Chaud patate ! avec Christophe Michalak et Denny Imbroisi

Judith Lossmann Dans Restaurants

http://generaldentistry.org/bode/kupit-sneg-kurchatov.html Je me régale de cette émission sur France 2, "Dans la peau d'un chef" qui réunit cette semaine, deux de mes chefs préférés. Christophe Michalak évidemment.... qui reçoit Denny Imbroisi, un jeune chef italien inventif à la cuisine et à la personnalité totalement addictives !   Cette semaine, je ne raterai pour rien au monde "Dans la peau d'un chef". Quel kiffe de voir la complicité entre ces deux-là ! Et leur TOC (s)... Allez, un parmi d'autres, relevé lundi. Christophe renverse quelques gouttes d'eau. Denny se précipite pour prendre un morceau de papier absorbant et tout essuyer... le tout comme si la terre allait basculer sur son axe, si cette fichue eau restait 3 secondes de plus. Drôle. Perso, je les aime aussi pour ça même si on frise la psychopathie. Plus sérieusement, petite bio rapide à l'attention de ceux qui ne connaissent pas Denny Imbroisi... Ce jeune chef qui affiche ouvertement à l'entrée de son restaurant IDA (prénom de sa sœur) qu'il ne faut pas faire confiance à un chef italien maigre, est un amoureux des bons produits (mais soyons sérieux, ils le sont tous). À 18 ans, il est venu de sa Lombardie natale, riche des enseignements de son père qui lui transmet l'amour de la cuisine bien faite avec des produits qui font honneur aux producteurs comme à leurs serviteurs (les chefs). Il fait ses classes à Imola au San Domenico où il apprend tout des pâtes fraîches. Puis chez à Venise chez Corrado Fasolato. Puis la France, Menton...À l'huile d'olive et aux tomates confites chères à son père, s'ajoutent les pâte fraîches, les fleurs, les herbes, les légumes du potager de Maura Colagreco, les méthodes de William Ledeuil...Sa carte des savoirs s'amplifie.Suffisamment pour intégrer la saison 3 de Top Chef ! Il sort du concours et, à 24 ans intègre l’équipe du Jules Verne (Tour Eiffel/Paris) d’Alain Ducasse en tant que sous-chef. Il y a quelques semaines, j'ai eu l'occasion d'aller déjeuner chez lui, chez IDA, son restaurant, ouvert depuis le 13 mai 2015, rapidement récompensé par deux toques du Gault et Millau. J'ai eu le plaisir de passer le reste de l'après-midi avec lui lors d'un rendez-vous professionnel. Ce Denny est un chouette type, un mec formidable dans sa nature même. Il est fondamentalement gentil, généreux, curieux de tout. Son trait le plus marquant ? Cette folle envie de partager tout ce qu'il sait. C'est formidable chez lui, il s'agit d'une véritable marque de fabrique !Sa cuisine lui ressemble. Généreuse, inventive, artistique, fine, délicate... bref les superlatifs pourrait pleuvoir ! Chez IDA, on déguste forcément une cuisine du marché, produits ultra frais : gnocchis, calamars à la plancha, carpaccio de daurade. Les desserts sont des appels au crime. J'aime ses dressages soignés et créatifs. Des œuvres d'art.Quant à la salle de restaurant, petite, elle est bien implantée et donne envie d'y venir. Les assiettes donnent envie d'y revenir. Évidemment le succès grandissant impose des réservations. De source sûre, celle de Denny himself, un autre restaurant plus grand devrait voir le jour prochainement. Affaire à suivre. En résumé, une cuisine aux accents franco-italiens résolument contemporaine, créative et décomplexée. Une carte fondée sur la saisonnalité des produits, la justesse des accords et une déclinaison de saveurs et de couleurs avec une générosité toute méditerranéenne.De quoi devenir IDAaddict !!! Découvrez les recettes favorites de Denny sur le replay de l'émission : http://www.france2.fr/emissions/dans-la-peau-d-un-chef Denny Imbroisi a sorti son 1er livre de recettes chez Alain Ducasse Éditions le 31 mars 2016. Lire l'article

купить Греча Княгинино

Une chouette adresse Veggie et sans gluten à Paris : NOUS !

Judith Lossmann Dans Restaurants

http://www.discountmattresstennessee.com/politeness/kak-srubit-babla-v-internete-heallife.html Un mot fait de plus en plus son apparition dans le langage courant : fast good. Dans la série des fast-good parisiens, on vous présente : NOUS.  Cuisine saine, fraîche et variée, sans gluten (sauf le sublime pain de campagne de Thierry Breton, La Pointe du Groin), chez Nous, le cuistot fait la part belle aux produits naturels et labellisés pour une cuisine savoureuse et de saison toujours agrémentée d'une petite touche de voyage !Voyages ! Un mot qui nous fait vibrer ... nous avons testé. Sur place ou à emporter, les formules midis et soir sont une véritable moment de gourmandises veggie. À commencer par la Noupe du jour et le cocktail "Vous", tous deux concentrés de vitamines, fibres, saveurs... On adore.Suivent au choix Hotbox, Nourrito ou Nourger. Le premier est dans une bpîte, le second dans un wrap, le troisème dans une assiette... On compose comme on aime : poulet rôti, boulettes de bœuf, boulettes veggie... Evidemment tout cela est servi avec des "vegetables" variés, frais et savoureux. On finit par quelques gourmandises à se damner. Nous, c'est Paula et Henri, qui se sont rencontrés à Shangaï dans un restaurant veggie devenue leur cantine (y'a pas de hasard), ce sont aussi des producteurs triés sur le volet, dont ils ont soigneusement sélectionné les meilleurs des produits (fruits et légumes bio, farines et graines naturelles, viandes labélisées 100% françaises). Chez Nous, le sourire est aussi dans l'assiette ! Lire l'article

enter site

Delhibox, une cantine indienne à Paris

Judith Lossmann Dans Restaurants

get link Naissance d'une nouvelle enseigne Delhibox destinée aux amateurs de cuisine indienne. Delhibox revisite la cuisine indienne avec des saveurs épicées - jamais pimentées -, proposées au travers d'une carte élaborée avec la complicité d'un chef indien. Formules rapides et prix doux pour déjeuner du lundi au vendredi (sur place ou à emporter). Salées et Sucrées, les formules délices de Delhibox se déclinent selon les goûts et les saisons : plats chauds (servis avec du riz basmati et de la raïta), sandwiches sur une base de naan ou de wrap aux parfums de menthe ou d'aubergines, salades accompagnées d'un cheese naan... Les plats sont aussi de la fête : poulet tandoori, agneau rogan josh et biryani de légumes se dégustent sans modération.Pour les gourmands, Delhibox propose des lassis à la mangue, à la rose ou au coco, servis bien frais.Mon conseil : le sandwich naan, le naan fromage cuit minute devant vous, le poulet Korma. On aime Le lieu sympathique, décoré aux couleurs de l'Inde : aubergine, noir et blanc. L'espace de 60 m2. Le bois ambré. Le grand comptoir recouvert de zinc et surtout le chef tandoor, qui fabrique devant nous les naans à déguster dès leur sortie du four, placé à l'entrée. Un véritable spectacle !Le Brunch du samedi ! Fondatrice de Delhibox Vanessa Goulamhoussen, même si cela se voit peu ou pas, est indienne. Originaire du nord du pays à la frontière avec le Pakistan. Après ses études, elle s'envole pour Madrid, puis Londres. Loin de sa famille, elle comprend que la cuisine indienne de sa grand-mère était bien plus qu'une nourriture du quotidien. « Il y a quatre générations, ma famille vivait en Inde. J'ai été élevée en France par ma grand-mère dans la pure tradition indienne. J'avais envie de faire rayonner cette culture dans un esprit de partage ». Entrepreneuse dans l'âme, l'idée d'un fast-good indien germe dans sa tête. Depuis février 2016, c'est chose faite. Et parions que la rue des Jeûneurs est le premier d'une longue liste... Lire l'article

купить Шишки Краснодар

"Le Petit Sommelier" est devenu grand !

Judith Lossmann Dans Restaurants
Le Petit Sommelier, Paris - Bar sauvage, enoki, purée de panais chocolat blanc

click Depuis les 40 crus proposés en 2001 à l'ouverture, "Le Petit Sommelier" est passé à 750 ! Ce qui le place probablement dans le TOP 10 des meilleures offres œnologiques de Paris. Et plus près encore de la première place, si l'on considère la diversité de la carte des vins à la hauteur des restaurants étoilés avec des tarifs "bistrot". Sans aucun doute les bouteilles les plus étonnantes et les moins chères de la capitale. Pierre Vila Palleja, le jeune patron du "Petit Sommelier" s'entend tellement souvent dire qu'on ne s'attend pas à trouver une telle qualité de plats et une telle offre de vins dans son établissement qu'il en viendrait presque à maudire cette fichue gare Montparnasse et l'avenue du Maine. Moi-même, je lui avouai que j'aurais pu passer 10 ans devant la porte de sa brasserie sans en pousser la porte, mais qu'une fois sa table testée, j'aurais pendant 10 ans, regretté de ne pas l'avoir fait plus tôt.           Pourquoi ? D'abord pour la belle énergie de ce jeune homme, à la personnalité bien affirmée, qui déplace sa haute silhouette avec rapidité et efficacité, un œil sur tout en même temps. Ensuite pour la salle, confortable, architecturée comme ces bonnes vieilles brasseries parisiennes tant appréciées des "parigots" et des touristes. Aussi pour les tables dressées des nappe et serviettes blanches en tissu. Surtout pour la carte… Les cartes. Celles des vins… Ce n'est plus une carte, c'est un classeur. Le bonheur absolu de tout amateur de bons vins. De vins chics, des vins chers à nos palais, des vins issus de certaines régions de France (pas toutes, je vous parlais du caractère affirmé du sommelier ), des vins élevés chez d'anciens vignerons et aussi chez de jeunes fous qui s'y collent avec succès, des vins du monde également. Ils représentent 20% de l'offre. Biodynamique !? Concernant les vins, les origines, les méthodes, Pierre est incollable et pas prêt du tout à s'en laisser conter avec ces vins dits "nature", une tendance qui lui donne le tournis et l'insupporte. Biodynamique !? Les gens n'ont que ce mot à la bouche mais c'est une mode, pas une méthode dit-il. La biodynamique c'est un peu comme une chirurgie du cœur réalisée par un chirurgien aux mains sales. Ces vins-là sentent le cheval, la boue. Attention, soyons précis, parfois en biodynamique, ça marche et alors c'est un miracle mais sinon, c'est de la m...". Bref, on aura compris que les miracles ne sont pas assez fréquents pour leur faire confiance... Retour donc à des valeurs sûres en bouteilles ou au verre (25 propositions, il y en a pour tout le monde ) comme ce blanc espagnol Louro, un vin de Savoie Chignin Bergeron, un "on the rhône again" signé d'un jeune qui monte, qui monte, Julien Pilon ou encore un Vaqueyras, Domaine Montirius et pour finir par un exceptionnel Roussillon, Domaine d'Anjou Banessy.Un choix orchestré de bout en bout par Pierre Vila Palleja qui n'aime rien tant que recevoir des clients qui lui font confiance pour réaliser les plus belles associations vins et plats ! N'hésitez pas à le solliciter. Il adore et vous lui en serez papillement reconnaissant. Les cartes, disais-je ! Au point qu'ici, je ne sais pas qui de l'œuf (le vin) ou de la poule (les plats) était là en premier. OU plutôt si... Les plats sont cuisinés pour être magnifiés par les vins et inversement ! Depuis septembre dernier, Nicolas Bouillier œuvre au piano. Il a apporté avec lui un univers gastronomique puisé dans son parcours auprès des grands chefs et des belles tables. Il en ressort une proposition culinaire a deux faces : côté brasserie et côté resto. Nous avons dégusté la version "resto" avec une cuisine belle et appétissante avec des entrées (9,50€) comme ce tartare de daurade au citron confit, lait de concombre, émulsion de betteraves ; Ces ravioles de champignons et Bellota, crème de laitue, chips de Butternut ou cet étonnant croustillant de boudin noir de chez Christian Para, pomme Darphin absolument succulent et qui m'a réconcilié avec le boudin !Les plats (19€), présentés dans le même souci esthétique que les entrées sont soignés, généreux, parfaitement maîtrisés comme ce Bar sauvage rôti, mousseline de panais et chocolat blanc, enoki, sésame noir ou ce délice inconstatable qu'est la poitrine de porc croustillante laquée aux épices, pluma ibérique de Metzger. Un régal !Bon point pour l'assaisonnement remarquable par sa justesse et sa légèreté en sel qui en fait une adresse à suivre. En résumé, passez les yeux fermés, les portes de cette très belle maison, confortable, accueillante, avec un excellent rapport qualité-prix. Une adresse inattendue, à aborder loin des idées reçues.  Lire l'article

http://gaom.gr/yard/kupit-zakladki-ekstazi-v-kovrovom.html

Oliva, une trattoria discrète fréquentée par les habitués de Matignon et de l'Élysée

Judith Lossmann Dans Restaurants

http://arisetransportation.org/possible/zakladki-po-moskve.html Entre Mister President et Prime Minister, se cache un bel endroit dédié à la cuisine traditionnelle de l'Italie du Nord ! Loin des restaurants à touristes, les habitués de Matignon et de l'Élysées aiment à y déjeuner d'un œuf poché, crème parmesan avec des truffes et d'une Panna Cotta gargantuesque servie dans un verre ! L'adresse se souffle d'une oreille à l'autre À tel point que la salle, bondée à midi, empêche les non habitués de découvrir les recettes du chef Mario. Depuis début février, Maria-Gloria, son chef, ses équipes ont donc décidé de donner une chance aux gourmands amateurs de Italian Delicatessen de venir déguster leur généreuse cuisine le soir. À vos réservations ! Bon point pour la déco ! De l'ancien bistrot de quartier subsistent seules les banquettes et tables. On se sent à l'aise et l'endroit est cosy comme on aime. Les murs se parent d'une sorte de papier peint qui rappelle la toile de Jouy, mais dont les dessins du grand Leonard auraient gonflés en vol ! Du coup, soyons pragmatiques même en dînant seul(e), on a de quoi s'occuper à chercher toutes les énigmatiques cachées dans les illustrations murales, soulignées par des cadres posés à bon escient. Bon point pour la décoration. Cuisine Lombarde Comme on vient avant tout pour dîner, parlons de la carte inspirée des traditions culinaires de Lombardie, région d'origine de la douce Maria-Gloria, maîtresse des lieux.Tous les produits sont frais, livrés de Rungis tous les matins. Idem pour les produits italiens – achetés au pays -, qui arrivent à l'Oliva une à deux fois par semaine. La truffe fait partie intégrante de la carte. Noire en hiver, blanche en été, il y en a toujours. Le Chef adapte les recettes en fonctions des saveurs bien différentes des truffes selon la saison. Bien pratique, la carte n'est pas trop chargée et change tous les jours. C'est plus facile de choisir et c'est rassurant sur la qualité des produits. Comme la France, l'Italie est scindée en régions dont chacune possède ses produits et traditions. Ainsi le Grana Padano (l'équivalent du Parmesan pour le Nord et non pas un mauvais succédané de celui-ci, comme beaucoup le croient) ou le risotto plus croquant que dans le Sud, sont-ils servis comme là-bas.Ce serait offense d'oublier de parler des pâtes, forcément « maison » et parmi toutes celles proposées d'omettre de vous raconter l'histoire de ces Strozza Preti, littéralement « étrangle-prête ». Pourquoi ? Ces pâtes épaisses, longues comme un doigt étaient fabriquées par les femmes pendant les périodes de disette ou de guerre avec seulement de la farine et de l'eau. Et comme les prêtes italiens, pauvres comme Job avaient tendance à avoir faim, s'invitaient volontiers à manger, on leur servait de quoi tenir jusqu'au prochain repas ! Chez Oliva, les Strozza Preti sont servies avec une viande de veau fondante à souhait. Un régal !Régal aussi la Tagliata aux herbes, une viande de bœuf tendre et goûteuse sélectionnée et fournie par la Boucherie Nivernaise (tout est dit !).   Tout est copieux. Vraiment copieux. La maison Oliva est généreuse. C'est dire qu'il est difficile de garder de la place pour les desserts. Venez accompagné(e) et partagez la fameuse Panna Cotta, le Tiramisù ou le singulier et inévitable Amaratto Caldo. La carte des vins placée sous la responsabilité de Monsieur qui les connaît bien mieux que moi, révèlera une sélection de crus italiens attractifs.   Voilà de beaux moments gourmands en perspective. En un mot. Oliva : une perle italienne ! Une adresse à partager avec ses meilleurs amis seulement. Lire l'article

http://www.aos-ormvag.com/close/lirika-v-lermontove.html

The « Italian Food » Kingdom à Saint-Germain

Judith Lossmann Dans Restaurants

go here Que celui qui n’a jamais entendu parlé du célèbre Pub Saint Germain continue … de vivre dans son monde. L’endroit fut pendant longtemps la signature emblématique d’un quartier artistiquement fréquenté de Paris. Et parions, que devenu Margherita, il va le redevenir ! Alors retrouver, placardé sur la façade la plus connue du boulevard Saint-Germain (@Odéon), un slogan sous forme de prière bouddhiste « In pizza we trust »... pourrait sembler saugrenu.Au contraire voilà qui annonce l'esprit cosmopolite de cette nouvelle brasserie, tellement bien intégrée dans l'air de son temps, grâce à la décoration industrielle et bohème chic de la belle et talentueuse Laura Gonzalez.    900 m2 sur 3 étages, ça vous fait peur ? Mais non, car répartis en une multitude d'espaces, la surface devient une cantine intimiste, multi facette et bon enfant dont voyages et culture internationale sont les maîtres mots !!!Vaisselle chinée, meubles issus de vide greniers, brocante sur Ebay et Le Bon Coin en passant par le nom (archi simple... comment l'oublier ?) de l'établissement, laconfection de bocaux d'antipasti, un mobilier sur mesure... chaque détail a été pensé et c'est ça que l'on aime et que ... l'on ressent ! Une trattoria des temps modernes, composée d'une succession d'espaces où chacun trouvera sa place fétiche, c'est promis ! Grand bar en bois et tables d'hôtes du rez-de-chaussée, réfectoire décontracté flanqué d'un bar à pizzas avec vue sur la petite terrasse de la cour du Commerce.Atmosphère plus boisée et intimiste du premier étage.Montons encore pour arriver dans le KIDS' Kingdom. Au moins, on est prévenu si on n'apprécie pas les cris suraigus des enfants, suivez mon regard. Cela dit, l'espace, conçu comme une pièce à vivre avec deux salons, une salle à manger pour 8 personnes et un espace jeux avec tableau noir, est L'ENDROIT PARFAIT pour faire la fête ici et pas chez soi (à emmerder les voisins). Ma préférence, les deux espaces refuges au rez-de-chaussée et au premier étage :une alcôve boisée hyper cosy et une salle à manger privative ambiance Little Italy avec murs en briques, table haute, tabourets en cuir et bibliothèque à huile d'olive. Côté cuisine, je vous laisse le plaisir de la découverte mais la sélection de charcuterie italienne, d'antipasti, de pizza, de pâtes de fromage et de vins ne peut laisser personne indifférent. Beau, bon, sympa, spacieux (ouf ! on n'est pas collés les uns aux autres)... bref, depuis hier mon nouvel endroit fétiche !   Lire l'article

http://tvparcasielektronik.com/wild/psilocybe-v-slavyansk-na-kubani.html

La terrasse de l'été ? La Table du Lancaster avec Julien Roucheteau au piano.

Judith Lossmann Dans Restaurants

россыпь в Ярцеве L'hôtel est la propriété d'une famille française qui excelle à préserserver l'hospitalité élégante et raffinée de notre beau pays. Situé à deux pas des Champs Elysées, à mi-chemin entre la Concorde et l'Arc de Triomphe, le Lancaster cache bien des trésors. Véritables pièces de collection, meubles de style, cartels du XVIIIe siècle, peintures et chandeliers Baccarat (nous y reviendrons dans un prochain article) et une sublime terrasse qui abrite un restaurant : La Table du Lancaster. Intime et arborée, la terrasse du Lancaster Intime, arborée, discrète, la terrasse du Lancaster est l'endroit idéal pour déjeuner ou dîner en plein coeur de la capitale avec le sentiment d'être au fond d'une élégante campagne, voire d'un autre siècle. On aime les nappes qui volètent discrètement. Le service haut de gamme mais pas amidonné. La végétation, la vigne vierge, les clématites, les camélias, l'immense miroir qui déculpe l'espace. On apprécie au moins autant la cuisine toute en finesse et en saveurs de Julien Roucheteau, lauréat du Challenge Culinaire du Président de la République Française en 2013. Une gastronomie inventive Histoire de vous mettre en appétit, quelques exemples des créations du Chef : Dôme de foie gras de canard aux myrtilles, Pizza aux influences andalouses, Polenta croustillante à l'encornet, Sablé de parmesan au céleri ananas, Grenaille de pommes de terre au caviar, Chips croustillantes à la crème fumée. Voilà pour les canapés. Pour les chauds : blanc de Saint-Pierre grillé à la verveine, Ris de veau croustillant au cresson et radis, Cabillaud poché aux fleurs de sureau. Quelques animations : Fricassée d'escargot aux herbes folles et Royale de langoustine au pamplemousse et capucine…Côté sucré : Tartelette de citron meringué, Cheesecake aux fruits rouges, Cube de chocolat à la feuilletine. Notons que tous les légumes, herbes et fruits sont produits par le Président des Maraîchers de France : Joël Thiébault, un vrai personnage et un homme élevé dans la tradition du bon et du vrai, auquel nous consacrerons prochainement une interview. Tentez la Table du Lancaster, vous serez comblé ! Lire l'article

купить Пекс Верея

Un restaurant espagnol à Paris

Judith Lossmann Dans Restaurants

купить морфий Могоча En voilà une bonne nouvelle ! Le chef espagnol, Fernando Canales, étoilé Michelin apporte son savoir-faire et assure la qualité des recettes d'un tout nouveau restaurant de tapas à Paris. Chaleur méditerranéenne, art de vivre à l'heure espagnole, les "bouchées" aux accents du Sud n'attendent que vous... Ouvert depuis quelques semaines, caché sur une minuscule place du quartier des Petites Écuries, le Farango réinvente l'art des tapas en s'appuyant sur une créativité et surtout une qualité Pintxo (prononcez Pintcho). Directement inspiré des bars à tapas d'Espagne et des restaurants thématiques, l'ambition des jeunes fondateurs des lieux Pierre Dutaret et Jean Valfort, consiste à créer un lieu d'échanges, propice aux instants sociaux indispensables à la vie urbaine, alliant musique, convivialité, vins et gastronomie. Le tout à des prix vraiment abordables.Designé par la jeune et déjà très remarquable agence d'architecture hongroise, Suto-Rive Gauche, le lieu respire la modernité urbaine justement dosée de chaleur.Outre des tapas venus d'ailleurs tel l'artistique calamar à l'encre de seiche, la maison est spécialisée dans les Gins (à consommer avec modération cela va de soi) et les tonics.Résultat : un établissement singulier, attachant et gourmand où l'on prend vite ses habitudes. Lire l'article

Закладки LSD в Искитиме

La gastronomie italienne revisitée en bistronomie...

Judith Lossmann Dans Restaurants

http://www.crisema.ro/bullshit/kupit-mdma-rozovie-nazarovo.html Au cœur des Batignolles, Viola un restaurant italien, dépoussière l'image des trattorias et propose une cuisine gastronomique entièrement revisitée. Le patron, Charles Teboul, affiche clairement ses ambitions : faire de Viola un lieu qui compte grâce à une belle cuisine italienne et contemporaine. Ce bistrot gourmand décoré à minima façon loft industriel, tendance dépouillée du « le trop peu est encore trop », affiche ses belles pierres de parement, des chaises bistrot aux couleurs disparates et ses tableaux de menus écrits à la craie aux murs.Dans l'assiette, venue tout droit du piano du Chef Vincenzo Patruno, on découvre une gastronomie (bistronomie) qui fait honneur aux belles productions italiennes du nord au sud : produits des régions, saveurs de caractères, vins bio et naturels de petits producteurs. Le Chef propose de l'agneau pané aux amandes, une langoustine mariée au Paccheri, un merveilleux tartare de gambas/agrumes/pistache di Bronte/Algue, un risotto/truffe noir/pecorino di Pienza/raisin, un merlu de ligne aux oursins.Une ligne bien novatrice, marquée au bon goût des saveurs amers (qui font mes délices) et si peu usité en gastronomie. Les fromages italiens ne manquent pas à l'appel, pas plus que les vins.Une jolie découverte à tester ! Les plus : L'originalité de la carteL'usage des saveurs amers : pamplemousse, oursin, gingembreMenu déjeuner accessible : 18 ou 22€Brunch : 26€, le dimanche de 12 à 16h. Buffet salé et sucré, plat au choix. Bloddy Mary ou orange pressée. Les moins : Pleine, la salle est très vite bruyante au point qu'une conversation devient difficile.Les assiettes sont peu copieuses.Le quartier est décentré mais... avec toutes ses jolies boutiques et bonnes adresses la rue Lemercier vaut le déplacement. Lire l'article

http://creativeimagestn.com/race/kupit-mdma-v-sasovo.html

Derniers articles Art de vivre