte Ouest Thalasso & Spa. Un **** de qualité, managé avec douceur et fermeté par Sylvie Dubreuil, une patronne active, amoureuse de l’endroit au point qu’elle en a investi chaque millimètres carrés pour le « transformer » en une sorte de maison d’invités. C’est frappant. Vous passez la porte et vous ressentez la force de sa décoration, de son implication, de son sens du détail. Avec ses équipes, elle a organisé tout le lobby en de multiples petits endroits hyper cosy, dans l’esprit Paquebot Italia, où l’on prend un plaisir exquis à se poser, sans être embarrassé par la proximité ou le regard des autres « invités ». La vue est sublime. La terrasse sur l’océan appelle à la contemplation. Hum, boire un chocolat chaud, le regard perdu dans les rouleaux ! Le restaurant est à l’image de sa « patronne », généreux, savoureux, plein de surprises et réconfortant ! Idem pour le petit-déjeuner. Vous aimerez la dernière création des équipes en cuisine pour le lunch : les bocaux ! Attention… addictif et copieux ! On adore.

Le spa et l’institut de beauté s’élèvent au même niveau d’exigence. Tout est ultra propre, sous contrôle, pas de temps d’attente, qualité des services.

« Quand les gens passent la porte de ma cabine, je suis un protocole mais je veux surtout que les gens oublient tout et ne pensent qu’à leur moment à eux ! »

Ainsi agit Émilie, mon esthéticienne aux mains expertes qui pratique un soin visage express Labiomer (58€), finalisé par une crème hydratante « Joie teintée » Décléor ambrée. Parfait et rassérénant !

Quant aux chambres !? Confortables, calmes avec terrasse, préférez-les avec vue. C’est le moindre à s’offrir pour un séjour de qualité aux Sables d’Olonne. Cet hôtel cumule les superlatifs, il possède même sa salle de cinéma. Voilà sans doute les raisons qui ont « labélisé » l’hôtel dans la gamme des hôtels MGallery Serenity  » alliant élégance et quiétude, ils invitent les voyageurs à des instants de pure tranquillité dans des lieux sublimes.

Les Sables d’Olonne hors saison ont é-nor-me-ment à offrir. Nous avons adoré cette destination expérientielle et sensorielle. Ajoutez-la vite à votre liste de lieux à découvrir.

 


INFORMATIONS PRATIQUES

 

www.lessablesdolonne-tourisme.com

Y ALLER

– Par avion, aéroport de Nantes Atlantique (1h30 des Sables) ou La Rochelle – Ile de Ré (1h30 des Sables).

– En train : TGV Paris/Les Sables d’Olonne

– En voiture, autoroute depuis toutes les grandes villes de France.

SUR PLACE

– Office du Tourisme – 1 Promenade du Maréchal Joffre – Tel. +33(0-2 51 96 85 85

MANGER AUX SABLES D’OLONNES

soupe tomate et maquereaux

Soupe tomates et maquereaux, créée par un Maître restaurateur. ©Judith Lossmann ©La Vie Est Belle Voyages

– La table de ce Maître Restaurateur vaut le détour. Nous avons découvert une entrée originale, une soupe de tomate et maquereaux, parfumée et goûteuse. Service parfait. Assiettes généreuses, goûteuses et créatives. Une belle adresse. Le Quai Des Saveurs – Marjorie et Nicolas Ferré – 10, quai René Guiné – Les Sables d’Olonne – Tél. +33(0)2 51 23 84 91 – www.lequaidessaveurs.netlequai.des.saveurs@orange.fr

– Le Poisson à Roulettes – Prendre un verre, déguster une plancha ou de la gâche, déjeuner ou diner français – 81 rue Saint Nicolas Tel. +33(0)6 16 64 68 29

– Le Cayola – Restaurant 1 étoile – Tél. +33(0)2 51 22 01 01 – www.le-cayola.com
Ce restaurant nous a bien déçu tant en termes de service (sympathique mais vraiment négligé) que dans l’assiette, mis à part l’excellence d’un jus d’accompagnement du râble de lapin. Exceptionnel ! Renseignements pris, la direction venait tout juste de changer. Ceci explique sans doute cela. À retenter donc !

– le restaurant de l’hôtel Côte Ouest est une excellente table, créative et goûteuse. Mention spéciale pour la soupe de champignons riche et crémeuse, présentée en croûte de parmesan. Un goût parfait !

 

 

 

 

DOMRIR AUX SABLES D’OLONNE

 

Hôtel Côte Ouest aux Sables d'Olonne

Suite de l’hôtel Côte Ouest aux Sables d’Olonne. ©Fourni par la direction.

Côte Ouest Thalasso & Spa Les Sables d’Olonne-MGallery – Lac de Tanchet, Route du Tour de France – 85100 Les Sables-d’Olonne – Tél. +33(0)2 51 21 77 77 – https://www.hotel-coteouest.com/fr/

 

Activités aux Sables d’Olonne

– Location de vélos électriques et classiques, balade commentée ou non – Veloo de la forêt – Tél. +33(0)6 10 52 42 59 – Base de départ toute l’année : 105 rue Joseph Benatier, (face au Super U) – www.veloodelaforet.fr

 – Visite des caves du Domaine Saint Nicolas ( Fiefs vendéens et Brem ) – www.domainesaintnicolas.comcontact@domainesaintnicolas.com – Tél. +33(0)2 51 33 13 04

– Longe Côte – Départs et arrivées à La base de mer au bout de la grande plage des Sables d’Olonne et de la sortie du Port, une baie abritée et orientée au sud. Tél. +33(0)2 51 95 15 66 – nautique@institutsportsocean.com -ww.institutsportsocean.com/offres-nautiques/longe-cote/

– Vendée Aviation (Baptême de l’air et vol au-dessus des plages et des marais ) Aérodrome de la Lande – Rue du Petit Versailles, 85180 Les Sables-d’Olonne – Tél. +33(0)2 51 32 68 42 – www.vendee-aviation.fr – À partir de 40 euros.

 

SHOPPING AUX SABLES D’OLONNE

La brioche vendéenne et la gâche vendéenne
Impossible de renter chez vous sans une provision de gâche vendéenne. En plus si vous commandez avant vous pourrez avoir une spécialité : la gâche aux fruits confits… un délice ! Je vous conseille d’aller dans le quartier de La Chaume chez Astrid et Rodolf, L’amie Chaumoise – 22, rue du village neuf – Tél. 02 51 95 10 01.
Sinon, en centre ville des Sables d’Olonne, à coté du marché Arago : Guillaume Ségretin, 61 rue des Halles – Tél. +33(0)2 51 32 06 11

Fromage des chèvres de la Fromagerie La Barbichette de Sylvie Delbarre, en vente sur le stand de la fromagère du marché Arago.. Tél. +33 (0)6 18 18 26 21

Thés et infusions d’exception : sous la halle du marché Arago. Saveurs du monde & tant qu’il y aura des épices. Assez cher mais les assemblages sont merveilleux. Suivez l’odeur c’est irrésistible !

Spiruline. Si vous ne connaissez pas encore les vertus de la spiruline, prenez le temps de lire notre article. Sinon, celle-ci est vraiment exceptionnelle et produite par un artisan : Benoit Tesson, auquel nous consacrerons un article prochainement. En attendant voici ses coordonnées : La Foiserie – 85150 Saint-Mathurin – Tél. +33(0)7 85 89 14 62 – spirulinedesolonnes@gmail.com (merci Jean-Luc Sabourin !)

Si vous décidez de vous installer
L’immobilier aux Sables d’Olonne (oct2019) :
Achat : +/- 3300 euros le m2
Locatif long terme : 250 à 400 euros un 2 pièce bien situé.
Location saisonnière : à partir de 350 euros/semaine et jusqu’à 1000 euros en haute saison pour 2 adultes et deux enfants.

Judith Lossmann
Je ne suis jamais aussi bien sur Terre qu'assise dans un avion en partance pour ailleurs. Ma passion pour les paysages, les gens, les cultures est le moteur de ma vie, ma motivation première pour ensuite les transmettre, les partager. J'exerce ma saine curiosité depuis de longues années et je suis toujours autant surprise par ce que je découvre.

Leave a Reply

  • (not be published)