Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Que sait-on au juste du Béarn des Gaves ? Cette contrée occidentale du Béarn, délimitée au nord par les Landes, au sud et à l'ouest par le Pays Basque. Le Béarn s'enroule autour de deux rivières : les Gaves de Pau et les Gaves d'Oforon dont la région tire son nom, son originalité, ses ressources et ses croyances...
Quelques figures emblématiques vont vous aider à mieux le situer dans l'histoire : Gaston Fébus, fer de lance de l'indépendance de la région et Henri de Navarre - futur Henri IV - habile politique, il substitua les Bourbons aux Valois ! C'est aussi la patrie du calvinisme imposé comme religion d'état par la réforme . Enfin, c'est le terreau toujours actuel de la langue béarnaise, une des langues d'Oc.

bearn01

Traversé par trois des quatre plus grands chemins occidentaux de Compostelle, le Béarn des Gaves est une terre de pèlerinages où l'on a appris à bien accueillir l'étranger...
Les vallées creusées par les Gaves furent de tous temps habitées par des colonies humaines installées dans une multitude de villages jalonnant le Béarn des Gaves : grandes villes de l'époque, petits bourgs, hameaux isolés. Les humains établirent de nombreux abris construits avec les ressources locales : galets, bois, pierres de taille, tuiles picon... De la belle ouvrage ! Pour preuve, beaucoup de ces édifices sont encore debout aujourd'hui !
On les visite. On les admire. En eux, on se promène dans un passé omniprésent qui confère au Béarn des Gaves une atmosphère particulière nourri de secrets et de mystères. Des ingrédients recherchés par les visiteurs avides d'authenticité.
Mais la région souvent mal connue possède bien d'autres vertus. Elle regorge de vignobles, de bois, de collines... Proposant à satiété des visites culturelles, architecturales, culinaires, gastronomiques.
Des atouts nécessaires pour mériter le label de Pays d'Art et d'Histoire.
Bref, vous l'aurez compris, le Béarn des Gaves est une destination à pratiquer au rythme du temps : l'ancien et le nouveau.
Ce tout petit pays s'est construit hors des canevas classiques et les traces en sont partout visibles dans chacune de ses quatre « grandes villes » aux personnalités radicalement différentes. Voyons plutôt.

Sauveterre-de-Béarn

La ville tire son nom de la sauveté, un mouvement de renaissance rurale dont la partie visible est l'implantation de nombreuses croix. Elle en conserve des joyaux médiévaux : ruines du château vicomtal, la Tour Monréal classée aux Monuments Historiques, le Pont fortifié dit Pont de la Légende, l'église Saint-André, des abbayes laïques (une spécificité béarnaise)-, le château de Làas dont nous reparlerons. Autant de sites à visiter. Sauveterre-de-Béarn est la terre d'élection de la Blonde d'Aquitaine.

Navarrenx

bearn02bearn03

Si elle n'avait qu'une seule particularité, cette bourgade afficherait ses bastides. Celle de Navarrenx date de 1316. Son rôle clairement militaire consistait à verrouiller un territoire à proximité d'une frontière. La bastide est donc une cité bastonnée, fermée aux extrémités par des portes qui protègent sa rue centrale. Le quadrillage en damier atteste de son organisation géométrique. De nombreux remparts et des bastions défensifs sont visibles en direction de l'église Saint-Germain et de l'ancien arsenal devenu l'Office du Tourisme. Navarrenx, cité du gave et du saumon, réunit les gourmands et les pêcheurs sportifs, amateurs de sensations en eaux vives.

Orthez

La ville s'est édifiée autour de trois bourgs médiévaux successifs sis le long d'une voie majeure reliant Vezelay à Compostelle. Ainsi Bourg-Vieux, Bourg Moncade, Bourg-Neuf constituèrent la colonne vertébrale d'Orthez. Cette ancienne capitale du Béarn demeure une Cité du Livre. C'est ici que s'installèrent les premiers imprimeurs, libres - calvinisme oblige - de produire des livres interdits ailleurs. Un imposant Salon du Livre annuel commémore cette origine littéraire et culturelle. On y visite de nombreux édifices et surtout les 60 maisons des Illustres labellisées en France en 2012 dont celle de Gaston Fébus - la tour du château Moncade - et la maison Chrestiàa où écrivait le poète Francis Jammes. Pour tout savoir sur l'histoire des huguenots et replacer leurs actions et leurs combats sur la ligne du temps, on ira se «perdre» dans la maison Jeanne d'Albret devenue le musée du Protestantisme béarnais.

Salies-de-Béarn

La bourgade ne manque pas de charme avec sa construction -unique- en coquille d'escargot qui tourne autour d'un axe précieux : la source de Bayaà. Depuis l'antiquité, c'est l'eau 10 fois plus salée que celle de l'océan et le sel de Salies-de-Béarn qui a attiré les foules, les commerçants, les exploiteurs, les travailleurs qui en connaissaient les vertus : exhausteur de goût et conservateur...
Aujourd'hui, on visite la crypte qui abrite la source et l'on découvre un espace étrange, merveilleusement préservé, habité de «glouglous» et bruits divers... Une source autrefois à l'air libre, puis protégée pour éviter les fraudes et les vols. Une balade par les salines permettra de découvrir les étapes de productions du sel, le seul avec lequel on conservait et frottait les fameux jambons de Bayonne. Un sel qui conférait à la charcuterie la subtilité de son goût. Rien n'a changé aujourd'hui !
Autour du sel... il y a tout un monde inconnu à découvrir. 3500 ans d'histoire du sel trouvent leur écrin dans le splendide Musée de la Crypte sous l'Hôtel de Ville où se racontent méthodes, passe-droits, part-prenants. Chaque année, en septembre, la fête du sel, demeure l'un des grands évènements de la ville.

L'artisanat en Béarn

C'est la région qui veut ça...Ancrée dans la tradition, pourtant elle accepte les étrangers et les idées venues d'ailleurs... Deux exemples aux antipodes. Les tissages Moutet. Une unité de fabrication artisanale de linges basques très réputée depuis 5 générations. L'entreprise familiale a
du faire face à de nombreux changements dans les modes de consommation. Autrefois, les torchons c'était pour la vie. C'est donc vers le marché français haut de gamme et vers l'international que l'entreprise labélisée patrimoine vivant a réussi son développement. Une visite s'impose au magasin d'usine. On y achètera de merveilleux torchons, nappes, set de tables aux couleurs traditionnelles de la région. Une belle façon d'emporter un peu du Béarn chez soi.

Plus étonnant, cette fabrique de cigares implantée dans une ancienne caserne de mousquetaires. Les cigares produits par la maison sont 100% français et surtout 100% béarnais mais ce sont des «rouleuses» cubaines, ayant abandonné leur île caraïbe, qui apportent ici leur savoir-faire hors du commun. Le propriétaire, Thierry Frontère, ouvre ses portes et présente cet art du tabac aux curieux et aux intéressés. Nous n'avons pas eu le loisir de déguster les cigares, mais nous nous sommes laissés dire qu'ils sont bons. À vous de juger en toute modération bien sûr.

Finissons par une promenade dans le Domaine de Laàs à Sauveterre, un sublime parc au bord du Gave, rempli d'espèces d'arbres et de plantations rivalisant de beauté. On appréciera la bambouseraie et bien entendu le verger conservatoire où sont maintenues les productions de fruits anciens. Dans la maison de Maître du domaine, une gentilhommière du 18è siècle, se tient une exposition permanente des collections d'arts décoratifs d'Aquitaine.

Nous avons pointé du doigt une infime partie des richesses de ce territoire insolite. «Le livre de l'Insolite du Béarn des gaves», signé par un passionné érudit, René Descaezaux, maire-adjoint d'Orthez, vous donnera bien des clefs et l'envie de venir sur place. ?

Informations pratiques

Office du tourisme :

Tél. 05 59 38 00 33 - www.tourisme-bearn-gaves.com
Comité Dpt du tourisme Béarn/Pays Basque : Tél. 05 59 46 52 52 - www.tourisme64.com

Venir dans le Béarn-des-Gaves :

Vols réguliers Paris/Orly-Biarritz

Dormir à Salies-de-Béarn :

Hôtel du Parc***. L'établissement date de la fin du 19è siècle, doté d'un atrium spectaculaire ouvert sur 3 étages de galerie d'une autre époque. Classé monument historique, on dirait un décor de cinéma d'autant que le RDC est envahi par les machines à sous du groupe Partouche qui n'a pas manqué d'installer dans cette ville d'eau ses fameux «bandits manchots». Entièrement rénovées, les 51 chambres sont tout à fait isolées du bruit des pièces qui ...dégringolent. Vastes (de 20 à 50 m2), beige, blanche et rouge, elles sont parfaites pour profiter des Thermes et du centre ville.
Hôtel du parc : www.hotelcasinoduparc.fr

Manger à Salies-de-Béarn :

L'excellente «Belle auberge» à Castagnède, à 2km de Salies sert une cuisine traditionnelle savoureuse et généreuse : garbure, bar à la planche, enfilades de desserts. Le lieu, étonnant, est très courru. On vient de loin. Mieux vaut réserver.
Tél. 05 59 38 15 28 - la.belleauberge@orange.fr

Le restaurant «Les voisins», avec sa décoration contemporaine et authentique est installée dans une des plus anciennes maisons de la vieille ville. La table propose une approche gastronomique des produits locaux.
Tél. 05 59 38 01 79

Dormir en chambre d'hôte :

Yves et Nicole Everaert ont réhabilité une demeure du 18e siècle, offrant confort et convivialité face aux Pyréenées. Une vue magnifique. Je vous conseille de manger sur place au moins un repas... la cuisine de Nicole est résolument gourmande, rafinée et généreuse.
Domaine Lespoune à Castetnau-Camblong : www.lespoune.fr
contact@lespoune.fr - Tél. 05 59 66 24 14

cigares
Cigares Navarres à Navarrenx : www.cigare-navarre.com

tissage

Tissage Moutet à Orthez : www.tissage-moutet.com
contact@tissage-moutet.com
Tél. 05 59 69 14 33

Activités

Un grand et beau marché se tient tous les jeudis et samedis matins à Salie-de-Béarn. Pour rapporter des produits locaux dans vos paniers,
il n'y a pas mieux !

Les salines de Salies :

www.sel-salies-de-bearn.com

Affiches des Chemins de Fer du Midi

affiche1affiche2affiche3affiche4

ireland

Derniers articles - Voyages