23e Rendez-vous de la bande dessinée à Amiens !

Vincent Gasnier Dans Expositions
23e Rendez-vous de la bande dessinée à Amiens !

follow En ce premier week-end de Juin se déroulait le 23e rendez-vous de la bande dessinée à Amiens. Cette exposition qui dure un mois est un évènement incontournable pour les passionnés de BD. À ne louper sous aucun prétexte. Lire l'article

La Haye : deux musées pour découvrir l’art néerlandais

Caroline Mzali Dans Expositions
La Haye : deux musées pour découvrir l’art néerlandais

click La Haye est une ville politique où siège le gouvernement des Pays-Bas. Mais la résumer à cet aspect serait un affront. Bien plus qu’une ville politique, La Haye rayonne par ses deux magnifiques musées que sont la Mauritshuis et la Galerie du Prince William V. Lire l'article

Japonismes 2018 : Une union culturelle entre le Japon et la France

Vincent Gasnier Dans Expositions
Japonismes 2018 : Une union culturelle entre le Japon et la France

Passionné de culture japonaise ou curieux à l’idée de découvrir toutes les facettes de l’île nippone ? Plus que jamais 2018 vous permettra un authentique voyage au Japon sans même quitter le territoire français ! Lire l'article

Le festival BD d'Aix sort des sentiers battus et prend la tangente !

Judith Lossmann Dans Expositions

Pour fêter ses 15 ans, le Festival des rencontres du 9e Art, se tourne vers un nouveau format de rendez-vous entre le public et les artistes. Pendant deux mois, les artistes proposent leur exposition, des rencontres et des rendez-vous... Des temps forts qui marquent l'entrée du festival dans une nouvelle dimension. Lire l'article

Les Caves Monmousseau en lumière !

Judith Lossmann Dans Expositions
Les Caves Monmousseau en lumière !

A partir du 24 avril, les Caves Monmousseau invitent le grand public à découvrir les châteaux de la Loire au travers de tapisseries lumineuses. Une expérience haute en couleurs ! Lire l'article

"The Girl in the Spotlight": la jeune fille sous les projecteurs !

Caroline Mzali Dans Expositions
"The Girl in the Spotlight": la jeune fille sous les projecteurs !

La Jeune Fille à la Perle de Vermer : les secrets d’une peinture énigmatique enfin dévoilés ! Courant février /mars 2018, pendant deux semaines, le musée Mauritshuis a employé les grands moyens pour percer les secrets de la célèbre œuvre du grand maître hollandais Vermeer et réaliser une rénovation à la hauteur du Maître. Le tableau est de retour à sa place. L'occasion de revisiter l'art hollandais du XVIIème siècle ! Lire l'article

Le Musée de l'Homme reçoit Néandertal

Dans Expositions
Le Musée de l'Homme reçoit Neandertal

L’homme de Néandertal vu par trois Homo-Sapiens. Lire l'article

Effets spéciaux, crevez l’écran ! - La nouvelle exposition de la Cité des Sciences et de l’Industrie

Caroline Mzali Dans Expositions
Effets spéciaux, crevez l’écran !, la nouvelle exposition de la Cité des Sciences et de l’Industrie

Difficile d’imaginer un film sans effets spéciaux. Films d’action, films romantiques ou futuristes, les effets spéciaux sont partout ! Découvrez-en les secrets utilisés dans les films les plus impressionnants de l’histoire du cinéma ! De Star Wars à Captain America, en passant par King Kong et Lucy, les effets spéciaux n’ont cessé d’élargir l’univers et de créer des mondes imaginaires. Retour dans le futur ! L’exposition Effets Spéciaux, crevez l’écran ! dévoile tout ce qu’il se passe dans les coulisses. Réalité ou magie ? La science joue avec les illusions d’optique pour briser la barrière entre le monde réel et le monde fictif. Avec l’évolution des effets spéciaux au cinéma, les images paraissent de plus en plus authentiques ! Comparez le tout premier Star Wars des années 1980 au dernier Star Wars sorti en 2016... Fascinant ! Silence... Ça tourne ! Enfilez votre badge et passez le casting pour le prochain film. Interactif et amusant, l’exposition se divise en quatre temps : le bureau, le plateau, le studio et la salle de cinéma. De l’idée initiale à la réalisation du film, on observe la transformation des acteurs, avec maquillage ou en 3D, ainsi que tous les montages et les mises en scène pour créer l’illusion du réel. Arrière-fond vert, costumes, croquis... Finalement, on découvre que la réalisation d’un film ne se fait pas en un claquement de doigts, mais est bien le résultat d’un travail minutieux et complexe. Trouver le budget nécessaire, les acteurs, l’angle des prises, rien n’est laissé au hasard... ... La preuve dans Effets spéciaux. 2 siècles d'histoires, le livre de Pascal Pinteau Pascal Pinteau est spécialisé dans le domaine des effets spéciaux. Ceux-ci n’ont plus de secrets pour lui. Après des années de travail acharné et minutieux, des centaines d'interviews, il publie en 2015 le premier tome d'une sommité consacré au sujet. Résultat : un ouvrage unique avec plus de 800 pages d’explications, de dessins, de rencontres avec les plus grands artistes de l’univers du trucage. Son ouvrage vous permettra de connaître en détails les pratiques utilisées à travers deux siècles d’histoire des effets spéciaux. L'auteur travaille actuellement au tome 2 qui sortira également chez Bragelonne en 2020. De plus, pour affiner vos connaissances, Réjane Hamus-Vallé propose un catalogue sur l'exposition Effets spéciaux, crevez l'écran ! Cet ouvrage rédigé par des spécialistes et des professionnels invite à plonger les amateurs dans l'univers du décor, au coeur de l'industrie du cinéma pour découvrir les coulisses des plus beaux films de science-fiction tels que King Kong, Avatar, Star Wars etc. Pour les grands et les petits, les amateurs de films vont adorer ! Alors, action ! Lire l'article

Le Musée de la guerre torpillé dans l'oeuf ?!

Judith Lossmann Dans Expositions
MIIN - Le Musée de la Seconde Guerre mondiale à Gdansk, Pologne.

A quelques jours de son ouverture au grand public, le MIIN, le Musée de la Seconde Guerre mondiale de Gdansk sera t-il torpillé dans l'œuf par M. Glinski, le ministre de la Culture Polonais, lequel au mépris du respect le plus élémentaire du droit constitutionnel refuse la décision du Tribunal régional de conserver ce Musée dans sa dimension locale ? Si elle n'était pas si tristement stupide cette affaire pourrait faire rire aux éclats. Malheureusement ce n'est pas le cas. Il y a de quoi se demander comment fonctionnent les esprits des hauts fonctionnaires de l'État qui voient, depuis Varsovie, une occasion de piquer une intéressante initiative locale à leurs petits copains de province. En effet, depuis 2008, les équipes, partenaires, collaborateurs et donateurs de la ville de Gdansk, sous la direction du Professeur Pawel Machecewicz, ont œuvré comme des forcenés pour ouvrir ce magnifique musée dédié à la Seconde Guerre mondiale, sur un terrain symbolique, qui fut pendant le conflit, un quartier populaire entièrement rasé par les bombes. Avec cette ouverture exceptionnelle, le 23 janvier 2017, aux pontes régionaux et aux journalistes, on a bien conscience d'être tous un poil ... instrumentalisés. La preuve cet article ! C'est cependant avec un véritable intérêt que nous avons visité ce musée en avant-première, en présence des principaux intéressés : Monsieur Pawel Machecewicz, à qui l'on doit l'initiative et la mise en œuvre, son adjoint, les scénographes Belges de la société Tempora Designer (ftp://ftp.lavieestbellemag.com/www/isabelle-benoit-tempora.mp3) Kwadrat Architectural, les constructeurs, Élie Barnavi, ancien ambassadeur d'Israël en France...Également présents, de nombreux donateurs qui se sont défaits de leurs souvenirs pour agrandir les collections du musée qui atteignent 2500 pièces. Rappelons que la stupidité de cette petite guéguerre entre province et ministre de la culture polonais risque d'aboutir à la liquidation complète du musée tel qu'il a été conçu pour être réduit à une dimension purement militaire, officiellement légitimée selon M. Glinski, par la présence à quelques encablures de Gdansk de Westerplatte, l'endroit précis où le 1er septembre 1939 démarra la Seconde Guerre mondiale.Au moment où je publie ce papier, personne ne sait encore ce qu'il adviendra de ce musée. Peut-être aurons-nous été quelques deux cent personnes à l'avoir vu dans le monde. Raison de plus pour en parler. Revenons sur le MIIN, tel qu'il se présente ce 23 janvier 2017. De nombreuses personnes à travers le monde on travaillé aussi bien sur la structure architecturale du musée qui rappelle Yad Vashem à Jérusalem et sur la scénographie que sur la volonté de présenter - enfin- la Seconde Guerre mondiale ni du point de vue Occidental, ni du point de vue Russe mais bel et bien du point de vue de la Pologne. Une terre, un pays, une population catholique et juive, impactée comme aucune autre en Europe du fait de son histoire séculaire avec l'Allemagne dont l'occupation et la brutalité étaient de mise pendant toute l'histoire d'une part. D'autre part, rappelons que si 1945 marque la fin des conflits pour tous les pays, elle marque le début de la dictature communiste en Pologne, laquelle subit donc une double agression : celle du 3ème Reich puis celle des Russes. Avec autant de souffrances chez les civils, la volonté au cœur du processus créatif résidait, certes, dans le désir de montrer la vie militaire, économique, politique pendant La Seconde Guerre mondiale et plus généralement pendant le 20e siècle mais aussi d'exprimer le point de vue de centaines de milliers de femmes, d'enfants, d'hommes persécutés d'une façon ou d'une autre. On verra donc de nombreuses vitrines avec des objets du quotidien, devenus denrées rares durant la guerre, et aussi quelques merveilles sauvegardées comme par miracle tels ces petits carnets de dessin, où l'éclat du soleil et des fleurs provenaient des crayons de couleurs ! Seule façon d'illuminer le quotidien d'une vie à dominante grise et uniforme !!! On verra aussi des photos qui glacent le sang. Comme cette fillette terrorisée, agenouillée dans l'herbe devant sa mère morte, le visage a demi arraché par les balles. Ou encore celle de ce petit garçon, égaré et hébété au milieu des gravas de son quartier entièrement détruit par les attaques aériennes. La visite commence avec la Guerre de 14/18, la montée des extrémismes dans tous les pays d'Europe et se termine avec le conflit en Syrie dans un quartier de la ville d'Alep et l'élection de Donald Trump (qui a signé - j'en profite pour le dire, dès hier, premier jour de son mandat présidentiel la loi anti-avortement... Au cœur de toute cette douloureuse anti-démocratie que fut le 3ème reich et de ces heures liberticides... ça fait réfléchir). Beaucoup de belles trouvailles scénographiques comme ces immenses lettre du mot TERROR. Une riche iconographie qui nous projette en pleine face le salut nazi*et le visage d'hitler*. Des vidéos d'époque, issues des informations et aussi de la propagande. Un exceptionnel montage projeté sur un mur dans l'une des dernières salles de l'exposition permanente, présente côte à côte mais séparé par des barbelés symboliques, l'évolution du monde libre versus le monde non libre, du début du conflit à l'élection du 45e Président des USA.Deux chars d'assaut ont pris place dans le Musée, des reconstitutions des décors réels où le gris domine, des vitrines, des casiers, des armes, des photos. Des milliers de photos de disparus ! Et aussi 1500 pages accessibles sur les écrans multimédias. Un très beau musée dont l'ouverture officielle (si tout va bien) est prévue aux premiers jours de Mars 2017, avec des audio-guides en français. Souhaitons au MIIN, si vite obligé de se battre pour sa liberté d'exister, d'être confirmé dans son essence première par le tribunal Administratif National. 25 janvier 2017 - 9h00 : la décision du Tribunal à Varsovie donne au Ministre de la Culture le pouvoir de refaire ce musée à sa façon... Lien vers le communiqué officiel daté du 24 janvier 2017 publié par le site du Musée : http://www.muzeum1939.pl/en/aktualnosci/act/news-info#article-1cad47b4262f5908b8c70b1a705e78b2  Museum of The Second World War52 Walowa St.80-858 Gdanskwww.muzeum1939.pl Besoin d'une guide ?Arleta DomowiczTél. +48- 604 900 939Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. document.getElementById('cloak5358ce27166d6c8b6d1874278814e3d5').innerHTML = ''; var prefix = 'ma' + 'il' + 'to'; var path = 'hr' + 'ef' + '='; var addy5358ce27166d6c8b6d1874278814e3d5 = 'arletadom' + '@'; addy5358ce27166d6c8b6d1874278814e3d5 = addy5358ce27166d6c8b6d1874278814e3d5 + 'op' + '.' + 'pl'; var addy_text5358ce27166d6c8b6d1874278814e3d5 = 'arletadom' + '@' + 'op' + '.' + 'pl';document.getElementById('cloak5358ce27166d6c8b6d1874278814e3d5').innerHTML += ''+addy_text5358ce27166d6c8b6d1874278814e3d5+''; Venez à Gdansk visitez ce musée de la Seconde Guerre Mondiale et ne ratez pas un autre musée, absolument exceptionnel, très émouvant consacré à Solidarnosc. Lire notre article : Lire l'article

D'Abu Dahbi à la fondation Maeght : des barils

Judith Lossmann Dans Expositions
Fondation Maeght, Christo et Jeanne-Claude exposent des barils

Du mastaba d'Abu Dahbi aux collines de Saint-Paul de Vence, les barils, chers à Christo et à Jeanne-Claude, s'exposent à la Fondation Maeght. Christo et Jeanne-Claude en rêvaient ... Enfin, ils sont exposés à la fondation Maeght dont la Cour Giacometti, désertée par les sculptures de l'artiste, sert d'écrin à un Mastaba monumental de 9 mètres de haut, 17m de long et 9 m de large. Cette idée d'un Mastaba exposé à la Fondation Maeght date des années 1960. Époque où ils ont commencé à travailler avec des barils de pétrole avec leur œuvre Wall of Oil Barrels en situation dans différents environnements urbains jusqu'au Mastaba Monumental édifié de façon permanente (la seule œuvre de Christo dans cas) dans l'oasis de Liwa dans le désert d'Abu Dhabi, qui comprend 410.000 barils ! Jusqu'au 27 novembre 2016, on pourra admirer l'installation mais aussi tous les dessins, maquettes, photographies, films et travaux préparatoires des premières œuvres de Christo et Jeanne-Claude. Une exposition à voir, qui interpelle sur la réalité du monde industriel, son emprise dans le quotidien des Hommes, finalement bien petits face à cette immensité ! Lire l'article

Le monde s'expose en photos en Sarthe

Japser Lontel Dans Expositions

À l'approche de l'été, venez découvrir les expositions photos de l'Abbaye de l'Épau. Haut lieu patrimonial, l'abbaye cistercienne invite cette année encore neuf photographes à exposer leur vision du voyage. Des plaines de l'Arctique au désert malien, des sommets népalais aux grandes métropoles occidentales, les expositions de l'abbaye de l'Épau invitent le visiteur à un véritable voyage autour du monde. Pour la quatrième année consécutive, le parcours photographique à ciel ouvert prend place dans le parc arboré de l'abbaye cistercienne jusqu'au 2 novembre 2016, réunissant le travail de neuf photographes : Jean-Marie Ghislain / Nicolas Krief / Slinkachu / Jean-François Mollière / Ferrante Ferranti / Alexandre Sattler / Pascal Barnier / Georges Pacheco / Vincent Munier En savoir plus sur l'Abbaye de l'Épau Située aux portes de la ville du Mans, l’abbaye de l’Épau est une ancienne abbaye cistercienne fondée par la reine Bérengère en 1229 et rachetée par le Conseil général de la Sarthe en 1958. Classée monument historique, elle constitue l’un des plus beaux exemples de l’architecture cistercienne en France. En 1204, Bérengère de Navarre, veuve de Richard Cœur de Lion, s’installe au Mans, qui appartient alors au royaume Plantagenêt. En 1229, elle décide de fonder une abbaye où elle sera enterrée l’année suivante. La construction débute en 1230 pour s’achever en 1365. Durant la guerre de Cent Ans, l’édifi ce est brûlé par les Manceaux euxmêmes, de peur que les troupes ennemies ne s’en fassent un siège de garnison. Un chantier de rénovation est mené par Guillaume de Bonneville entre 1400 et 1444. Plusieurs fois endommagé et transformé durant la Révolution et la Seconde guerre mondiale notamment, l’édifi ce est fi nalement acquis par le Conseil général de la Sarthe en 1958. Débute alors un grand chantier de restauration qui durera 50 ans au terme desquels le site retrouvera son aspect originel du XVIIIe siècle. L’abbaye est classée en 1973 mais dès 1965, elle devient un lieu culturel. Elle accueille, outre les séances de l’Assemblée départementale dont elle est le siège, bon nombre d’événements culturels de dimension départementale : des concerts, des conférences, des expositions, un cycle de cinéma de plein air, des siestes électro à la fi n du mois d’août ou encore les 24 heures cuisine au mois de septembre. Au total, 200 rendezvous culturels, sportifs ou citoyens réunissant près de 50 000 personnes ont lieu chaque année à l’abbaye de l’Épau. Depuis 1982, le Festival de l’Épau investit l’abbaye pour y faire raisonner la musique classique.   Lire l'article

Comme un Air De Printemps avec Paroles de Jardiniers !

Dans Expositions
Vertdéco 1-2-3-4 : © Vertdéco

Faire le tour du monde en 80 jours vous a toujours séduit, mais le temps vous manque ? Yvelines Tourisme a trouvé la solution en vous proposant de devenir le globe-trotter d’une journée. La 5ème édition de Paroles de Jardiniers fait son grand retour du 28 mai au 12 juin. A l’honneur cette saison : « Jardins de Voyageurs ». Les jardiniers en herbe sont invités à découvrir des paysages enchanteurs, des rives lointaines, des plantes féériques et tout cela en restant dans les Yvelines ! Paroles de jardiniers c’est plus d’une cinquantaine de jardiniers qui viennent d’horizons lointains ; pratiquant des techniques orientales qui nous sont méconnues ou troquant les techniques modernes au profit des méthodes ancestrales.À vos carrosses, le tour du monde commence le 29 mai au Domaine de Marie-Antoinette. Alain Baraton le parrain de l’évènement et le responsable des lieux ouvrira le bal floral par la lecture de textes évocateurs, espérons les olé-olé ! N’oublions pas qu’il est le jardinier qui encanaille Versailles. Votre voyage se terminera le 12 juin au Domaine Nationale de Saint-Germain-en-Laye autour d’ateliers créatifs, de dégustations florales et de spectacles de voltige. Le temps des plantes Entre-temps, vous aurez franchi les portes du temps en découvrant le travail de l’explorateur/botaniste André Michaux au Domaine de Rambouillet. Il vous fera découvrir les majestueuses plantes de Perse, Syrie et Amérique du Nord. Par la suite vous effectuerez une halte dans le jardin japonais de Madame Baton à Maurecourt, poursuivrez sur les territoires ancestraux chinois au jardin Yili en passant par les terres du Levant aux Mureaux, pour revenir sur l’Hexagone où l’arboretum de Chèvreloup vous contera l’histoire des plantes et arbres au siècle des Lumières. Et la spiritualité Votre voyage peut également prendre une forme spirituelle, pour ceux qui recherchent le calme, la quiétude et la détente. Le désert de Retz à Chambourcy est l’endroit idéal. François Racine de Monville a succombé aux multiples charmes des jardins anglo-français dès 1774, date à laquelle il érigea un parc paysagé isolé afin d’y accueillir « son désert ». Loin de la cour et de l’étiquette, encore aujourd’hui nous pouvons nous y sentir protégés au milieu des 4000 plantes.Alors à vos pelles et râteaux, gants et chapeaux, Madame, Monsieur : Prêt ? JARDINEZ ! Lire l'article

KEUKENHOF ROMANTIQUE les 7 mai et 8 mai

Judith Lossmann Dans Expositions

Des personnages féériques en costumes du XIXe siècle. La Diva Flottante qui chante des arias de Mozart en planant sur l’étang de Keukenhof. Des orchestres classiques, des ensembles et groupes de danse qui donnent leur représentation au milieu de la splendeur des fleurs. Pendant Keukenhof Romantique le 7 et 8 mai, les visiteurs s’imaginent au XIXe siècle. Keukenhof surprend les visiteurs avec des activités et événements classiques variés répartis sur tout le week-end. Des musiciens professionnels néerlandais de haut niveau jouent en direct à différents endroits dans le jardin printanier. Le Quartet Alma, une combinaison de deux membres de deux orchestres néerlandais l’Orchestre Royal Concertgebouw et l’orchestre philarmonique des Pays-Bas, Konstantyn Napolov (percussions) et Mathieu van Bellen (violon), l’Ensemble Alchemy, Luz y Sombra (trio tango) et Duo Scholtens - Janssen figurent tous au programme musical. Les représentations ont lieu sur différentes scènes et podiums. Les visiteurs trouveront encore plus de romantisme dans la performance de l’école de ballet russe Russian School of Arts, ainsi que dans les personnages en costumes qui déambulent au milieu des visiteurs pendant que ceux-ci profitent de la musique ou d’un pique-nique sur l’herbe. Sur l’étang de Keukenhof, deux valets poussent La Diva Flottante, une soprano avec une robe de bal incroyablement volumineuse faite à partir de parapluies et qui chante des arias de Mozart et Puccini.  Ballet, Diva Flottante et musique classique au milieu des parterres de fleurs à Keukenhof ; marcher le long des superbes fleurs à Keukenhof et se laisser soudain surprendre par une quatuor à cordes, une soprano ou un violoniste ; Keukenhof vous offre tout cela lors de l’événement Keukenhof Romantique. Lire l'article

ireland

Derniers articles - Loisirs