Visuel portrait © Alain Potignon
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email

Artiste polyvalent et écrivain rock reconnu, Bruno Blum nous livre ici un ouvrage à la fois plein d’humour et profond sur son sujet fétiche : le véganisme. Décalé, drôle et très documenté, ce témoignage nous invite à des prises de conscience aussi inattendues qu’essentielles.

Quel est le déclic fondateur de votre changement d’alimentation ?

Le déclic fondateur a été pour moi une discussion avec une amie, la chanteuse des Pretenders, Chrissie Hynde. Je manquais d'informations. Elle m'a informé et j'en ai tiré la seule conclusion possible : soit je participe activement au carnage, soit je cesse totalement de consommer des animaux.

Quel argument essentiel donneriez-vous à un viandard pour l’inviter à changer de comportement alimentaire ?

Découvrez la cuisine végane, elle fabuleuse, insoupçonnée, elle est riche, délicieuse, variée et mondiale.
Les magasins "Un Monde Vegan" à Paris et à Lyon sont de bonnes adresses. Ils vendent sur internet, leurs produits sont étonnants. Ils seront bientôt partout, comme en Allemagne, en Israël, en Angleterre. Parmi mes plats préférés, les "fish style fingers" et les burgers de marque V-Bites, le chorizo Wheaties, les Space Bars Wheaties et le Taifun grillé, le Taifun à la mangue...

Quel est l’avantage n°1 à être vegane ?

Respecter les animaux, voilà l'avantage. Les animaux ne sont pas des produits de consommation.
Les poissons, les mammifères, les oiseaux sont extrêmement sensibles, ils souffrent atrocement. 50 millions d'animaux sont tués chaque jour en France. Oui, 50 millions. C'est ignoble. Mais sans moi ! Et puis oui, c'est bien mieux pour la santé mais c'est une autre question. Devenir végane c'est facile à faire aujourd'hui, il suffit de lire mon bouquin "De Viandard à végane", j'y explique comment j'ai fait ! Et puis c'est un livre marrant à lire. Un livre rock. Je suis musicien.

Quel est votre rapport aux animaux depuis que vous êtes vegane ? Que se passe-t-il quand vous les regardez dans les yeux ?

J'ai toujours aimé les animaux, pas vous ? J'ai compris que les aimer et les manger était un énorme contresens. Mais je fréquente peu d'animaux. Je leur fous la paix, je n'ai pas beaucoup d'occasions de les regarder dans les yeux. Quand ça m'arrive, j'essaie d'être doux avec eux.

Dernière question : des regrets parfois ?

Je ne regrette qu'une chose : ne pas avoir compris plus tôt que la production de lait était d'une abjecte cruauté. Idem pour les œufs, pour tous les œufs (les poussins mâles sont broyés vivants dans les élevages de poules pondeuses, car ils sont invendables, etc.). Il est facile de trouver des recettes qui ne contiennent ni œufs ni lait, elles sont partout sur le net. Idem pour le fromage végétal, il y en a de très bons, il faut chercher un peu. Les Jay and Joy sont biens, le Wilmerberger aux champignons aussi.

Actuellement dans l’actualité... l’affreusement mal nommé Festival de Yulin en Chine où 40.000 chiens et 8000 chats sont massacrés. Qu’en pensez-vous ? D’une manière générale ? Et à comparer avec nos méthodes dans les abattoirs occidentaux ? »

Le massacre annuel de chiens à Yulin est atroce. Mais il n'a rien à envier à nos abattoirs, à nos atroces élevages. Rien. Je ne fais pas de différence entre un porcelet émasculé sans ménagement au cutter à la naissance, aux dents sectionnées, à la queue et aux oreilles coupées comme tous les cochons. Berk. Ni avec les veaux arrachés à leur mère et jetés dans des camions bâchés en plein hiver en route pour l'Allemagne de l'est, où les abattoirs sont moins chers. Sans parler des millions de chiens, de ragondins écorchés vifs pour leur peau, qui sert à faire du cuir et de la fourrure. Il est facile de faire autrement, un peu de bon sens ! Chaque fois que vous dépensez de l'argent, vous votez pour le monde que vous voulez...

ireland

Derniers articles - Loisirs