Derniers articles publiés

La Chantilly a sa Maison !

Judith Lossmann Dans Gourmandises & Gastronomie

Les parisiens sont chanceux ! LA première Maison de la Chantilly vient d'ouvrir ses portes dans la capitale. À la fois onctueuse et légère, la crème Chantilly fait, depuis des générations, tourner la tête des gourmands en déposant ses tourbillons blancs sur les dîners de Rois !Véritable symbole de l'art de vivre à la française, la crème chantilly a largement dépassée nos frontières pour envahir le monde. Mais victime de son succès, elle a été imitée, détournée, dénaturée… s'éloignant de la recette traditionnelle !  La véritable recette refait surface Il fallait redonner ses lettres de noblesse à la crème Chantilly tout lui donnant un petit quelque chose de personnel ! A l'origine du projet, un couple d'entrepreneurs : Myriam Angelier et Frédéric Denel, rejoint par un ancien de l'ex groupe Bertrand, Florian Coudy. Ensemble, ils ont pensé et monté le projet MAISON DE LA CHANTILLY. Un lieu unique où les amateurs, les gourmands, les gastronomes pourront redécouvrir la véritable texture et le parfum de cette crème d'exception. A base de lait frais issu de fermes artisanales, sélectionnées pour la qualité de leur matière première, la crème ultra fraîche de la Maison de la Chantilly possède une signature unique, un goût fin et délicat, sans additifs, ni ocnservateurs et 38% de matières grasses contre dans le meilleur des cas 30% ailleurs.Une fois montée, elle dévoile une élégance et une légèreté incomparables. D'un blanc immaculé, elle signe tous les desserts d'une trace gustative indélébile. Une superbe boutique Ouverte depuis le 30 juin dernier, la Maison de la Chantilly affiche des couleurs aussi douces que la crème : un blanc pur et un bleu tendre, parfois en damier qui n'est pas sans évoquer les laiteries royales d'antan. La décoration, réalisée par l'agence Centdegrés, est ancrée dans une belle tradition de carrelage, de sobriété. On aime l'élégant comptoir central et les volutes bleues du plafond. Acheter sa crème ou la faire soi-même À La Maison de la Chantilly, on peut acheter la crème toute faite dans divers formats et contenants. Les inconditionnels apprécieront la vente au litre. Les puristes qui aiment à batttre du fouet trouver la crème fleurette - réservée à la Maison- en 25cl, 50cl et 1l pour monter le beau nuage blanc à la maison. La crème Chantilly existe en version délicatement sucrée ou sans sucre pour les recettes salées.Chaque jour une patisserie emblématique préparée sur place à base de crème Chantilly sera vendue : Pavlova, Fontainebleau ou Gâteaux aux 3 laits.Bien sûr, les plus gourmands pourront boire un café Chantilly, un chocolat Chantilly ou même un Chanticcino, une création maison ! Une adresse incoutournable à visiter et à adopter hiver comme été sur la terrasse. Et si vous n'êtes pas parisien pas de souci : la Grande Épicerie de Paris a repéré la petite bouteille bleue. On peut donc la commander sur www.lagrandeepicerie.com et être livré dans toute la France en colis réfrigéré. Ne restera qu'à la monter au fouet ou en siphon. Lire l'article

Le Reblochon d'été… savourez la nature !

Judith Lossmann Dans Gourmandises & Gastronomie

Quand on dit Reblochon, on pense montagne, neige, tartiflette, lardons… Oui, c'est vrai mais pas que… Le Reblochon d'été, aux parfums d'herbes, de fleurs et de noisette, mérite d'être découvert et associé à des plats d'été. Plusieurs raisons à cela. Savourez la nature ! Le Reblochon d'été est fabriqué avec du lait receuilli auprès de vaches en alpage. Alpage signifie que les vaches de l'AOP Reblochon - Abondance, Tarine et Montbéliarde - sont dans les prés et qu'elles mangent des herbages dans des prairies naturelles, pleine de fleurs, de feuilles, de goûts différents. Autant de goûts et de saveurs que l'on retrouve dans le lait et donc dans le Reblochon !Rappelons que le lait est rigoureusement sélectionné et toujours cru (il n’est pas pasteurisé). Il est issu d'une zone de collecte précise, limitée à la quasi totalité de la Haute-Savoie et au Val d’Arly en Savoie, ses qualité ont été définies par le cahier des charges qui a précédé l'obtention de l'AOP (Appelation d'Origine Protégée) la plus ancienne de France. En effet, l'AOP Reblochon date de 1958 et, est la première de France pour un fromage. C'est donc bel et bien le Reblochon qui a ouvert la voie à toutes les appellations fromagères actuelles. Mieux connaître le Reblochon Son nom : L'histoire du Reblochon remonte au XIIIème siècle. Les paysans trop taxés (déjà !) mirent au point une parade en pratiquant une traite incomplète afin de réduire le prix à payer. Au départ du contrôleur, ils procédaient à une seconde traite dont ils utilisaient le lait, très riche en crème, pour fabriquer le fromage. Le Reblochon doit ainsi son nom à cette petite fraude, appelée localement la « rebloche ». En patois «re-blocher» signifie pincer les pis de la vache une deuxième fois. Laitier ou fermier, le lait est toujours cru ! • Le Reblochon de Savoie fermier : il est produit à la ferme deux fois par jour, juste après chaque traite. Élaboré à partir du lait du troupeau de l'exploitation, il est fabriquéentièrement à la main et selon les gestes traditionnels. Il réserve aux gourmets une saveur plus affirmée et une texture plus onctueuse (mention fermier sur l'emballage).• Le Reblochon de Savoie laitier : il est fabriqué une fois par jour, en fruitière ou en laiterie par assemblage de plusieurs laits issus de différentes exploitations. Son goût sera plus doux. Bien choisir son Reblochon Pour bien le choisir, observez sa croûte. Elle est orange-rosée moussée de blanc et plutôt sèche. Sa pâte sera souple, onctueuse et brillante. Observez également le côté du fromage : il est droit, sa pâte est encore ferme - s'il est légèrement bombé, il est fait à coeur et tendrement crémeux. Conservez votre Reblochon dans un endroit frais (ex : la cave) ou dans votre réfrigérateur. Sortez-le du réfrigérateur au moins deux heures avant de le servir. Cela lui permettra de révéler toutes ses saveurs et son onctuosité. Une fois entamé, conservez-le dix jours environ pour une dégustation savoureuse. Le Reblochon, un fromage léger ! Et oui… Gruyère : 30% MGEmmental : 28,8% MGFeta : 23,5% MGMozzarella : 22,5% MGReblochon de Savoie : 22% MG Le Reblochon en chiffres Il faut environ 4 litres de lait pour fabriquer ce petit fromage tout rond de 14 cm de diamètre et 3 à 4 cm d'épaisseur. Au total, 15.000 tonnes de Reblochon sont fabriquées annuellement ce qui en fait la troisième AOP fromagère de France ! Des accords parfaits vins et Reblochon Vins rouges : oubliez les vins à base de Mondeuse dont les tanins trop présents prendront le dessus sur les arômes du Reblochon. Préférez le fruité du cépage Gamay ou du Pinot noir, vins gourmands par excellence qui s'harmoniseront en fin de repas avec le Reblochon en plateau ou encore avec la véritable tartiflette.Vins blancs : ils s'accorderont plus subtilement avec le Reblochon. Cherchez l'accord complémentaire avec la vivacité et le fruité propre au Chasselas, légèrement perlant ou vers le cépage Jacquère pour ses arômes de fruits blancs et son côté légèrement salin. Un vin gras, rond et onctueux comme le Chignin-Bergeron jouera l'accord parfait. Une recette d'été au Reblochon Banderilles d'apéro au Reblochon - 6 personnes (environ 12 banderilles) 15 minutesIngrédients1 Reblochon de Savoie1 botte de radis roses1 poivron vert ou rougeChapelure au choix : sésame, pavot, piment, cumin...PréparationFaites des billes de la taille d'une noisette avec la pâte de Reblochon (après avoir ôté la croûte), roulez-les dans la chapelure de votre choix, sésame, pavot, piment ou cumin...Coupez les radis en rondelles et les poivrons en petits carrés ou triangles (en enlevant la peau, c'est meilleur !).Faites des pics en alternant les couleurs.Gardez au frais jusqu'au moment de servir. Lire l'article

Ouverture du Singular Santiago avec un chef français en cuisine !

Judith Lossmann Dans Grands Hôtels & palaces

En plein centre de Santiago, au cœur de la capitale chilienne, The Singular Santiago Hotel a ouvert ses portes en janvier 2015. Second établissement du groupe familial Singular (The Singular Patagonia est son « grand frère » - The Singular Patagonia : ), cet hôtel est né du désir d'offrir une adresse à la fois chic et chaleureuse.  Lastarria, un quartier tendance est un écrin pour accueillir le charme et l'élégance de The Singular Santiago 5* The Singular Santiago bénéficie d'une situation idéale dans le quartier pittoresque de Lastarria - l'équivalent de Montmartre. Ce quartier « bohème chic », niché au cœur de la capitale, est le refuge de nombreux artistes et créateurs - à noter que le Singular Santiago est l'unique établissement 5* du quartier. Lastarria est également un point de départ idéal pour visiter le centre-ville, le musée des Beaux-Arts, le centre culturel Gabriela Mistral ou encore la maison de Pablo Neruda. Un chef français Ancien du Fouquet's Paris, membre de l'Académie Culinaire de France, consultant gastronomique international, chef dans des hôtels chiliens prestigieux..., Laurent Pasqualetto possède un beau palmarès ; et c'est après avoir officié au Singular Patagonia qu'il rejoint le Singular Santiago pour son ouverture.Amoureux du Chili (il y vit depuis dix-sept ans), c'est naturellement que Laurent Pasqualetto propose une carte raffinée mêlant cuisine française et spécialités locales. Ses mots d'ordre sont produits frais, locaux, bio et de saison. La carte des vins a bénéficié d'une attention particulière : la cave est bien évidemment internationale avec un grand choix de vins chiliens. Un style franco-chilien Combinant le style chilien du début du XXème siècle avec des influences architecturales néoclassiques françaises, cet hôtel à taille humaine abrite 62 chambres de 25 et 80 m². Dans un style classique au charme suranné, chacune d'elles offre un confort optimal grâce à ses équipements. L'établissement dispose - en outre - de toutes les installations que l'on peut attendre d'un hôtel 5* : une piscine et un bar sur le toit, un 2e bar cosy au style british, un restaurant chic, un spa, une salle de fitness et plusieurs salles de conférence. Spa de charme et un rooftop... au top Une attention toute particulière a été apportée au spa de l'hôtel pour que les voyageurs s'y sentent au calme. Au cœur de la bouillonnante Santiago, ce spa de plus de 300 m² est une invitation à la détente et à la relaxation grâce à ses cabines de soins, jacuzzis, saunas, et hammams. Parmi les soins proposés, 7 « chakras et rituels » qui associent un parfum, une couleur et une musique particulière afin d'ouvrir un chakra... tout un programme...Le toit abrite quant à lui un bar (couvert et en plein air) ainsi que la piscine privée de l'hôtel. C'est l'endroit idéal pour siroter un verre ou faire quelques longueurs tout en profitant de la skyline de Santiago. Lire l'article

The Singular Patagonia 5* fête ses 100 ans !

Judith Lossmann Dans Grands Hôtels & palaces

Un lieu unique convertit en hôtel d'exception en Patagonie chilienne. The Singular Hôtel, un monument historique devenu hôtel ! Sur les rives du fjord "Dernier Espoir", à 5 km de la ville de Puerto Natales et à proximité du mythique Parc National Torres del Paine, The Singular Patagonia a fait ses marques dans un ancien bâtiment industriel d'architecture post-victorienne datant de 1915. Déclaré monument national historique en 1996 - car lié de par son histoire au patrimoine culturel, naturel et social de la Patagonie chilienne - ce lieu unique, convertit en hôtel d'exception, conjugue harmonieusement héritage historique, décoration industrielle et confort moderne.Avec 57 chambres spacieuses toutes avec vue sur les fjords, 2 restaurants, un bar, un spa et un musée installé dans les bâtiments nationaux, The Singular Patagonia est le N°1 des hôtels au Chili selon un classement des voyageurs de Trip Advisor (2015-2014-2013)Edifié au coeur d'un site d'exception, il était logique que The Singular Patagonia propose une vingtaine d'excursions (croisière à travers les fjords, randonnée pédestre ou équestre, VTT, kayak, pêche à la mouche...) Lire l'article

Nouvelles sensations à l'apéritif !

Judith Lossmann Dans Dans mon panier ...

Surprenez tout le monde avec des vins fruités, gourmands et originaux… Impossible d'être passé à côté de cette étonnante tendance qui mêle vin rosé (ou vin rouge et maintenant blanc ) avec des jus de fruits. Cette année les créateurs de ce nouveau mode de consommation, ont encore agrandi leur gamme avec aujourd'hui, une offre de 9 saveurs. Désormais, il faut donc compter avec cette boisson tendance de l'été où le vin rosé se métamorphose et devient un mariage gourmand et inédit quand il affiche des saveurs fruitées. Les nouveautés 2015 : VeRy Pamp' (blanc Pamplemousse), VeRy Fraise (rosé Fraise), VeRY CAassis (rosé cassis) et VeRy Cassis (rouge cassis). À première vue, de quoi inquiéter les puristes, mais dans le domaine rien ne vaut une dégustation. Celle du VeRy Pamp'.À l'oeil, le vin rosé offre une belle couleur rose franche avec quelques reflets plus soutenus. En bouche, ce ne sont que fraîcheur et équilibre. Le pamplemousse, bien dominant au nez, s'estompe au profit du rosé auquel il confère une délicatesse insouspçonnable. Chaque version possède se qualités et selon, on préférera l'une ou l'autre. La douce acidité du cassis, l'astringence de la fraise.                   En 2015, VeRy se déguste en cocktails. Vous en trouverez toutes les recettes sur www.very-frais.com. Pour vous faire patienter, voici la recette de VeRy Tropical. VeRy Tropical PRODUIT: 1 Portions PRÉPARATION: 10 mins Recette de cocktail aux saveurs exotiques à savourer l'été en apéritif Ingrédients 14 cl de VeRy Pamp’ 1 fruit de la Passion 1 cl de purée de Coco De beaux et gros glaçons Instructions Rafraîchir le verre VeRy (ou un verre piscine) au préalable 5 minutes avant le service. Couper un fruit de la passion en deux puis ajouter le contenu dans le verre. Ajouter 1 cl de purée de coco. Ajouter la glace à moitié du verre. Verser 14 cl de Very Pamp’. Mélanger la préparation à l’aide d’une cuillère à cocktails Décorer avec un zeste de pamplemousse. C’est prêt à déguster ! Un conseil : se déguste très très frais, servi dans les jolis verres ballon à pied "givré" spécialement développé par VeRy afin d'en fare ressortir tous les arômes. Bonne nouvelle : pour l'achat de 3 bouteilles ou d'un BIB et d'une participation financière de 2,00€, les consommateurs recevront 2 sublimes verres "piscine" VeRy. Il suffit de s'inscrire sur le site www.very-frais.com.   Lire l'article

Un brasseur sachant brasser sans alcool !

Judith Lossmann Dans Dans mon panier ...

Inutile de modérer sa consommation de Tourtel Twist ! Avec 0,0% d'alcool, seules les saveurs ambrées de la bière et les arômes agrumes du Twist demeurent. Cet été, on succombe aux plaisirs de la bière... Disponibles en deux parfums : citron et jus d'agrume, la Tourtel Twist des Brasseries Kronenbourg est la première bière blonde 0,0% d'alcool aromatisée du marché. Elle va ravir les gourmands, les audacieux, les adultes responsables. Avec sa mousse légère, ses fines bulles, son goût racé et rafraîchissant, la blonde Tourtel Twist ne fait pas figure d'extra-terrestre sur une table de fête. Elle côtoie sans complexe les cocktails les plus raffinés, affichant avec délice sa couleur jaune pâle ou orangé et un savoureux goût qui laisse en bouche une trace équilibrée de bière et d'agrumes... Un mariage de saveurs à adopter ! En plus, on adore sa capsule... Plus besoin de se casser les dents, elle s'ouvre en un instant avec une facilité déconcertante. Pourquoi n'y avait-on pas pensé avant ! Lire l'article

Merveilleuse vallée de Serre-Che avec Briançon en son centre

Dans RTT France

300 jours de soleil par an… Entre 1 326 m à Briançon et 2 100 mètres au col du Lautaret, la vallée de Serre-Chevalier, skiable en hiver, merveilleuse pour la randonnée en été, offre patrimoine et nature dans les Hautes-Alpes. Serre-Che, comme disent les anciens, se situe au nord-ouest de Briançon, à la frontière de l’Italie et de la Savoie autrefois italienne. La communauté des Escartons y jouissait d’un statut spécial jusqu’à la Révolution et les Briançonnais sont fiers d’avoir «toujours parler français », alors que la Maurienne voisine parlait l’italien… UNE VILLE D’ART ET D’HISTOIRE Ville frontière verrouillant cinq vallées alpines autrefois en conflit, ancienne ville militaire édifiée depuis le XVIIème siècle autour des nombreux forts Vauban inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, Briançon est devenue touristique. Les célèbres Diables bleus, chasseurs alpinsau large béret azur ne sont plus qu’un souvenir. De nos jours, les excursionnistes défilent devant les façades repeintes à l’italienne dans les ruelles pavées de cette sous-préfecture, ville d’art et d’histoire. La balade panoramique de la cité Vauban mène depuis la porte de Pignerol au pont classé d’Asfeld, haut de 40 m sur la Durance impétueuse. Reliant la citadelle au fort des Têtes, il est une invite au saut à l’ élastique ou à suivre la ceinture de forts. En ville, par les fontaines, les vieilles portes et les chapelles de Pénitents, les rues étroites sont creusées de « gargouilles », anciennes canalisations médiévales et distraction des enfants et des chiens. Les mollets en prennent un coup pour visiter la collégiale et son autel en griotte rouge de Guillestre. La descente se fera par la Grande Rue commemrçante jusqu’à la magnifique place d’Armes auxcadrans solaires restaurés. Maison du Roi, maison du pape et maison du Parc national des Ecrins se succèdent jusqu’au jardin du Gouverneur, en balcon sous les murailles. SERRE CHEVALIER VALLÉE Ne cherchez pas le village de Serre-Chevalier. Il s’agit d’une entité touristique comportant  une ville (Briançon), trois communes (Chantemerle-Saint-Chaffrey, Villeneuve-La Salle-les-Alpes et Le Mônetier-les-Bains) avec treize hameaux, le tout situé dans la vallée dite de Serre-Chevalier, entre Briançon et le col du Lautaret. Revenons donc à nos brebis et à nos vaches, courantes dans les estives. La vie est dure et les magnifiques glaciers du massif de la Meige ne sont pas là pour l’ adoucir. Les habitants de ce pays de hautes montagnes ont survécu en partie grâce aux croyances de la religion dont ils ont faits de véritables chefs d’œuvres baroques cachés dans les innombrables chapelles de la région. Malgré une forte émigration, l’économie s’est développée lors des premiers sports de neige en 1899, suite à l’arrivée du chemin de fer. Un vaste domaine sportif équipé parcourt dorénavant les montagnes de Serre-Che jusqu’à 2 800 m, avec 250 km de pistes et des restaurants ouverts toute l’année. Mais attention, la météo reste reine, car le moindre éboulement pose des problèmes de circulation. Se renseigner avant de partir, à pied ou en auto ! La route RD 1091 serpente le long de la Guisane, par les églises aux autels baroques (Saint-Chaffrey, Le Freyssinet, La Salle) jusqu’au Mônétier où l’on découvre le musée d’art sacré et des fresques bibliques du XV° s dans une grange. Les bains chauds de cette station sont alimentés depuis toujours par une source à 44 °, une remise en forme à coup sûr ! Il ne vous restera plus qu’à vous couvrir de laine naturelle aux filatures Longo Maï, en visitant leur atelier. Vers les reliefs enneigés et glacés du massif de la Meije, il ne faut pas manquer la visite estivale du jardin botanique alpin du Lautaret à Villar-d’Arène. Les fleurs d’altitude s’étalent en balcon sur 2 hectares avec 2 500 espèces venues des cinq continents entretenues par l’université de Grenoble. Une merveille en juillet, lors du fleurissement. Une volonté commune préserve le paysage alpestre et l’habitat en bois des chalets. Les plus anciens sont accompagnés de potagers d’altitude ou Choulières où les légumes développent toute leurs saveurs. Et pour rêver à nouveau à ces hautes Alpes si prenantes, il faudra retrouner au cinéma voir Le Hussard sur le oit de J.P. Rappeneau (1995), Eden à l'Ouest de Costa Gavras (2008) ou Possession d'E.Cipango (2012).  Lire l'article

Compostelle, les recettes du chemin

Judith Lossmann Dans Litteroscopie
L'art du Mojito avec Little Havana

Plus de 215000 pèlerins parcourent le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en 2013… Une aventure qui années après années passionne et réunit des marcheurs venus du monde entier. Ce très beau libre signé par François desgrandschmaps et Anne-Marie Minvielle raconte sous un angle inédit cette balade qui peut aussi être gourmande ! Ce livre raconte les 25 grandes étapes du Chemin, sur sa voie la plus fréquentée, celle qui conduit du Puy-en-Velay à Compostelle en Espagne. Au fil de ses étapes, le livre révèle un éclairage historique et culturels, des citations littéraires et spirituelles et des recettes locales mises en scène par Sophie Brissaud. Les très belles photographies de Léonnard Leroux et Elodie Ravaux donnent une formidable envie de prendre son bâton de pèlerin et son … couteau ! Lire l'article

L'ancien couvent des Récollets transformé en île cubaine !

Dans Insolite
La soirée bat son plein avec Little Havana

Aux Récollets, le Café A cède sa place le temps d'un été et devient Little Havana. Qu'il soit amateur ou confirmé le public est invité à découvrir les véritables saveurs de l'incontournable et légendaire Mojito. Dans une ambiance chaleureuse et festive aux couleurs cubaines, Little Havana propose à ses visiteurs de nombreuses activités autour du Mojito notamment l'apprentissage méticuleux du célèbre breuvage. Les plus patients d'entre-vous pourront cultiver leurs propres feuilles de menthe et de les déguster 3 semaines plus tard. Alors, prenez 2 cuillères de folie, une pincée de courage, 9 cl de bonheur (mais pas plus… n'est-ce pas, on consomme avec modération), accompagné de quelques glaçons et rendez-vous au Little Havana ! Cuba s'invite à Paris…mais seulement jusqu'au 31 juillet ! Lire l'article

Sous le signe de l'étrange le Pays Fort berrichon clignote de toutes ses ardeurs !

Dans RTT France

Surréalisme, art hors-les-normes, bruissements de l'étrange, ce curieux terroir du Centre de la France, retentit encore des procès de sorcellerie et des cultes ésotériques. De quoi rêver cet été autour du Sancerrois et de ses vignobles réputés. Au sud de Vierzon, la Cathédrale de Linard se cache dans la carrière de silex de Neuvy-Deux-Clochers, proche des potiers de La Borne. Son épouse Anne-Marie maintient l'esprit créatif de Jean Linard (1931-2010), artiste de l'art brut.  Dans un décor ésotérique, le rêve se mêle aux nombreux messages du créateur-potier. Les cinq toits en tuile de la maison se hérissent d'anges blêmes et joufflus, de girafes bleues, de chats et autres animaux cornus servant de pots aux joubarbes exotiques. Les milles folies de Linard s'expriment sur les bancs, les autels votifs et les carillons de la Cathédrale. Un environnement fantastique qui n'en finit pas d'étonner. Il s'ouvre à merveille aux manifestations estivales. . 27 juin au 31 juillet 2015, Erick Mengual expose des photos irréelles aux techniques composites. Arbres et Paysages tient à la fois du peintre et du chimiste.. Week-end du 4-5 juillet, la foire artistique Baz'Art anime les lieux.. 10 juillet à 20 h, l'ensemble de percussions Saccharom's évolue à 20 h, au milieu des monuments atypiques de la Cathédrale.. 29 juillet : après midi de contes et de marionnettes.. 8 août au 20 septembre, exposition sur La deuxième vie des Objets, art issu de matériaux récupérés.. 19-20 septembre : Journées du Patrimoine pour ce site inscrit aux Monuments Historiques.cathedrale-linard.com. (La plupart des animations sont gratuites). À Concressault (Blancafort), Le musée de la Sorcellerie attire toujours autant les enfants et leurs parents.Après les différentes salles animées de sorcières sorties de l'enfer, de récits de tortures et de procès infâmes, le musée propose cet été une exposition sur les plantes et les arbres magiques utilisés par ces personnages redoutés. Jusquiame, belladonne, mais aussi la fameuse mandragore, sont au programme. Cette dernière plante, devenue rare de nos jours, pousse sous les ombrages du jardin.La racine de la mandragore est toujours très recherchée pour sa ressemblance avec la silhouette humaine. Utilisée en sorcellerie pour ses propriétés certaines, elle était réputée porter malheur à la personne qui l'arrachait.Musée-sorcellerie.fr . Le Sancerrois fut le cadre de procès de sorcellerie à Bué, sous l'Ancien Régime.Les Birettes et les sorciers sortiront à nouveau lors de la 70ème nuit des Sorciers de Bué, ce 1er août 2015, au Champ de Marloup où se tenait leur sabbat.www.ville-sancerre.com/manifestations De bien curieuses façons de se divertir en Sancerrois… idéal pour se réconforter d'un petit verre de Sancerre (à boire avec modération), dont le vigneron Alphonse Mellot a le secret ! On n'oublie de l'accompagner d'un crottin de chèvre de Chavignol. Lire l'article

Poser ses valises dans un atelier d’artiste !

Judith Lossmann Dans Grands Hôtels & palaces

Idéalement situé au cœur du Paris chic et glamour, l’Hôtel du Ministère du groupe Hôtels & Préférence (137 hôtels)  affiche fièrement sa structure Eiffel en façade sur cour et cultive l’art de recevoir à la française dans une ambiance industrielle particulièrement trendy. À deux pas de la Madeleine, de la place de la Concorde, du Faubourg Saint Honoré, des Champs-Elysées et des quais de Seine, l’Hôtel du Ministère, designé par François Champsaur en 2011 ajoute 18 nouvelles chambres aux 24 déjà existantes. En plein centre de Paris, réussir à réunir avec autant d’élégance, deux bâtiments voisins, l’un côté rue, couronné d’une verrière zénithale au dernier étage, l’autre côté cour avec sa façade Eiffel, relève de l’exploit. Aujourd’hui, ils sont reliés par la lumineuse et colorée salle de petit-déjeuner.  La nouvelle extension de l’Hôtel du Ministère propose des chambres atypiques, en duplex ou sous verrières dotées d’imposants vitrages façon atelier d’artistes du début du XXe siècle sur une double hauteur. Un régal visuel. Un confort. Une ambiance. Les espaces sont absolument superbes. Très différents les uns des autres et parfaitement adaptés aux structures existantes dont ils magnifient les angles et les courbes. On aime particulièrement le chêne des têtes de lit et des ouvrants salle de bain qui viennent adoucir les lignes géométriques. Les chambres côté cour bénéficient d’une mezzanine qui surplombe le salon tel un nid d’aigle. La vitre de séparation chambre/salle de bains qui s’opacifie sur simple pression d’un bouton, permettant de montrer ou de cacher ce que l’on veut, quand on veut ! Parfait pour une clientèle d’affaire, pour des couples et des amis, l’Hôtel du Ministère possède des chambres jusqu’à 50 m2, avec bureau, salon et couchage convertible. Notons le mobilier d’auteur tel le fauteuil Gilda de Carlo Molino ou le Tre Pezzi de Franco Albini, les luminaires noirs de Serge Mouille, les sculptures de Sébastien Kito, les lithographies de David Lynch, les œuvres du couple d’artistes KRM ou des plasticiennes Carmen Perrin et Stéphanie Guglielmetti, qui contribuent à singulariser chaque chambre et à en illustrer l’esprit industriel. Avec son design contemporain, graphique et très visuel,  ses œuvres d’art, ses chambres toutes différentes et pleines de belles surprises, l’hôtel du Ministère est convivial,  intimiste et unique dans son genre. Il fait bon se reposer dans ces univers…  romantiques, industriels, chaleureux. Avec les verrières Eiffel, c’est la tête dans les étoiles et sous le ciel de Paris que l’on dormira ! Lire l'article

Les champagnes Gremillet : une affaire de famille pleine de bulles !

Dans Gourmandises & Gastronomie
Cuvée Champagne Gremillet

Derrière les champagnes Gremillet se cache une belle histoire de famille. Lulu la grand-mère en est à l’origine en offrant une parcelle de vigne à son fils Jean-Michel en 1978. Jean-Michel Gremillet gère désormais la marque avec ses enfants : Jean-Christophe et Anne, ainsi que Stéphane, son gendre. Le domaine Gremillet représente 40 hectares et vend 500 000 bouteilles par an principalement à l’étranger. Dans sa démarche de montée en gamme, la maison Gremillet a créé le Clos Rocher (en hommage à une ancêtre). La cuvée issue du Clos Rocher ne verra le jour qu’en 2017 mais à l’occasion de la 20ème édition de la Route du Champagne, le grand public pourra se rendre au domaine le 1er et le 2 août prochain afin de découvrir le Clos Rocher et l’Arborétum. Un « Arborétum » planté de 82 conifères de diverses origines, tels des hommages aux 82 pays où le champagne Gremillet est consommé. Durant ce week-end, la maison Gremillet accueillera les promeneurs sous un immense chapiteau de 150 m2. Les visiteurs outre la dégustation des champagnes Gremillet pourront découvrir une restauration gourmande avec les spécialités du terroir et danser tout le week-end ! Un atelier présentera les métiers manuels ancestraux et l'on pourra s’initier au sabrage du champagne. Lire l'article

Éternelle beauté au château du haut Koenigsbourg

Dans RTT France

Incontournable Château du Haut Koenigsbourg en Alsace où se pressent 540 000 visiteurs chaque année. C'est justifié, le second "spot" alsacien le plus visité de la région mérite largement une visite.  Ce monument niché à 757 mètres d’altitude surplomble la route des vins et offre une vue imprenable sur la plaine d’Alsace, les vallées et les ballons des Vosges, la Forêt-Noire. Par temps clair, on apercevoit les Alpes, certains affirment avoir vu le Mont-Blanc.Construit au 12ème siècle, le château a été attaqué à trois reprises, prit deux fois et incendié… mais sa résitance est la hauteur de l'épaisseur de ces murs ! Au fil du temps, le Haut Koenigsbourg a connu diverses restaurations réalisées grâce à l’interprétation  et à une (re)lecture attentive des traces laissées. Les architectes successifs se sont permis quelques libertés et chaque restauration est reconnaissable par un signe (propre à chaque architecte) gravé dans la pierre. Malgré des restructurations architecturales au fil des siècles, le Haut-Koeninsbourg présente une unité de style et une cohérence pleine de charme.  Le Haut Koenigsbourg organise tout le long de l’année des événements pour petits et grands et accueille les plus petits lors de visites ludiques. Le château se veut accessible pour tous et organise un accueil personnalisé pour les visiteurs mal ou non-voyants, les personnes déficientes intellectuelles ou psychiques, les visiteurs non malentendants ou les personnes à mobilité réduite. Lire l'article

8 millions d'euros pour le boudoir Turc de Fontainebleau !

Dans Expositions

Partez gratuitement à la découverte du Château de Fontainebleau ! Dans le cadre du festival de l’histoire de l’art de Fontainebleau, le château présente depuis Mai dernier le boudoir Turc au public. La cinquième édition du festival de l’histoire de l’art de Fontainebleau portait sur la matière de l’oeuvre et du pays invité. Cette année, les Pays-Bas. Rappelons que le festival, organisé par le Ministère de la Culture et de la Communication, a vocation à faire connaître l’histoire de l’art au grand public. Une belle occasion de visiter Fontainebleau gratuitement ! Après 7 ans de travaux, le boudoir Turc accueille enfin le public en nombre limité (14 personnes maximum par visite guidée). Aménagé pour Marie-Antoinette en 1777, le boudoir Turc est décoré par les frères Rousseau puis remeublé sous le Premier Empire pour l’Impératrice Joséphine avec des créations de Jacob-Desmalter parées d’étoffes précieuses. Alcôve, miroirs, rideaux actionnés par des poulies… Les travaux du boudoir Turc sont estimés à 8 millions d’euros à l’époque alors que Marie-Antoinette et Joséphine ont dormi en cumulé moins de dix nuits dans cette pièce.  La restauration de ce boudoir a vu le jour grâce à de nombreux mécènes ainsi que grâce au soutien de l’INSEAD qui ont permis de récolté les 800 000 euros nécessaires.Les travaux de restauration ont portés sur ses décors peints, témoins du goût et du raffinement exotique mais aussi sur son mobilier précieux aux étoffes tissées d’or. Lire l'article

Paroles de jardiniers

Dans Expositions

Pour la quatrième année, les jardins sont à l’honneur dans les Yvelines. « Paroles de Jardiniers » propose une quarantaine de jardins privés et remarquables et quelques balades vertes autour du thème de l’eau. Ainsi, La Grenouillère, aux Essarts-le-Roi, est un véritable havre de paix que Françoise Lacaze entretient avec passion sur les sources de l’Yvette. Esprit zen et croassements de grenouilles reposent au milieu des ancolies, hydrangéas et cyprès taillés en nuages. De même, les jardins de Sonja, au Perray-en-Yvelines, expriment le souci écologique de sa propriétaire paysagiste, entre deux kiosques asiatiques. Le chemin des Rigoles, à Vieille-Église, ouvert au public, longe la « rigole » que le roi Louis XIV fit creuser à grand renfort d’ouvriers et de financement pour son « bon plaisir » et alimenter les fontaines de son château. Plus d’une quarantaine de jardins s’ouvrent ainsi exceptionnellement dans les Yvelines sur réservation du 13 au 28 juin 2015.  Une sortie idéale pour les beaux jours, à faire en famille.  Lire l'article

Édition spéciale Routard Suisse !

Dans RTT France

44 hauts-lieux touristiques, 22 lacs, 11 sites Unesco... n'en jetez plus ! Le tout dernier né des guides du Routard vous mène sur les 1 600 kms de la nouvelle « Route 66 » helvétique de ce pays souvent méconnu des Français.  On peut l’effectuer en intégralité ou en partie, à son rythme, en voiture et/ou en train. Le Grand Tour est praticable dans les deux sens en prévoyant au moins une semaine pour la boucle centrale, mais rien ne vous empêche de le suivre en plusieurs tronçons ! À faire de préférence de mai à octobre, de son point le plus bas au lac Majeur (193 m) jusqu’au col de la Furka (2 492 m). Les trains suisses s’ouvrent aux plus beaux paysages de l’Europe, entre lacs et montagnes. Le  guide explore une sélection de bonnes adresses à des prix abordables ainsi que des coups de cœur aux visites hors des sentiers battus. Un plus, les photos du guide et sa carte détachable sont en couleurs… Lire l'article

Un restaurant espagnol à Paris

Judith Lossmann Dans Restaurants

En voilà une bonne nouvelle ! Le chef espagnol, Fernando Canales, étoilé Michelin apporte son savoir-faire et assure la qualité des recettes d'un tout nouveau restaurant de tapas à Paris. Chaleur méditerranéenne, art de vivre à l'heure espagnole, les "bouchées" aux accents du Sud n'attendent que vous... Ouvert depuis quelques semaines, caché sur une minuscule place du quartier des Petites Écuries, le Farango réinvente l'art des tapas en s'appuyant sur une créativité et surtout une qualité Pintxo (prononcez Pintcho). Directement inspiré des bars à tapas d'Espagne et des restaurants thématiques, l'ambition des jeunes fondateurs des lieux Pierre Dutaret et Jean Valfort, consiste à créer un lieu d'échanges, propice aux instants sociaux indispensables à la vie urbaine, alliant musique, convivialité, vins et gastronomie. Le tout à des prix vraiment abordables.Designé par la jeune et déjà très remarquable agence d'architecture hongroise, Suto-Rive Gauche, le lieu respire la modernité urbaine justement dosée de chaleur.Outre des tapas venus d'ailleurs tel l'artistique calamar à l'encre de seiche, la maison est spécialisée dans les Gins (à consommer avec modération cela va de soi) et les tonics.Résultat : un établissement singulier, attachant et gourmand où l'on prend vite ses habitudes. Lire l'article

Le Clos Notre-Dame, l'hôtel cocon du quartier Latin de Paris

Judith Lossmann Dans Grands Hôtels & palaces

Situé en plein centre de Paris, à deux pas des quais rive gauche, du quartier Latin, du Boulevard Saint-Germain, de l'île St-Louis et de Notre-Dame, se cache dans la jolie rue de l'hirondelle, un charmant et romantique hôtel. Témoin de l'histoire, le bâtiment édifié à la Renaissance fut offert au 16ème siècle à Anne de Pisseleu par son ami et amant, le roi François 1er. Grand amoureux de la gente féminine, François 1er trône en bonne place dans le contemporain lobby de l'hôtel grâce à la reproduction de l'un de ses portraits. Un travail de grande qualité, reproduction fidèle des Musées Nationaux. La Renaissance très présente ! Un parti-pris décoratif voulu par l'architecte d'intérieur Laurent Maugoust qui souhaitait mêler intiment cette magnifique période de l'Histoire avec contemporalité et éléments d'époque dans leur jus, telle la rampe et les poutres du 16ème siècle classées monuments historiques.Les chambres sont petites et parfaitement conçues dans un style moderne ponctué d'authenticité. Chacune possède sa décoration représentant des personnages célèbres liés au bâtiment. La salle du petit-déjeuner baigne dans un puits de lumière grâce à une verrière ultra-moderne en fer forgé. Au pied de la bibliothèque, on découvre un puits d'eau asséché, doté d'un authentique passage secret. L'histoire raconte que François 1er, l'empruntait pour visiter sa dame en toute discrétion. C'est possible et peut-être vrai mais plus prosaïquement, ce puits servait de point d'eau à toutes les maisons alentours, notamment celle juste en face, d'Amboise Paré, le 1er véritable médecin de l'histoire de la médecine moderne, promu par le roi François 1er. Coté cour, on adore le calme et la vue sur les toits de Paris comme dans un film de Wody Allen. Nombreux points attractifs donc pour cette excellente adresse parisienne, à noter dans ses tablettes pour un prochain séjour dans la capitale.Adresse à retenir aussi pour s'accorder une jolie soirée loin de tout avec son amoureux(se). L'hôtel se prête bien plus aux rendez-vous romantiques qu'à la famille.Haut niveau de prestation pour ce Clos Notre-Dame dont les 3 étoiles sont largement méritées : produits d'accueil, sèche-cheveux, excellente literie, écran plat HD (accès à 160 chaines internationales), WIFI gratuit, coffre-fort, climatisation. Sont offerts les chocolats Michel Cluizel, une bouteille d'eau et une bouteille 1/4 de champagne ! Le petit-déjeuner joue les grands classiques : boisson, jus de fruit, viennoiserie, confitures, jambon, jambon cru, saumon, fromage de type cheddar facturé 14€ . On pourra donc à loisir le prendre à l'hôtel ou lui préférer un petit-déjeuner dans une des illustres brasseries toutes proches sur le boulevard Saint-Germain. Coté cour, on adore le calme et la vue sur les toits de Paris comme dans un film de Wody Allen. Nombreux points attractifs donc pour cette excellente adresse parisienne, à noter dans ses tablettes pour un prochain séjour dans la capitale.Adresse à retenir aussi pour s'accorder une jolie soirée loin de tout avec son amoureux(se). L'hôtel se prête bien plus aux rendez-vous romantiques qu'à la famille.   Lire l'article

La gastronomie italienne revisitée en bistronomie...

Judith Lossmann Dans Restaurants

Au cœur des Batignolles, Viola un restaurant italien, dépoussière l'image des trattorias et propose une cuisine gastronomique entièrement revisitée. Le patron, Charles Teboul, affiche clairement ses ambitions : faire de Viola un lieu qui compte grâce à une belle cuisine italienne et contemporaine. Ce bistrot gourmand décoré à minima façon loft industriel, tendance dépouillée du « le trop peu est encore trop », affiche ses belles pierres de parement, des chaises bistrot aux couleurs disparates et ses tableaux de menus écrits à la craie aux murs.Dans l'assiette, venue tout droit du piano du Chef Vincenzo Patruno, on découvre une gastronomie (bistronomie) qui fait honneur aux belles productions italiennes du nord au sud : produits des régions, saveurs de caractères, vins bio et naturels de petits producteurs. Le Chef propose de l'agneau pané aux amandes, une langoustine mariée au Paccheri, un merveilleux tartare de gambas/agrumes/pistache di Bronte/Algue, un risotto/truffe noir/pecorino di Pienza/raisin, un merlu de ligne aux oursins.Une ligne bien novatrice, marquée au bon goût des saveurs amers (qui font mes délices) et si peu usité en gastronomie. Les fromages italiens ne manquent pas à l'appel, pas plus que les vins.Une jolie découverte à tester ! Les plus : L'originalité de la carteL'usage des saveurs amers : pamplemousse, oursin, gingembreMenu déjeuner accessible : 18 ou 22€Brunch : 26€, le dimanche de 12 à 16h. Buffet salé et sucré, plat au choix. Bloddy Mary ou orange pressée. Les moins : Pleine, la salle est très vite bruyante au point qu'une conversation devient difficile.Les assiettes sont peu copieuses.Le quartier est décentré mais... avec toutes ses jolies boutiques et bonnes adresses la rue Lemercier vaut le déplacement. Lire l'article

Israël, la mer Morte

Judith Lossmann Dans Moyen Courrier

En avant-propos : Il en est des gens comme des pays. Certains donnent tout ce qu'ils possèdent au premier regard, là où d'autres laissent lentement découvrir leur beauté cachée. Certains viennent au devant de vous et donnent tout, même ce que vous ne demandez pas. D'autres vous obligent à cheminer sur des sentiers escarpés pour dévoiler leur richesse. Et ceux-là même qui vous ont enthousiasmés en une fulgurante explosion de couleurs, de mots, des sens allumés s'oublient alors que les pierres sèches et brûlantes des autres s'installent pour toujours dans votre cœur, votre mémoire, sous votre peau voire dans vos tripes. Israël est de ceux-là. Mais comment ce si petit pays sur la carte géographique et si grand sur la carte politico-religieuse du monde réussit-il à emporter dans un flot d'émotions tous ceux qui le visitent ? J'aurais, je pense, l'occasion de vous en reparler dans un ensemble d'articles intitulé "La Vie Est Belle en Israël" à lire prochainement sur notre site. Une certitude cependant : y aller pour constater par soi-même remplace les discours orientés de tous les médias du monde.Bref, en attendant ce supplément, nous sommes allés visiter pour vous la région de la Mer Morte et nous en rapportons de sensations et des images que je vous invite à découvrir dans un reportage consacré à cette région unique au monde. Israël, la mer Morte ou comment tenter de percer les mystères du divin ? C'est là-bas que tout a commencé ! Là-haut sur les hauteurs de Massada, où repoussant les Romains, des hommes sont morts pour leur Terre. Là-bas que les premiers colons ont réussi à faire sortir Ein Gedi, une oasis, de ce désert de pierres. Là-bas que les rouleaux de Qumrân ont été découverts attestant que les Ésséniens s'y sont retranchés, il y a plus de deux mille ans pour, isolés du monde, pour tenter de percer les mystères de la vie, du divin, de l'amour. Là-bas ? Dans le désert de Judée sur les rives de la Mer Morte.  SOMMAIRE : # Acte écologique : sauvez la Mer Morte# Massada# Spectacles exceptionnels en juin 2010# Qumrân Qumrân# Le kibboutz-oasis de Ein Gedi Le kibboutz-oasis de Ein Gedi# Apesanteur liquide et bains de boue Apesanteur liquide et bains de boue# Toujours plus au sud Toujours plus au sud Septembre. 3h30 du matin. Atterrissage à Tel-Aviv, la ville qui ne dort jamais. Je peux en attester, tout est allumé. Vite, départ vers le Sud. Vite ? Parce qu'il ne faut pas rater le spectacle du soleil se levant sur les contreforts de Massada dans le désert de Judée. Moins d'une heure de route et nous sommes à Jérusalem. Le jour pointe déjà son nez. Pour Massada c'est fichu ! En revanche, quand le soleil jette ses premiers halos de lumière sur Jérusalem, l'émotion est au rendez-vous. Émotion. Pourquoi ? La question va revenir souvent. Elle restera sans réponse. C'est une histoire de vécu, de ressenti. Ça ne s'explique pas ! Mais c'est vrai que les collines de Jérusalem s'éclairant comme au premier jour du monde sont émouvantes. Il règne, ici, sur ces terres tellement controversées une véritable charge émotionnelle impossible à ignorer. Je ne peux pas m'empêcher de penser que peut-être cette émotion fausse tout les jugements et attise toutes les tensions, mais c'est un autre sujet.Une belle route sinueuse descend vers le sud, laissant Jérusalem à gauche, côté cœur. Quand je dis "descend" il s'agit de prendre le sens du mot dans son absolue signification puisque nous nous dirigeons vers un point le plus bas de la Terre, à moins 400 mètres en-dessous du niveau de la mer (la vraie, celle-là, la Méditerranée, celle qui fait référence). En bordure de route, on peut voir des panneaux indicateurs : - 100 m, - 200 m, - 300 m... On voit aussi des bédouins dans leurs villages construits de bric et de broc. Véritable plongée dans le passé. À un petit rien près (2000 ans), pourraient surgir les légions romaines, Jésus et ses apôtres, le roi David, Salomé, Judith, Moïse, Holoferne, les marchands du temple. Qui sais-je encore ? Ici, nous sommes sur les terres de tous les patriarches, de tous les héros de la Torah, du Nouveau Testament, du Coran. La route descend toujours. On laisse, à gauche encore, la célèbre ville de Jerricho.Quelques kilomètres de plus et à l'ouest est annoncé la Mer Morte, The Dead See. Depuis un moment déjà la végétation s'est raréfiée mais dès l'entrée dans le désert de Judée, à part quelques belles palmeraies aux arbres chargés de fruits, la couleur verte ne fait déjà plus partie de ce monde. En fait la Mer Morte est un grand lac salé - plus de 130 kilomètres de long en deux énormes bassins -, bordé de hautes falaises granitiques. D'un côté, à l'est la Jordanie et les montagnes de Moab, de l'autre les montagnes de Judée. Quelques "check point" ponctuent la route parce qu'ici les frontières sont mobiles, ce qui ne semble gêner personne d'ailleurs. Acte écologique : sauver la mer Morte La première impression que l’on a de la Mer Morte, c’est une sensation de temps arrêté, d’absolu, de calme. L’eau n’a aucun mouvement, vaguement un clapotis. Sa couleur varie du bleu au gris perle, à cause de la profondeur et du sel qui en tapisse les fonds. Les “plages” sont immenses et doivent leurs dimensions au recul de l’eau qui s’est dramatiquement évaporée ces dernières années. L’explication avancée met en cause, les usines de phosphate du sud, les barrages sur le Jourdain et comme partout ailleurs le changement climatique. Pauvre Mer Morte, va-t-elle réellement mourir ? La question est dans toutes les pensées. Sur ce sujet, israéliens et jordaniens œuvrent ensemble. Tous savent qu’il s’agirait d’un massacre écologique et des solutions sont en passe d’être trouvées. Bien sûr, il faudra énormément de temps. Peut-être même la Mer Morte ne retrouvera-t-elle jamais son faste d’autrefois mais au moins les dégâts pourraient être limités. Il y a donc urgence à se rendre sur place, à apporter via nos devises, de  quoi soutenir une activité touristique, culturelle et historique tout à fait passionnante. Les apparences sont trompeuses. Au milieu de toute cette minéralité, il y a fort à visiter, à découvrir. Massada À commencer par Massada (Metsada en hébreu qui signifie forteresse) où nous arrivons justement. Gros comme des têtes d'épingles, les premiers courageux de la journée - il est à peine 7 heures du matin - grimpent déjà sur le chemin du Serpent qui conduit à la forteresse. Moins intrépide - et puis j'ai 5 h de vol, les transits et une nuit blanche dans les jambes et dans le cerveau -, je préfère utiliser le téléphérique. La vue est tout simplement dantesque. À perte de vue s'étirent des étendues de granit beiges, mordorées, marron clair. Seuls habitants des lieux des bouquetins rarement visibles, des merles qui ont oublié d'avoir peur des hommes et un mulot qui grignote des herbes sèches. De là-haut, le point de vue est panoramique. La vue sur le Mer Morte et la Jordanie est inoubliable. On se sent tout petit, totalement dominé par le paysage, la pierre, le soleil déjà très chaud (38°). Ça rend humble.Noam, notre guide connaît son sujet sur le bout des doigts, il sait à merveille expliquer la résistance des Zélotes, réfugiés ici et faire surgir du néant et de la chaleur montante, les 8.000 Romains acharnés à les déloger. En 73 ap J.C., de nombreux mois seront nécessaires aux Romains pour construire une rampe d'accès. Et finalement quand ils enfonceront l'épaisse muraille avec un bélier, ils découvriront que tous les bâtiments ont été brûlés par les assiégés, lesquels se sont suicidés collectivement plutôt que de se rendre.De nombreuses traces de constructions : citernes, caserne, palais, armurerie, portes fortifiées soulignent le site et il est facile d'imaginer les scènes.Un musée, en fin du parcours, permet de parfaire sa culture sur Massada - classé depuis 2001 au patrimoine mondial de l'Unesco - Il est devenu un lieu de pèlerinage moderne pour les israéliens et les touristes. Une synagogue à ciel ouvert accueille les religieux désireux d'y prier et les familles pour une bar-mitsva ou une fête familiale.Enfin, en cohérence avec l'esprit du sionisme qui veut qu'Israël soit le dernier refuge à préserver à tout prix, le serment que prêtent les jeunes soldats israéliens est encore aujourd'hui "Massada ne tombera pas une nouvelle fois." Spectacles exceptionnels Massada est habitué à fournir des Spectacles Sons & Lumières de qualité dans son théâtre à ciel ouvert sur la partie ouest du site. Jessye Norman, l'opéra Nabucco de Verdi y ont été donnés. Imaginez un peu. Le site fabuleux, l'acoustique, les rayons colorés et lumineux qui balaient la roche et la voix... les voix qui s'élèvent jusqu'au ciel étoilé, au firmament. Les sens en éveil, l'émotion est là. Elle fait palpiter le cœur et prend les tripes. Vous êtes en Israël ! Qumrân Au cœur du Parc National se visite le fameux site de Qumrân, déjà ville juive au VIIIe siècle av. J.-C. Célèbre dans le monde entier grâce à la découverte des rouleaux dits "de la Mer Morte", Qumrân fut un haut lieu d'études tenu par les Ésséniens qui y vécurent pendant deux siècles de la fin du IIe siècle av J.C. à la grande révolte contre les Romains en 66-70 ap. J.-C.Plusieurs fois détruite et reconstruite, Qumrân fut définitivement abandonnée vers 132-135 ap. J.-C. Il faudra attendre 1947 pour qu'un jeune berger Bédouin parti à la recherche de sa chèvre égarée pénètre dans une grotte pour y découvrir les manuscrits.Des fouilles furent entreprises et l'on restaura les ruines antiques. Autant de découvertes qui permettent de penser que Qumrân fut le centre de vie des Ésséniens, une communauté d'ascètes qui vivait en respectant des règles d'une grande sévérité et en pratiquant des Bains Rituels. On voit encore les salles de réunions, le réfectoire central, une cuisine, des magasins, des Mikvehs,... Sachez aussi que les Manuscrits de la Mer Morte, les plus anciens manuscrits connus de la Bible hébraïque mis au jour dans le désert de Judée ainsi que des documents bibliques rares notamment le Codex d'Alep sont visibles au Sanctuaire du Livre du Musée d'Israël à Jérusalem. Le kibboutz-oasis de Ein Gedi " Il y a 54 ans, il n'y avait strictement rien ici, juste les falaises de granit et des cailloux comme partout autour." explique Martine, responsable clientèle à Ein Gedi. Très dur à croire quand on voit la grosseur des troncs des baobabs, l'état de verdoyance des pelouses, l'éclat rouge des flamboyants. Mais quand on sait que c'est ici que fut composé "Le cantique des cantiques" tout est possible !Surtout n'hésitez pas à prendre un repas au kibboutz. Soit à l'auberge soit à la table d'hôte de Haya, l'un comme l'autre réputés partout dans le monde. C'est sans doute là que vous mangerez le meilleur houmos de toute votre vie (je ne parle pas de celui de votre mère, bien sûr !) sans parler des fruits et légumes d'une fraîcheur sans pareille puisque cultivés à quelques centaines de mètres seulement.Une balade le long des chemins du jardin botanique est une expérience étonnante. On y croise plus de 1000 espèces végétales, des arbres en provenance de tous les horizons, des centaines de cactus rares. Au départ de l'hôtel, on peut s'offrir une randonné pédestre jusqu'aux chutes de Ein-Gedi, une visite à une ancienne synagogue ou un Jeep-tours dans le désert de Judée et du Neguev. Une possibilité intéressante pour visiter des lieux peu fréquentés, véritables joyaux du désert.Les moins téméraires pourront choisir la version spa et ses sources naturelles chaudes avec soins Ayurveda, hammam, peeling, massages aux pierres chaudes, le tout avec des produits cosmétiques issus de la Mer Morte off course.Les plus célèbres d'entre eux : Ahava ouvre au public un magasin d'usine à quelques coudées à peine de Ein Gedi. On y vend les produits Ahava à des prix particulièrement attractifs. Il serait dommage de passer à côté sans s'y arrêter d'autant que leur qualité est incontestable. Apesanteur liquide et bains de boue Le clou du voyage dans la région c'est le bain dans la Mer Morte. On a l'impression de connaître tout cela par cœur, de l'avoir vu dans tous les guides de voyages mais le tester grandeur réelle, c'est unique. Selon l'endroit où vous tentez l'expérience, le sol est plus ou moins râpeux pour la plante des pieds, l'idéal est donc de porter des méduses ou des Crocs. D'abord, il s'agit de pénétrer doucement dans l'eau, qui peut être chaude, voire très chaude. Ensuite on avance lentement pour éviter les projections d'eau irritante pour les yeux. Inutile d'attendre de ne plus avoir pied pour s'asseoir dans l'eau. Grâce à la concentration énorme de sels, l'effet d'apesanteur liquide est immédiat. À peine le mouvement amorcé, vous vous retrouvez assis ou sur le dos, les mains et les pieds flottant joyeusement sans aucun effort. Attention à ne jamais vous mettre sur le ventre, il est très difficile de se remettre sur le dos.Dès le premier contact avec l'eau, la peau devient huileuse et douce. La sensation est réellement étonnante. Les scientifiques attribuent cet effet aux 21 minéraux de l'eau dont magnésium, calcium, brome et potassium. Certains d'entre eux ne sont dans aucune autre mer ou océan. Ces minéraux ont des vertus spécifiques. Ils apportent sensation de relaxation, nourrissent la peau, activent le système circulatoire et améliorent l'inconfort rhumatismal et les désordres métaboliques. Quand ils sont couplés avec des bains d'eau chaude sulfureuse et un enveloppement à l'argile noire, la peau y puise des bénéfices tant cosmétiques que thérapeutiques.Enfin, parlons de l'air. Sec, non-pollué, sans pollen, il possède un faible taux d'humidité et mixé à la haute pression atmosphérique, il est riche en oxygène. Quant au soleil, il ne vous fera aucun mal. Pas ou peu de coups de soleil ici en raison du filtrage des rayons ultra-violets par une couche d'ozone épaisse. À la sortie du bain, une douche s'impose (toutes les plages sont équipées) pour éviter les picotements. Toujours plus au sud Sur la route d'Eilat, avant d'arriver à la montagne de sel et au Mont de Sodome se trouve le site de Ein Bokek où se concentre un large choix d'hôtels, de restaurants, de spas. Ils sont tous situés à de courtes distances des rives de la Mer Morte. Il est donc très fréquent de croiser sur les routes des touristes en peignoir prêts pour aller prendre leur bain.Bien qu'un peu vieillissants, tous les hôtels sont dotés des infrastructures que l'on est en droit d'attendre et s'il n'est pas du tout question de rajouter des hôtels, il a été clairement décidé d'améliorer l'existant afin de rentrer dans des normes internationales.En attendant Méridien Mer Morte, Crowne Plaza, Daniel Mer Morte, Moriah Plaza, Golden Tulip et autres Hod Hamidbar Spa Hôtel sauront vous accueillir comme il se doit. N'hésitez pas à interroger le personnel, charmant et serviable. Il saura vous indiquer toutes les offres spas et les "traitements" proposés par votre hôtel. Rien ne vous empêche d'ailleurs d'aller voir les prestations fournies par les autres.Les amoureux des chambres d'hôtes ne seront pas en reste avec les structures d'accueil du kibboutz d'Ein Gedi, des auberges de jeunesse de Kalia, de Metzoke Dragot ou encore du camping bédouin de Néot Hakikar. C'est fini !Déjà 5 jours.Trop courts. Je n'ai pas eu le temps de vous parler de la merveilleuse table de Shabbat. Pas eu le temps de vous parler de tous les buffets servis matin, midi et soir. Pas eu le temps de vous parler du vent et des nuages. Pas eu le temps de vous parler de Jérusalem. De ses portes, de ses strates, de ses districts, de ses hommes de toutes confessions. Pas eu le temps de vous parler du Saint-Sépulcre, de la via Dolorosa, du quartier des souks, du Mur des Lamentations.Pas eu le temps de vous parler de la jeunesse israélienne, juive, musulmane et chrétienne confondues.Pas eu le temps de vous parler des soldats garçons et filles de 18 ans qui donnent trois ans de leur vie à leur pays et parfois bien plus.Pas eu le temps de vous parler de la pudeur de notre guide quand il raconte, sans les dire, les horreurs des attentats.Pas eu le temps.Je reviendrai. L'an prochain à Jérusalem... Lire l'article

Magazine 3.00

Couverture du numéro 49 du magazine La Vie Est Belle Voyages

La Vie Est Belle Voyages n° 49 est disponible

fenetre abonnement

ireland