Derniers articles publiés

La LittéroThérapie : gagnez en bien-être grâce aux mots !

Caroline Mzali Dans Insolite
La LittéroThérapie dépasse largement les frontières d'un journal intime et ouvre sur une nouvelle forme de thérapie narrative plus explicite, plus exposante, plus salvatrice. Lus, dis, écrits, les mots soignent les maux.

La LittéroThérapie dépasse largement les frontières d'un journal intime et ouvre sur une nouvelle forme de thérapie narrative plus explicite, plus exposante, plus salvatrice. Lus, dis, écrits, les mots soignent les maux. Alors, envie d'écrire votre livre ? Suivez la piste… Des mots pour soigner les maux. Ce concept n'est pas nouveau. Depuis l'aube des temps femmes et hommes couchent sur le papier les confidences de leur vie. Le journal intime a fait ses preuves. Des millions de personnes sur terre s'y adonnent avec délice, ferveur et attachement. Ils ont raison. Le journal intime avec sa narration en tête à tête soulage. Là, s'arrête les vertus de la pratique. La LittéroThérapie ajoute d'autres effets, forts intéressants, comme la capacité de "soigner", la distance entre soi et ses émotions, la "dénaturation" des émotions. En effet, écrire, décrire et partager ses émotions les vident de leur sens. La LittéroThérapie en trois étapes principales et quelques effets collatéraux... Première étape. Étonnamment, pour écrire, il faut voir. Et pour voir, il faut regarder. Les séances de LittéroThérapie commencent par un "acte" fondateur indispensable qu'il nous est interdit de révéler... Sachez simplement que cette première étape de la LittéroThérapie est l'amorce d'un travail de décryptage.La seconde étape consiste à comprendre le sens caché des choses, révéler un secret de famille, se libérer de souffrances, partager des expériences et écrire à propos de ces (re)découvertes. A travers ces dix séances, les clients font resurgir en eux des souvenirs, heureux ou malheureux, souvent oubliés, volontairement ou non.Troisième étape. À l'issue des séances quand le travail écrit a été fourni, il s'agit de le présenter. Pour pousser le concept à son maximum d'efficacité le récit peut être présenté soit sous forme de livre ou sous forme de magazine, plus show-off. Il reste à la personne de décider si elle veut partager son aventure avec d'autres : sa famille, ses amis, des inconnus... Soit repartir avec un livre-témoignage édité pour elle toute seule. Quelque que soit leur choix, les "LittéroThérapistes" repartent avec un objet littéraire, fruit de cette formidable expérience. Une expérience enrichissante " Le but de ce voyage en LittéroThérapie est de redonner confiance, d'assumer ses choix, d'être en accord avec ses convictions. Bref d'être soi-même ! " explique Judith Lossmann, la créatrice de la méthode. Nous avons rencontré Elisabeth Guenoun, une "Littérothérapiste" qui vient tout juste de terminer la diffusion de son livre à de nombreux exemplaires. Cette expérience a modifié la perception que les autres, sa familles, ses proches, ses amis avaient d'elle. " Me livrer, me délivrer par les mots. De manière impudique, intime, sans fioriture au pays de la vérité, celle qui touche, qui transcende, qui bouscule. J’ai osé partager mon histoire et je me sens libérée. Heureuse d’avoir pu partager et transmettre. Je reçois tant de messages d'amour depuis quelques jours que ces mots de miel me transportent." dit Elisabeth Guenoun, ajoutant " tout le monde devrait faire une LittéroThérapie. D'ailleurs, j'aimerais créer une Fondation pour aider des gens à en bénéficier." La bibliothérapie comme point d'entrée à la LittéroThérapie Plus ou moins secrètement, chacun d'entre nous a le désir d'écrire un livre, d'écrire son livre ! Mais avant d'en passer par cette plongée en nous-même qu'est la LittéroThérapie, aidée chemin faisant par un coaching littéraire, Judith Lossmann, nous propose de découvrir quel est notre livre-pansement du moment. Dans l'immensité de l'oeuvre déjà publiée, quel est LE livre qui raconte notre histoire, notre cheminement ? Celui auquel nous identifions immédiatement notre histoire, nos émotions ? La bibliothérapie consiste à prescrire LE livre qui soignera vos maux : deuils, traumastismes, phobies, relations sexuelles. Pratiquée par moins de 5 personnes en France, la bibliothérapie demande une connaissance importante de l'oeuvre littéraire française et internationale, passée comme actuelle, car dit Judith Lossmann : " il n'y a pas que dans Bérénice de Racine, Les Misérables de Victor Hugo ou chez Zola que l'on découvre de quoi soigner ses maux. La littérature contemporaine regorge d'excellents livres pour cela." En conclusion, faire une LittéroThérapie consiste à se laisser emporter pour un grand voyage au fond de soi au travers de confidences, analyses, écriture et publication dont les effets se potentialisent avec les jours qui passent. Lire l'article

De l’herbier de Gherardo Cibo au jardin secret de Jean-Pierre Coffe

Judith Lossmann Dans Litteroscopie
De l’herbier de Gherardo Cibo au jardin secret de Jean-Pierre Coffe

Où il est question d’herbes ! De cet herbier d’exception, inédit qui associe la richesse des planches botaniques du XVIe siècle au jardin de copains de Jean-Pierre Coffe, bourré d’herbes aromatiques et où tout commençait avant de finir à table. L’herbier de Gherardo Cibo, riche de 150 variétés de plantes, présente un fond iconographique exceptionnel au regard des connaissances actuelles. Chaque plante bénéficie d’informations passionnantes, pour des usages en cuisine, cosmétique ou ses vertus médicinales. Unique et inédit, c’est un sublime cadeau pour les amoureux du jardin.L’herbier de Gherardo Cibo de Stéphane Marie et Marc Janson chez Chênes - 39,90 € Jean-Pierre Coffe, un homme de cuisine ? Tout le monde le pensait, mais sa réelle passion était son jardin. Ouvrage hommage et livre d’inspiration, les amis de Jean-Pierre Coffe témoignent de la générosité de son initiateur, un Jean-Pierre Coffe multiple et sincère. Le jardin décrit ici est fait à son image.Le Jardin secret de Jean-Pierre Coffe chez Larousse 29,95 € Plus pragmatiques, les "calendriers 2018 des fruits et légumes au fil des mois" et "du potager bio". Édités par Terre vivante, ils permettent de ne rien oublier. Prix : NC Lire l'article

Du désert urbain au désert himalayen

Judith Lossmann Dans Litteroscopie
Du désert urbain au désert Himalayen

Points communs à ces déserts : la solitude et un appareil photo ! Genaro Bardy arpente seul les rues des villes pour capturer leur désert quand Matthieu Ricard arpente seul le désert de l’Himalaya. Voilà bien deux livres absolument incontournables que chaque amoureux des espaces, qu’ils soient urbains ou himalayens, se doit de posséder dans sa bibliothèque. Le premier "Ville déserte" rend hommage aux villes à des heures où elles sont abandonnées des hommes. Le second "Un demi-siècle dans l’Himalaya", rend hommage aux immensités montagneuses quand elles sont remplies par les hommes. Deux incontournables livres, vous disais-je ?Ville déserte de Genaro Bardy chez Ipanema – 29€Un demi-siècle dans l’Himalaya de Mathieu Ricard aux éditions de La Martinière – 40 € Dans la collection Guide Bleu, on met le cap à l’est tout seul sur un vélo... L’auteur Martin Doolaard l’a fait sans rien planifier au départ d’Amsterdam et jusqu’à Singapour. Dans ce très joli livre plein de bons textes et de belles photos, il partage ses rencontres, ses découvertes, ses bivouacs... Une vie en parallèle qui laisse place au voyage ?Un an à vélo de Martine Doolaard chez Hachette, collection Guides Bleus - 35 € Dans la même collection, même éditeur, ceux qui n’aime pas le vélo prendront le bateau avec "Ces trente croisières spectaculaires à réaliser en France et autour du monde". Ici, ce sont les bateaux qui comptent : Goelette, jonque, cargo, pirogue voguent sur les plus beaux paysages du monde.Ça c’est Embarquer de Natasha Penot chez Hachette tourisme, collection Guides Bleus 35 €. Lire l'article

Recettes transgénérationnelles : Miam !!

Judith Lossmann Dans Litteroscopie
Recettes transgénérationnelles : Miam !!

De "La Merveilleuse histoire des pâtisseries" à "La Cuisine de mon père" en passant par "Femmes d’ici, cuisines d’ailleurs", voilà une sélection de gourmandises absolues. L’origine de la gastronomie, du bien manger, des aliments-doudous sucrés se perd dans la nuit des temps. D’aussi loin que l’on remonte, l’Homme n’a cessé d’améliorer sa nourriture, devenue au fil des siècles de la gastronomie. Ouvrons le bal avec "La Merveilleuse histoire des pâtisseries". Racontée par Michel Tanguy, ce très beau livre narre les grands classiques gourmands sucrés, nés pour la plupart dans le courant du Moyen Âge. D’autres plus récents comme la tarte Tatin prête à interprétation. Et vous, savez-vous comment ils ont été inventés ? Ce livre, truffé d’anecdotes vous donnera des réponses, mais pas seulement... Vous aurez forcément envie de vous mettre aux fourneaux pour un mille-feuille, un paris-brest, une religieuse, un macaron.La Merveilleuse histoire des pâtisseries de Michel Tanguy avec des recettes de Jacques Genin chez Gründ - 24,95 € Continuons avec cette histoire d’une transmission culinaire d’un père chef à sa fille Bérengère. Elle ne s’en rend pas compte mais elle apprend dès son plus jeune âge à manier couteaux et fouets, herbes aromatiques et produits nobles. Naissent la glacier à la verveine, la salade de homard aux pêches, encornet et jus à l’encre, tarte à la menthe de Louis. 48 recettes pleines de saveurs.La cuisine de mon père de Bérengère et Robert Abraham chez Mango - 29,95 € Poursuivons avec cet étonnant "Femmes d’ici, cuisines d’ailleurs" où sont racontés avec gourmandise les secrets d’un plat de famille venu d’ailleurs au travers des portraits de quinze femmes devenues françaises. Simples, délicieux, ils ravivent les souvenirs d’ailleurs et réchauffent les cœurs.Femmes d’ici, cuisines d’ailleurs d’Alexis Jenni chez Albin Michel Prix : NC La route des plats d'excellence s’ouvre avec cet "Atlas gastronomique de la France". On le doit à Jean-Robert Pitte, qui nous invite à savourer les gastronomies régionales : Oreiller de la Belle Aurore, clairette de Die, mozette de Vendée... Géographe et fin gourmet, le sieur Pitte nous balade sur les routes gourmandes de l'hexagone.Atlas gastronomique de la France de Jean-Robert Pitte chez Armand Colin - 26,90 € Concluons avec l’accompagnateur incontournable de tout ce qui précède : le vin. Dans "Le Grand Livre du Vin", partons à la découverte des vins dans leurs diversités en compagnie de l’auteur, Andrew Jefford, expert international de renom.Le Grand Livre du Vin de Andrew Jefford chez Eyrolles - 24,90 € Lire l'article

C’est déjà Noël chez Mariage Frères !

Caroline Mzali Dans Gourmandises & Gastronomie
C’est déjà Noël chez Mariage Frères !

Du thé est un art de vivre. Une sublimation du moment présent. Mariage Frères lance cinq nouveautés pour célébrer cette fin d’année en beauté ! Une nouvelle collection chez Mariage Frères...Cinq nouvelles saveurs. "White Noël", "Noël Nouveau", "Noël Blanc", "Noël Bleu" et "Esprit de Noël" à convier à vos Tea Time. Il y en a pour tous les goûts ! Thé vert, thé noir, thé bleu... Mariage Frères a créé de merveilleux assemblages riches en parfums et saveurs à déposer sous le sapin.De la joie et du bonheur dans toutes ces nouvelles saveurs. Certes, avec leurs noms, ils sont destinés à ajouter des moments de détente à cette fin d'année. Dans l'ambiance un peu fiévreuse des préparatifs ; "La dinde est prête ? ", "Où ai-je mis le foie gras ? ", "Quelqu’un a-t-il sorti le champagne ? ". Si on s’enroulait dans un plaid pour s'asseoir auprès du feu... Une tasse de thé à la main histoire d'avoir la tête dans les étoiles... facile avec Noël Nouveau truffé de petites étoiles brillantes au fond de la tasse. Insolite sans doute, Noël Bleu aux parfums de cannelle, vanille et écorces d’orange colorera votre thé d’une belle couleur bleue. C’est la magie de Noël ! Donc, si vous cherchez une idée de cadeau à offrir ou à s'offrir, rendez-vous chez Mariage Frères ! Et vu que Mariage Frères ne fait pas les choses à moitié, vous pourrez en profiter pour déguster de délicieuses bûches de Noël de chez Mariage Frères. Aux fruits rouges, au chocolat ou aux amandes, une bûche traditionnelle ou en forme de sapin de Noël. Vos papilles vont rugir de plaisir ! Lire l'article

Bérénice de Racine, une tragédie classique diffusée sur France Culture

Caroline Mzali Dans Spectacles
Bérénice de Racine, une tragédie classique diffusée sur France Culture

France Culture et la Comédie-Française collaborent sur la diffusion de diverses pièces de théâtre à la radio. De Tintin à Bérénice, le projet est étonnant et didactique ! L’œuvre de Racine, un classique immuable et si moderne Durant la Rome antique, Titus succède au trône de Vespasien. Depuis presque cinq ans, il est fou amoureux de Bérénice, Reine de Palestine. Leur amour, logiquement, devrait déboucher sur un mariage, mais... Il fallait forcément un "mais" ! La venue de cette nouvelle Reine au trône de Rome inquiète le peuple et l’entourage impérial soumet Titus à un chantage : régner sans Bérénice pour conserver de bonnes relations politiques ou bien régner avec elle, au risque de créer des conflits. Un tourment amoureux auquel s’ajoute l’amour supposé caché d’Antiochus, roi de Commagène, fidèle ami de Titus, envers Bérénice. Lui aussi doit faire un choix : s’exiler pour l’oublier ou vivre près d'elle et dans le silence de ses sentiments. Un formidable trio tourmenté par l’amour et le sens du devoir. Des comédiens de talent et des musiciens envoûtants Douceur des vers en alexandrin et voix mélodieuses des acteurs nous transportent. Fermons les yeux pour vibrer au timbre de leur voix. Celle de Bérénice, jouée par Clothilde de Bayser, donne à son interprétation un caractère tellement émouvant qu'elle pleure et met les larmes aux yeux au public. Très grand moment de cette lecture publique, quand les larmes ruisselaient sur les joues de l'actrice. Impossible de résister au charme de sa voix. De même pour Titus, interprété par Eric Génovèse. Une prestation impressionnante. Notons l'accompagnement musicale et la douceur du viole de gambe joué par Nima Ben David, le rythme enivrant de la luth jouée par Miguel Henri, les merveilleuses mélodies des percussions jouées par Michèle Claude. Une magnifique pièce orchestrée par Eric Ruf, Blandine Masson et Christophe Hocké. Lire l'article

Mise à mort du cerf sacré, \r un film de Yorgos Lanthimos

Caroline Mzali Dans Filmoscopie
Mise à mort du cerf sacré, un film de Yorgos Lanthimos

Steven, brillant chirurgien, marié, deux enfants a une vie qui semble parfaite. Cependant, un tragique événement survenu un an auparavant fait pression sur lui et sa famille. Apparemment Steven doit payer une dette. Une lourde dette. Le prix ? Ce qu’il a de plus cher. Tout roule dans la vie de Steven sauf que dans la discrétion la plus totale, il voit fréquemment Martin, un adolescent de 16 ans. Pourquoi ? Qui est cet adolescent ? Que font-ils ensemble lors de ces rendez-vous de plus en plus réguliers. ? C'est trouble d'autant que Steven offre une montre à Martin... Est-ce du chantage ? Peut être ! Seule certitude, la famille n'en sort pas indemne. Les enfants ont touchés par un étrange mal. Une paralysie des jambes. Martin semble le seul à pouvoir changer la donne. Et il en demande toujours plus et s’avère être un redoutable psychopathe. Comme une souris prise au piège, Steven devra faire un épouvantable sacrifice pour payer sa dette. Intrigant. Oppressant. Le film de Yorgos Lanthimos nous arrache les tripes tant le suspens est immense. Il faut bien quarante minutes pour comprendre l’intrigue de l’histoire. L’attente est insupportable... Un film à voir ! Lire l'article

Trakai en Lituanie, un espace hors du temps !

Judith Lossmann Dans RTT Europe

À une heure de route de Vilnius, le merveilleux environnement de Trakai laisse sans voix. A tester à toutes les saisons, sa beauté tant sa beauté naturelle et archhitecturale est intemporelle… Trakai, la plus ancienne des capitales lituanniennes ! A 27km à l’Ouest de Vilnius se trouve une vieille ville du nom de Trakai. Forêts et lacs forment son environnement. Nous sommes loin d’imaginer que ce lieu pouvait être un des berceaux de l’État lituanien et un centre militaire et politique important. Pourtant dès que l'on voit son immense château rouge, on comprend que bien des décisions ont du se prendre entre ces murs épais où les secrets étaient bien gardés. Aujourd'hui, Lituaniens et touristes aiment s’y retrouver pour communiquer avec la nature, visiter le château, se reposer et s’extraire de la vie urbaine lors d'une douce balade en bateau.. De la pêche, des promenades en bateaux, en barques, en yachts, des balades à vélo ou à pied. On respire le grand air, loin de la foule. Idéal pour se ressourcer. Balade sur le lac de Trakai Par ailleurs, la ville est connue pour avoir conserver une tradition turque : la kénésa, lieu de culte des Karaïmes, des maisons typiques de cette culture et un restaurant traditionnel où vous pourrez déguster le "kibinas", leur spécialité culinaire. Excellente ! A 27km à l’Ouest de Vilnius se trouve une vieille ville du nom de Trakai. Forêts et lacs forment son environnement. Nous sommes loin d’imaginer que ce lieu pouvait être un des berceaux de l’État lituanien et un centre militaire et politique important. Pourtant dès que l'on voit son immense château rouge, on comprend que bien des décisions ont du se prendre entre ces murs épais où les secrets étaient bien gardés. Aujourd'hui, Lituaniens et touristes aiment s’y retrouver pour communiquer avec la nature, visiter le château, se reposer et s’extraire de la vie urbaine lors d'une douce balade en bateau.. De la pêche, des promenades en bateaux, en barques, en yachts, des balades à vélo ou à pied. On respire le grand air, loin de la foule. Idéal pour se ressourcer. lituanie trakai lac 2580Balade sur le lac de Trakai Par ailleurs, la ville est connue pour avoir conserver une tradition turque : la kénésa, lieu de culte des Karaïmes, des maisons typiques de cette culture et un restaurant traditionnel où vous pourrez déguster le "kibinas", leur spécialité culinaire. Excellente ! Lire l'article

Lituanie, trois villes, trois capitales !

Judith Lossmann Dans RTT Europe
Lituanie, trois villes, trois capitales !

La Lituanie est le pays le plus grand et le plus peuplé des trois pays baltes (Estonie, Lettonie). Riche en culture et en histoire, ce pays a connu trois capitales différentes au cours des âges : Vilnius, Trakai et Kaunas. Les visiter, c'est visiter la Lituanie urbaine. Musées, châteaux, rivières, rues étroites... Il y a tant de choses à découvrir ! L’aventure commence à Vilnius... La capitale de la Lituanie est aussi la plus grande ville du pays, avec autant d’habitants qu’il y a de pavés dans les rues. Petite, elle est idéale pour une escapade, le temps d’un week-end. Une vieille ville a la beauté incontestable. Inscrite sur la liste du patrimoine de l’UNESCO, elle réjouira même le touriste le plus difficile. Lieu historique, Vilnius se visite à travers les étroites ruelles.Commençons par découvrir le centre de la capitale lituanienne par une visite à la Cathédrale de Vilnius, l’emblème de cette ville lumière. Quel merveilleux bâtiment de style romain ! Sur la grande place située juste en face de la cathédrale, vous pourrez jouer les photographes professionnels et faire un panoramique à 360°. Vilnius regorge de vieilles petites églises telles que Saint-Anne et Saint-Pierre-et-Paul. Plus loin, vous trouverez la Porte de l’Aurore, un lieu de pèlerinage catholique située au centre historique de la ville. Vilnius comporte des petits quartiers à visiter tel que le quartier de la Vieille Ville avec ses bâtiments du XIIIe siècle. Un charmant centre-ville, ancien quartier juif. Les ruelles sont bordées de bâtisses de style baroque, gothique et renaissance. On ne se lasse pas de déambuler çà et là. Partons désormais à la découverte du quartier d’Užupis. Attention les yeux, vous vous laisserez surprendre par les façades décorées avec des peintures murales et des sculptures. Un musée dans la rue ! Une ambiance cool et décontractée... Une véritable vie de bohème. Vous pourrez aussi découvrir accroché sur un mur la constitution en anglais sur l’indépendance d’Užupis en 1998... Et pour vivre cette expérience jusqu’au bout, de faux gardes-frontières vous demanderont votre passeport! Nous avons fait le tour de quelques quartiers atypiques, mais que dites-vous d’une promenade le long des rives de Vilnia ou de la Néris ? Piétons, cyclistes et joggeurs sont les bienvenus dans cet espace vert et fleuri en été. C’est un excellent endroit pour pique-niquer, se détendre après une longue journée de marche. Situé en hauteur, vous verrez le Château de Vilnius dont la tour porte le nom de Gediminas. Au choix, vous atteignez le sommet de la colline en marchant, un bon exercice physique, ou alors vous prenez votre envol par le funiculaire. C’est LE site à voir à Vilnius. Un site qui vous offre une magnifique vue panoramique sur cette petite capitale de Lituanie. Les rives d’un côté, la verdure au loin. On découvre Vilnius aussi calme et paisible. Le musée du KGB Au passage, visitez le musée des victimes du génocide (aussi nommé musée du KGB). En ce lieu historique habitaient les membres du KGB sous les régimes d’occupation des Lusitaniens, entre 1940 et 1990. Des documents des combattants et des résistants ont été retrouvés et sont aujourd’hui exposés dans le musée. La partie la plus importante du musée est la salle d’interrogatoire : ici étaient enfermés les condamnés à mort. Pour compléter la visite, vous pourrez aussi découvrir le complexe mémorial de Tuskulėnai. … se poursuit dans l'ancienne capitale : Kaunas Kaunas n’est qu’à 2h de Vilnius en voiture ou en train. Deuxième ville de la Lituanie, elle fut la capitale de 1919 à 1940 et vaut une visite détaillée ! Riche de ses musées, Kaunas est aussi connue pour sa célèbre équipe de basket-ball, LE sport national, et les multiples trophées remportés.On se sent minuscule au centre de la place Rotuses, parmi l’hôtel de ville, l’église jésuite Saint-François-Xavier et les églises Sainte-Trinité et Saint-Georges. Ancienne place de marché, ce lieu est aujourd’hui le rendez-vous de toutes les animations de la ville. La place Rotuses vit au rythme des habitants et des visiteurs, de jour comme de nuit. Une autre impressionnante sensations de grandeurs démesurées : rue Vilniaus, une rue piétonne bordée de maisons des XVI-XIXe siècles. En se promenant dans les rues de Kaunas, vous découvrirez la Cathédrale Saints-Pierre-et-Paul, la seule basilique de style gothique du pays. Les sombres façades en brique nous laissent perplexes. Visitez l’intérieur ! A votre plus grande surprise, celui-ci est extrêmement et joliment décoré avec des éléments de la Renaissance et de style baroque. Plus loin, vous pourrez faire un tour au musée d’État Mikalojus Konstantinas Čiurlionis, ce musée militaire abrite des œuvres exceptionnelles allant du XVIe au XXe siècle. Passez donc au restaurant Monte Pacis pour déguster de délicieux produits locaux de saison. Les vins servis proviennent du monastère de Pažaislis que vous visiterez plus tard... En été, la terrasse est ouverte et vous pourrez savourer des salades fraîches et des grillades au soleil.Si vous passez à Kaunas, vous devez surtout voir le Palais présidentiel lituanien, un édifice érigé entre 1920 et 1939, alors que Vilnius était aux mains des Polonais. L’intérieur est intact et décoré avec des éléments de l’époque tels que des meubles, des objets et des peintures des différents présidents. Tiens, on entend au loin le clocher de l’Ermitage ! Le monastère de Pažaislis sonne l’heure de la prière. Cela vaut une pieuse visite. Un festival de musique classique s’y tient chaque été. On ne s’ennuie pas entre prières et fêtes ! A l’occasion, vous pourrez observer les cloîtres, les tombes, les maisons du monastère et les chapelles. ... et s’achève à Trakai, la plus ancienne des capitales ! A 27km à l’Ouest de Vilnius se trouve une vieille ville du nom de Trakai. Forêts et lacs forment son environnement. Nous sommes loin d’imaginer que ce lieu pouvait être un des berceaux de l’État lituanien et un centre militaire et politique important. Pourtant dès que l'on voit son immense château rouge, on comprend que bien des décisions ont du se prendre entre ces murs épais où les secrets étaient bien gardés. Aujourd'hui, Lituaniens et touristes aiment s’y retrouver pour communiquer avec la nature, visiter le château, se reposer et s’extraire de la vie urbaine lors d'une douce balade en bateau.. De la pêche, des promenades en bateaux, en barques, en yachts, des balades à vélo ou à pied. On respire le grand air, loin de la foule. Idéal pour se ressourcer. Balade sur le lac de Trakai Par ailleurs, la ville est connue pour avoir conserver une tradition turque : la kénésa, lieu de culte des Karaïmes, des maisons typiques de cette culture et un restaurant traditionnel où vous pourrez déguster le "kibinas", leur spécialité culinaire. Excellente ! La Lituanie, pays balte marqué par des "dominateurs" aux mœurs opposés, bénéficie d'une culture étonnante et pleine de surprises. Intensif et dynamique, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Lire l'article

Rotterdam, la ville dans un port ou le contraire !?

Judith Lossmann Dans RTT Europe
Rotterdam, la ville dans un port ou le contraire

Amoureux des ambiances décalées et insolites où le 21ème siècle côtoie la tradition, Rotterdam est pour vous. Bienvenue pour un week-end 1/3 culture, 1/3 gourmand et cosy, 1/3 insolite dans le plus grand port d'Europe ! Avant de commencer le voyager, il y a plusieurs choses à savoir. Rotterdam est une ville portuaire néerlandaise et deuxième grande ville des Pays-Bas après Amsterdam en densité de population. Situé à l’embouchure du Rhin et de la Meuse, Rotterdam est un lieu stratégique sur le plan commercial. Au XIXe siècle, cette ville construite autour de la rivière Rotte (d'où le nom de la ville) s’adapte parfaitement à l’évolution industrielle mais pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville est bombardée et contrainte à décélérer sa croissance fleurissante. Il fallu tout reconstruire. Aujourd’hui, Rotterdam brille de tous ses feux et de son architecture moderne et contemporaine. Rotterdam : 1/3 culture A découvrir... Les grandes œuvres des maîtres de la peinture européenne du XVe siècle à nos jours au musée Boijmans Van Beuningen. Fra Angelico, Rembrandt, Monet, Van Gogh, Dali, Rodin... Tous sont réunis dans l’enceinte de ce musée futuriste. Vous le verrez par vous-même, l’architecture est grandiose. Du vieux avec du neuf. Des briques rouges avec des objets métalliques et... des formes pour le moins originales. Le jardin est aussi à la pointe de l’originalité avec une pelouse comme seuls les hollandais savent en créer. Rotterdam : 1/3 gourmand et cosy Las Palmas Situé dans un quartier archi trendy et dans un immeuble qui ressemble à un réveil sur une table de nuit, il faut déjeuner ou dîner au restaurant Las Palmas, spécialisé dans les plats de poissons et de fruits de mer. L'endroit appartient au Chef charismatique et télévisuel Herman den Blijker. Inutile de dire que l'immense salle est toujours remplie, une réservation longtemps à l'avance s'impose. Prenez vos précautions. Le menu "surprise" est un régal à la hauteur de la réputation du chef bouillabaisse, huîtres, crabe, homard et des vins fabuleux. ! Excellente cuisine dans un cadre agréable à la décoration soignée. On aime la rudesse des murs de "plein béton lisse" et le contraste des bougies... Hôtel MainportMême si la façade externe ressemble davantage à un bâtiment de bureaux, l’hôtel Mainport est fabuleux. L'un de mes hôtels favoris dans le monde ! Certes, j'avais la chambre 962 avec jacuzzi, bains à remous et vue sur l'embouchure du port ! Ça aide. Les chambres sont immenses et dotées de toutes les fonctionnalités contemporaines. La décoration est chic et bohème à la fois. Gypset ! "On s’y sent chez soi immédiatement" disent les clients. De plus, l’hôtel est bien situé pour démarrer une visiter de la ville. N'hésitez pas à monter, avec l'ascenseur panoramique tout en verre, jusqu’au dernier étage, pour bénéficier d'une vue magistrale sur la ville. Gratte-ciels, maisons-cubes... sont vraiment remarquables, l'architecture contemporaine est une des attractions majeures de Rotterdam. Le quartier Kop Van Zuid en est l'illustration manifeste avec ses gigantesques gratte-ciels, ses bureaux ultramodernes et ses logements de luxe. Dans un tout autre genre, le restaurant de l'hôtel New-York Tout aussi gigantesque que Las Palmas, puisque localisé dans le merveilleux quartier en bord de la rivière Maas. On y accède en bateau-taxi, une fort jolie balade, romantique et tellement visuelle. Le bâtiment, une perfection architecturale, est l'ancienne gare de départ des lignes transatlantique Hollande America Line vers l'Amérique. Des milliers de migrants ont usé leurs semelles dans la salle de restaurant d'aujourd'hui. De fait, l'atmosphère est unique, nostalgique et chargée d'un supplément d'âme. Service à la carte dans cette ambiance si "migrant spirit XIXeme siècle" que l'on en oublie de manger pour observer la danse des serveurs et la valse des plats. Choix important avec une part belle réservée aux fruits de mer et poissons. Le crabe est un délice absolu ! Les sandwiches aussi. Rotterdam : 1/3 frisson Balade en bateau-taxi... … tout au long de la rivière Mass et jusque dans le port, on trouve des stations de bateaux-taxi pour traverser d'une rive à l'autre ou faire du cabotage le longs des rives à partir d'un euros. Comment s'en passer ? Le Markthal Une incongruité fort sympathique en plein cœur de Rotterdam. Une boule, en forme de carapace de tortue plutôt joli et colorée. Colorée ? L'extérieur n'est rien comparé à l'intérieur où une débauche de couleurs assaille littéralement les visiteurs. Les couleurs tombent du plafond et des murs. Illusion stupéfiante concoctée avec les Studios Pixar. Colorée ? Aussi sur les étals de ce marché géant. Grand comme un terrain de foot, c’est tout simplement le plus grand marché en Hollande. Poissons, viandes, fruits et des centaines de fromages de toutes les couleurs. Notamment des Goudas au paprika, au cumin... Certains semblent fluorescents, ne me demandez pas pourquoi. Mais ces bleus et verts intenses sont attractifs ! Inauguré en 2014, le Markthal est ouvert tous les jours. Le pont EramusIl conduit au nouveau quartier, anciennement les docks du port, là se trouve Las Palmas et l'hôtel /restaurant New York. Ce pont est une prouesse architecturale. Sa légèreté, ses formes élancées qui montent à l'assaut des buildings, ses jambes d'une incroyable finesse écartelées au-dessus de l'eau, en font l'un des ponts emblématiques de la ville. Il faut l'emprunter à pied et savourer la "longue" promenade d'une rive à l'autre pour en ressentir toute l'énergie et toute l'âme. Ce pont respire. On le sent vivre et bouger ! Parlez d'un week-end aux Pays-Bas, en Hollande comme l'on disait avec l'Europe, tout le monde pense Amsterdam. Il est largement temps d'aller découvrir la beauté plus industrielle de Rotterdam. Lire l'article

Lectures d'automne : autour des vies brisées par le destin ou l'époque

Judith Lossmann Dans Litteroscopie
Lectures d'automne : pour frissonner même au coin du feu !

Des déboires d'un jeune Comte au destin malveillant des enfants perdus de Venise en passant par la cupidité du pouvoir et la recherche de la paix… des livres qui emportent dans un ailleurs… jamais rose ! WARINGHAM, LA ROUE DE LA FORTURE. Tome 1 d'une série de 5 qui a fait un tabac outre-rhin, Waringham raconte les déboires et aventures d'un jeune Comte d'une douzaine d'années, déchu de ses titre et propriétés du fait du suicide de son père. Condamné à redevenir un "sujet", il décide de partir à la reconquête de son honneur dans le domaine comtal... là où il aurait dû régner et où il ne sera qu'un palefrenier parmi les autres... L'aventure démarre lentement, presque naïvement Il faut dépasser cette soixante de pages pour entrer de plein pied dans le monde de Waringham et comprendre son immense succès.Waringham de Rebecca Gablé chez HC Éditions – 22€ LES ENFANTS DE VENISE. Une plongée dans le monde des ruelles sordides et sales de la Venise flamboyante... quand les enfants devaient rapporter leur pitance dès le plus jeune âge. Quand les filles à peine pubères utilisaient leurs charmes pour survivre. Quand l'exploitation de cette matière première qu'était l'énergie des gosses était tolérée. Quand la médecine faisait ses premiers pas en disséquant en cachette des cadavres dans d'obscurs souterrains. Quand les Juifs durent commencer à porter une étoile jaune... Le livre de Luca Di Fulvio est un fleuve qui emporte tout sur son passage en sublimant la misère radieuse d'une bande d'enfants perdus.Les enfants de Venise de Luca Di Fulvio chez Slatkine & Cie – 23€ CYANURE. Le titre, à lui seul, fait froid dans le dos et donne des sueurs froides. Une certitude. Le poison coule dans les veines des hommes, dont certains, porteurs sains, usent et abusent pour en éliminer d'autres. Au rendez-vous Barga, Manue et Loïc Gerbaud, balancés sur une affaire explosive qui remonte, haut, très haut dans les strates de l'État. L'auteur, Laurent Loison – dont le nom rime avec poison et peut-être avec cyanure ? – s'amuse à mêler et mélanger les pistes... jusqu'à proposer une fin alternative cachée sous un code secret ! Mais chut, il faut le lire pour jouer jusqu'au bout au détective à fond dans son enquête et décider de la fin !Cyanure de Laurent Loison chez Hugo Thriller – 19,95€ RETOURNER DANS L'OBSCURE VALLEE. Chercher un coin de paradis sur Terre. Oui, mais où ? Le destin de Manuela et Juana va les lier par la volonté de trouver la paix. Le terrorisme, les crises, un passé douloureux... Leur avenir est incertain mais ils veulent y croire !Retourner dans l'obscure vallée de Santiago Gamboa chez Métailié – 21 € Lire l'article

Haarlem, l'autre ville des Pays-Bas, berceau du Teylers

Judith Lossmann Dans RTT Europe
Haarlem, l'autre ville des Pays-Bas !

Aller à Haarlem sans visiter au musée Teylers, LE premier musée des sciences naturelles au monde ? Impossible ! A cet incontournable s’ajoutent le musée Frans Hals et de nombreuses découvertes fascinantes dans la ville qui fut l’une des plus prospères des Pays-Bas au IXe siècle. Brasseries, constructions navales et industries textiles ont fait une si belle réputation à Haarlem qu’elle donna son nom au fameux quartier de Manhattan à New York. Le premier musée des sciences naturelles au monde En longeant le canal, vous ne pouvez pas rater le sublime bâtiment qui abrite le musée Teylers, le plus vieux musée des Pays-Bas. Fondé en 1778 par Pieter Teyler van der Hulst, un riche fabricant de textile et banquier, le musée accueille aujourd’hui une centaine de milliers de visiteurs chaque année. De style néo-classique et néo-baroque, il figure dans la liste du patrimoine de l’humanité de l’UNESCO et expose principalement des œuvres du XVIIIe siècle. Tableaux, dessins, fossiles, monnaies et médailles... Les collections s’enchaînent. On peut admirer des œuvres originales de Michel-Ange, Rembrandt, Raphaël, Goltzius et Claude Laurain. A cela s’ajoutent de magnifiques œuvres hollandaises du XIXe siècle. Une sublime bibliothèque regroupe 120.000 ouvrages scientifiques dans les domaines de la botanique, de la zoologie, de la paléontologie et de la géologie. Une belle approche pour se diriger vers le clou du spectacle, à savoir, les collections et vitrines scientifiques : machines électrostatiques, piles à colonne de Volta, chambres de combustion, globes céleste, minéraux et fossiles... Tant de découvertes fascinantes ! Les murs et le parquet en bois donnent un aspect vintage et les fenêtres situées au plafond éclaircissent joliment la grande pièce de l’exposition d’une lumière éclatante. Au plus naturel, au musée de sciences naturelles ! Cette lumière réfléchit sur les vitres verticales à travers lesquelles sont exposées des livres, des objets et des croquis. Les tables en bois au centre de la pièce principale laissent voir des fossiles, des médailles, des tableaux et d’autres objets aussi fascinants. Les salles s’enchaînent les unes après les autres. Et cette gigantesque bibliothèque ! Un véritable labyrinthe dans lequel on se perd parmi ces livres. On se croit dans la bibliothèque d’Harry Potter à Poudlard ! Mystérieux et intrigant... Dans un autre genre, le musée Frans Hals Le musée Frans Hals comporte. Ce musée, de style néo-classique, des œuvres néerlandaise du XVIIe siècle, habite des œuvres néerlandaise du XVIIe siècle. Érigé en 1598 pour accueillir des vieillards "nécessiteux" il est transformé en orphelinat en 1810, d’où l’enchaînement de petites pièces. Frans Hals, un des peintres baroques néerlandais les plus célèbres du siècle d’or, fonde le musée qui ouvre ses portes au grand public en 1913. Le musée expose de grandes œuvres de Cornelis Cornelisz van Haarlem, Jan van Scorel, Jan Steen etc. Après la visite, vous apprécierez le calme du jardin taillée à la perfection et la cour resplendissante.Le musée est intéressant et la cour est resplendissante : le jardin est taillé à la perfection et comporte des bancs publics sur lesquels il est bon de se poser après la visite ! Adieu la prière, bonjour la bière ! Tout le monde connaît l’expression "l’habit ne fait pas le moine" et pourtant on se laisse surprendre par le restaurant Jopenkerk, absolument surpeuplé tant l'adresse est courue. À l’extérieur, les façades sont vraiment banales, mais à l’intérieur la décoration est charmante et l’espace grandiose. Ça ne saute pas aux yeux mais le Jopenkerk est une brasserie... dans une église ! Les larges fenêtres éclairent joliment la pièce d’une lumière naturelle et agréable. Mais ce qui attire le plus l’attention, ce sont ces énormes machines rutilantes derrière les barmans : Alors, adieu la prière, bonjour la bière à découvrir lors de dégustations rituelles et gourmandes dans le cadre de l’établissement. Se promener dans la ville et se restaurer dans la brasserie Nobel Et si on allait à la brasserie Nobel pour le déjeuner ? Non loin du centre-ville, l’ambiance est fort sympathique ! Les serveurs sont souriants et toujours à l’écoute des clients. Les plats sont succulents, bien qu’un peu chers. Au plaisir des papilles ! L’Appeltaart, une tarte aux pommes saupoudrée de cannelle, quel délice ! A déguster en terrasse avec vue sur le canal. Puisque vous êtes tout près, tester donc le Keukenhof De mi-mars à mi-mai, si vous êtes dans la région, profitez-en pour visiter le parc du Keukenhof. A seulement quarante minutes de voiture, le Keukenhof est le plus grand parc printanier du monde. Des milliers de visiteurs s’empressent pour voir toutes les variétés possibles de tulipes et quelques autres fleurs remarquables. Des fleurs dans le jardin, c’est commun, mais des fleurs dans notre assiette, un peu moins ! Rendez-vous au De Vier Seizoenen (Les Quatre Saisons, ndlr) pour déguster de délicieux plats fleuris : des menus surprenants et une ambiance sympathique. Les amoureux de la nature vont adorer ! (cf. infos pratiques). Musées, nature et bières... La vie est belle à Haarlem ! Lire l'article

Effets spéciaux, crevez l’écran ! - La nouvelle exposition de la Cité des Sciences et de l’Industrie

Caroline Mzali Dans Expositions
Effets spéciaux, crevez l’écran !, la nouvelle exposition de la Cité des Sciences et de l’Industrie

Difficile d’imaginer un film sans effets spéciaux. Films d’action, films romantiques ou futuristes, les effets spéciaux sont partout ! Découvrez-en les secrets utilisés dans les films les plus impressionnants de l’histoire du cinéma ! De Star Wars à Captain America, en passant par King Kong et Lucy, les effets spéciaux n’ont cessé d’élargir l’univers et de créer des mondes imaginaires. Retour dans le futur ! L’exposition Effets Spéciaux, crevez l’écran ! dévoile tout ce qu’il se passe dans les coulisses. Réalité ou magie ? La science joue avec les illusions d’optique pour briser la barrière entre le monde réel et le monde fictif. Avec l’évolution des effets spéciaux au cinéma, les images paraissent de plus en plus authentiques ! Comparez le tout premier Star Wars des années 1980 au dernier Star Wars sorti en 2016... Fascinant ! Silence... Ça tourne ! Enfilez votre badge et passez le casting pour le prochain film. Interactif et amusant, l’exposition se divise en quatre temps : le bureau, le plateau, le studio et la salle de cinéma. De l’idée initiale à la réalisation du film, on observe la transformation des acteurs, avec maquillage ou en 3D, ainsi que tous les montages et les mises en scène pour créer l’illusion du réel. Arrière-fond vert, costumes, croquis... Finalement, on découvre que la réalisation d’un film ne se fait pas en un claquement de doigts, mais est bien le résultat d’un travail minutieux et complexe. Trouver le budget nécessaire, les acteurs, l’angle des prises, rien n’est laissé au hasard... ... La preuve dans Effets spéciaux. 2 siècles d'histoires, le livre de Pascal Pinteau Pascal Pinteau est spécialisé dans le domaine des effets spéciaux. Ceux-ci n’ont plus de secrets pour lui. Après des années de travail acharné et minutieux, des centaines d'interviews, il publie en 2015 le premier tome d'une sommité consacré au sujet. Résultat : un ouvrage unique avec plus de 800 pages d’explications, de dessins, de rencontres avec les plus grands artistes de l’univers du trucage. Son ouvrage vous permettra de connaître en détails les pratiques utilisées à travers deux siècles d’histoire des effets spéciaux. L'auteur travaille actuellement au tome 2 qui sortira également chez Bragelonne en 2020. De plus, pour affiner vos connaissances, Réjane Hamus-Vallé propose un catalogue sur l'exposition Effets spéciaux, crevez l'écran ! Cet ouvrage rédigé par des spécialistes et des professionnels invite à plonger les amateurs dans l'univers du décor, au coeur de l'industrie du cinéma pour découvrir les coulisses des plus beaux films de science-fiction tels que King Kong, Avatar, Star Wars etc. Pour les grands et les petits, les amateurs de films vont adorer ! Alors, action ! Lire l'article

La Gomera : L’île dans une mer de nuages !

Judith Lossmann Dans RTT Europe
La Gomera : L’île dans une mer de nuages !

Si un géant avait jeté des cailloux dans l'Atlantique au large du Maroc, il aurait créé l'Archipel des Canaries. L'un des plus petits de ces cailloux serait La Gomera. Un îlot aride au climat subtropical en bord de mer et forestier, brumeux et frais sur les sommets (1487m) où la pluie est horizontale ! Les pieds dans l'océan, la tête dans une mer de nuages Là-haut, dans un brouillard quasi permanent prospèrent des milliers d'arbres, fringants spécimens rares, issus du Tertiaire. Forêts de lauriers, fougères arborescentes... Soixante cinq espèces d'arbres endémiques protégées au cœur d'un parc National déclaré patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1986 et nommé Garajonay. Un nom venu du fond des âges. D'une légende à la Roméo et Juliette propre à La Gomera. Ici, Juliette c'est Gara, une princesse. Jona, un prince d'une famille adverse. Ils s'enfuient pour vivre leur amour mais rattrapés, ils choisissent de s'empaler chacun à l'extrémité d'une branche, pour se rejoindre dans un ultime baiser avant de mourir. Voilà pour l'ambiance générale…Sur cette île aux sommets brouillardeux, les légendes sont légions. Il faut dire que les troncs torsadés par les rafales de vents, les couleurs diluées par la brume, le lichen envahissant et tombant, les bruyères géantes, la dominante grise opaque des hauteurs sont des invitations à la rêverie. La raison sans doute à ce "rond de sorcières" à Laguna Grande où, une fois par an au moins les "humains" sont conviés pour une danse en l'honneur de l'esprit de la forêt et de la nature.Dans les quelques maisons rurales, à louer au mois pour une poignées d'euros, on s'imagine volontiers assis au coin d'un feu crépitant à écrire des contes et légendes dont l'action pourrait se situer quelque part là-haut dans le Nord, en Écosse à Inverness, aux confins du monde dans les contrées chères à Winterfell et à la Maison Stark.Le choix des randonnées est vaste et parfaitement orchestré depuis le Centre d’informations du parc, mais si vous ne devez en faire qu'une seule, choisissez la balade pédestre nommée El Cedro qui vous fera passer devant Lourdes Ermitage, un arbre source, des châtaigniers et serpenter au cœur d'une forêt préservée comme tous les environnements de La Gomera placés sous la protection de la Red Canaria de Espacios Naturales Protegidos : Benchijigua, la Puntallana, le parc naturel de Majona, le parc rural de Valle Gran Rey et le paysage protégé d'Orone. La Gomera, paradis des naturalistes La Gomera, véritable paradis pour les naturalistes, est toute entière, y compris la capitale San Sebastien, une réserve de la biosphère reconnue par l'Unesco depuis 2012. Une exception mondiale. C'est le seul territoire sur la planète à bénéficier de ce titre pour 100% de sa "surface".Vous le remarquerez très vite : entre la plage et la mer de nuage : 10° de différence ! Il ne pleut pratiquement jamais à La Gomera, pourtant l'humidité sur les sommets atteints des records. L'explication est double. Les hauteurs ralentissent le passage des nuages comme chacun sait, gorgés d'eau. Cette eau, les Gomeros parlent de pluie horizontale, est recueillie par les plantes, les troncs, les feuilles. À ce phénomène s'ajoute la condensation de la vapeur d'eau due à la différence de température entre les côtes et les sommets qui augmente considérablement la quantité d'eau dans le sol.Par conséquence, la végétation profite de cet apport d'eau engendré par ce cycle et conserve les feuillages durant toute l'année.Normalement dans les forêts la mousse sur les troncs d'arbres est au Nord mais ici la mousse recouvre la totalité des troncs. Ne comptez donc pas sur ce moyen pour vous repérer si vous êtes perdu. Comptez plutôt sur la pratique du sifflement, le «Silbo». Le Silbo : un langage millénaire ! Le silbo : un langage sifflé. Classé au patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco depuis 2009, le Silbo est enseigné à l'école dès 5 ans et nécessite 10 ans d'étude ! C'est une matière obligatoire au BAC. Le silbo de la Gomera est une des rares langues sifflées au monde. Elle a été inventée par les Guanches, premiers habitants de l'île, pour permettre une meilleure communication d'une vallée à l'autre lorsqu'il n'y avait pas d'autres moyens efficaces. Sa portée est estimée à environ cinq kilomètres.Des démonstrations de silbo sont organisées quotidiennement au restaurant Mirador de Abrante avec sa terrasse de verre qui surplombe le vide ! Les serveurs s'amusent à cacher les objets des touristes. Pour le siffleur qui n'a pas assisté aux dissimulations, il s'agit alors de réattribuer à chacun son objet grâce aux indications sifflées communiquées par son collègue. Ça marche à tous les coups !Une fois par an se tient le très célèbre Festival des Siffleurs. Une gastronomie locale très particulière À peine plus de 20.000 habitants se partagent la petite île de près de 370 km2. Et ils l'aiment leur Gomera. Jaime (dites Raïmé) par exemple, y est né. En a parcouru dès son plus jeune âge les routes escarpées, où souvent le vide est à gauche et à droite de la voiture. Plus tard, il emprunta ces routes avec un camion de livraison. Il faut oser ! Aujourd'hui, il "fait" le taxi. A mon sens, le taxi le plus sûr de l'île (notez ses coordonnées dans les infos pratiques).L'avantage avec Jaime c'est qu'il connaît la moindre parcelle de la Gomera, les points de vue d'exception, les bons restaurants... Certes, il vous conseillera de déguster les spécialités locales pour lesquelles il faut compter avec une petite période d'adaptation.Comme le Goffio, une farine de maïs toastée ajoutée dans les soupes telle le Potaje de Berros, un cresson local qui pousse au bord des cours d'eau. Sûr que ça vous tient au corps ! À suivre le Corteza del Puerco, de la peau de cochon grillée, enrobée de farine. On aime ou on n'aime pas. Le ragout de chèvre d'une tendreté jamais égalée. Le porc aux pois chiche, le Garbanzas. Délicieux, les poulpes, les poissons, les fruits de mer et surtout les inconditionnelles Patatas à la "arrugadas". Une micro production de pommes de terre jaune à la peau noire. Cuites dans une grande quantité d'eau salée jusqu'à évaporation, elles présentent une peau toute ridée où le sel a laissé un dépôt. Savoureuses avec les indispensables Mojo Verde ou Moja Piquente, deux sauces présentes sur toutes les tables. La verte à base de coriandre, la rouge de piments. On peut arroser les repas avec un vin local issu d'un petit vignoble, qui se teste, ne serait-ce que pour leur faire plaisir.On finit par un dessert, le Leche asada, du lait rôti, un Quesillo ou un Frangollo suivi d'un Leche-Leche, un café au lait concentré sucré, sucré... une régalade. Ou avec un Corto-Corto, un expresso servi avec un verre plein de glaçons dans lequel on transvase le café. Étonnant et surtout très rafraîchissant.Bien d'autres productions locales restent à découvrir notamment le mal nommé "miel de palme", un genre de sirop d'érable mais de palme, quelques liqueurs typiques comme la Parras, une grappa avec du jus de palme, des fromages de chèvre pimentés vendus en bocaux de verre... Et bien sûr des produits à base de bananes (platano) puisque la base de l'île est toute entière dédiée aux bananeraies. Lire aussi : Alcala de Henares, ville natale de Crevantes et refuge des cigognes !,  A cheval dans le cirque de Gredos, Pas de Madrid sans Miguel de Cervantes et inversement... Une expérience intransigeante et indélébile : le Camino del Rey Facettes de l'Andalousie : Malaga, la ville, le Festival gastronomique Lire l'article

Mars & Vénus, pour le meilleur et pour le rire…

Dans Spectacles
Mars & Vénus, pour le meilleur et pour le rire…

La comédie aux 1000 représentations est de retour à Paris et en tournée dans toute la France pour le plus grand plaisir des adeptes du rire. "Chéri range tes chaussettes !" ; "Chérie, où as-tu mis la télécommande ?" Autant de petites phrases qui rythment ce monde merveilleux de la vie de couple. Pourquoi Madame se pose des milliers de questions, pourquoi Monsieur s’en moque, comment fait-elle pour se plaindre tout le temps, d’où vient cette manie de Monsieur de se vanter à tout bout de champ ? Mars et Vénus, c’est la vie de couple revue et corrigée entre frustrations, malentendus, quiproquos et autres situations délirantes à admirer et partager le temps d’une soirée. Il est parfois difficile de qualifier des prestations tant elles frôlent l’excellence. C’est le cas de cette petite pièce d’une heure et de ses deux comédiens. Il n’est rien de plus difficile que de faire rire et c’est ce pari audacieux que relève brillement la pièce Mars & Vénus incarnée par Thom Trondel et Mélanie Belamy.La pièce met en lumière nos petits travers qui, volontairement grossis, génèrent le rire d’une assemblée qui les identifie aisément. Qui n’a jamais pesté contre son partenaire pour une malheureuse histoire de match de foot ou pour une sombre histoire de temps d’attente pour l’accès à la salle de bain... Mars & Vénus met ainsi en avant nos plus belles scènes de ménage ainsi que nos petits secrets de l’élaboration du couple jusqu’à la nuit de noce. C’est également une pièce qui a cette capacité incroyable à nous mettre en mouvement par le rire. On en ressort grandit et dans un sens remué par ce que l’on a vu et entendu car on réalise que Mars & Vénus, c’est nous. Au final, à quoi sert-il de générer des conflits pour un rien alors que chaque instant est si précieux et une fois perdu, il l’est à jamais ? Pour rependre la très belle citation de Donato Carrisi : "On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les heures, les jours, les années... mais personne ne nous explique la valeur d'un instant." Alors certes on rit, on s’amuse, on s’esclaffe de bon cœur mais on apprend aussi. Il est donc vrai que c’est une bouffée d’oxygène, un moment d’échange et de partage pour le meilleur et pour le rire mais c’est également en grossissant les situations que l’on apprend à se regarder droit dans les yeux, et à faire face grâce au rire à son propre reflet. Lire l'article

Montparnasse est devenue la place haute du roller

Franck Andersen Dans Insolite
Montparnasse est devenue la place haute du roller

Top Paris Roller : le bon plan insolite de la Toussaint. Montparnasse s’érige définitivement comme le symbole du Roller. Depuis plus de 20 ans, c’est le lieu de rassemblement des riders de la Rando Roller du vendredi soir. L’Observatoire Panoramique de la Tour Montparnasse marque encore plus le coup en installant à son sommet (210 mètres) une piste éphémère. L’ambiance, les lumières, la programmation musicale vont plaire aux danseurs. Un bar sert des boissons chaudes (non alcoolisées). L’ivresse demeure dans la vue... à 360° ! Quelle splendeur cette vue sur les toits de Paris. En hauteur... une belle façon de s’émerveiller du scintillement de la Tour Eiffel et de goûter au plaisir des terrasses. Deux soirées bien perchées sont programmées jusqu’à 23h : le samedi 28 octobre pour Halloween Party avec une pluie de bonbons au programme et le samedi 4 novembre pour une Saturday Night Fever endiablée. Entre amis, en couple ou en famille, tentez cette expérience dont le prix est inclus dans le billet d’entrée de la tour. Le prêt de rollers Quad (quatre roues) est gratuit une fois sur place. Vous pouvez venir également avec vos rollers que vous prendrez soin de chausser, une fois arrivés au dernier étage. Lire l'article

Des guides touristiques pour de nouvelles aventures !

Caroline Mzali Dans Litteroscopie
Des guides touristiques pour de nouvelles aventures !

Vous voulez partir en vacances mais ne savez pas quelle destination choisir ? Un Grand Week-end, Guides Voir, Le Routard, Les Carnets des Guides Bleus et Géo Guide éclairciront vos idées de voyages. Le temps d’un week-end, d’une semaine ou plus, ces guides touristiques sont idéals pour partir à l’aventure. Chez Hachette Un Grand Week-endPourquoi attendre les vacances pour visiter la France ? Un Grand Week-end propose deux nouveautés : Troyes et Orléans. Le premier guide propose de découvrir des bistrots rétro, des tables gastronomiques et des adresses à petits prix ainsi que des concerts, des clubs branchés pour profiter de la ville de jour comme de nuit. Le deuxième guide regroupe les adresses des meilleurs restaurants traditionnels et gastronomiques, des bars à cocktails, des clubs et concerts de musique classique. Le tout, le temps d’un week-end ! Orléans et ses environs – 8,95 €Troyes et ses environs – 8,95 € Guides VoirUn guide d’excellence avec des dessins en 3D, des cartes de chaque région, des plans de toutes les villes et les meilleures adresses à connaître. Partir dans des pays tels que le Sri Lanka ou dans la région de l’Ombrie peut être intrigant, mais rassurez-vous, il est bien difficile de se perdre avec les 400 photos et plans de Guides Voir. En avant pour l’aventure ! Sri Lanka – 20,50 €Ombrie. Assise, Pérouse – 19,95 € Le RoutardPourquoi partir à l’autre bout du monde alors que la France est riche de ses paysages divers et variés ? Le Routard propose le Train des Pignes, l’Auvergne, l’Alsace du Nord et la Manche pour de merveilleuses découvertes culturelles et naturalistes. Une particularité : Le Routard donne des anecdotes amusantes et surprenantes, le tout accompagné d’informations utiles pour bien préparer son voyage. Le Train des Pignes, de Nice à Digne-les-Bains – 5,90 €Moulins, Pays Bourbon. Auvergne – 4,90 €Alsace du Nord – 4,90 €La Manche, presqu’île normande – 9,90 € Les Carnets des Guides BleusTous petits et pratiques à transporter, Les carnets des Guides Bleus vous dévoileront les secrets du musée d’Orsay et du Mont Saint-Michel ! Et vous pouvez voyager encore plus loin: en Corée, à Angkor ou voir le Vatican. Un quiz et des repères chronologiques sont intégrés dans le guide pour tester et approfondir vos connaissances. Corée – 7,90 €Angkor – 10 €Le Vatican – 10 €Le musée d’Orsay – 10 €Le mont Saint-Michel – 10 € Chez Gallimard GeoGuideUne nouvelle ligne de TGV a récemment été mise en place pour raccourcir le trajet Paris-Bordeaux. Ça tombe bien, GeoGuide propose de découvrir Bordeaux et le bassin d’Arcachon en long et en large. Londres n’est qu’à 2h de Paris en Eurostar ! Un guide avec 150 photos, cartes, plans et infographies est désormais disponible chez GeoGuide dans la nouvelle collection GeoGuide Coups de coeur. Le guide convivial et illustré qui va à l'essentiel pour ne rien manquer. Ils ont lancé dix destinations. Le concept, l'esprit et la maquette sont complètement différents des GeoGuide.Pour un peu de fraîcheur, le guide propose une visite à Montréal. Et pour ceux qui aiment la chaleur et les pays ensoleillés, Cuba et Réunion font partie des dernières nouveautés ! Bordeaux et le bassin d’Arcachon – 9,90 €Londres – 11,90 €Réunion – 13,90 €Montréal – 9,90 €Cuba – 14,90 € Lire l'article

Découvertes dans l'Ain : vins, villages et gastronomie

Caroline Mzali Dans RTT France
Découvertes dans l'Ain : vins, villages et gastronomie

Arrivée à la gare de Bourg-En-Bresse au petit matin quand s'étendent les brumes poétiques sur les vignobles de l'Ain. Été comme hiver, le département offre une ambiance bucolique, un rien intrigante et mystérieuse, quand les brouillards rasants opacifient les paysages entre deux trouées ensoleillées. Reliefs, villages, vins, bonne chère... chacun trouve sa bonne raison de venir dans l’Ain. Les meilleurs vins sont dans l’Ain Les connaisseurs craquent pour l’Ain et ses vins exquis. Blanc, rosé, rouge ... Pétillant ou "tranquille" - comme l'on dit ici pour qualifier un vin sans bulle -, il y a en pour tous les goûts. L'Ain des villages comme l'Ain des vignobles se découvre en voiture. Arrêtons-nous un instant pour découvrir les différents vignobles. Certains petits devenus grands, certains exportent même principalement à l’étranger comme aux États-Unis, au Canada et au Japon. Allons à la rencontre des vignerons. Pour commencer, Franck Peillot vous fera faire un tour entre les différents échalas à Montagnieu, un petit village. Admirez ces vignes avant qu’elles ne soient mises en bouteille. La brume envahit le paysage. Une beauté ! Approchez-vous au plus près d'une excellente découverte : l’Altesse, un délicieux vin blanc avant de repartir pour Crept à la rencontre de la famille Bonnard. Sourires et accueil chaleureux. Romain et Anne-Sophie, la jeune génération des Bonnard, auront le plaisir de vous servir de gigantesques galettes aux oignons, potiron ou fromage accompagnées d’une bonne bouteille de Bugey, le vin pétillant iconique de la région. Situé plus en amont que les villages voisins, Crept offre une vue resplendissante sur les divers vignobles. Des champs et encore des champs de vignes. La brume toujours présente. Le temps s’arrête ou presque... Repartons chez Eric Angelot et Julien Quinard pour une dégustation dans la Maison Angelot et le Caveau Quinard, producteurs de rosé, rouge et blanc. Du vin pour toutes les occasions ! Bon à savoir : tous ces vignerons de l’appellation AOC Bugey ont obtenu le Label "Vignobles et Découvertes" cette année. Villages et Cités médiévales Prenez de bonnes chaussures pour vous promener dans les rues de galets de Pérouges, une cité médiévale classée parmi les plus beaux villages de France. Petite en taille mais riche en découvertes... le tour peut-être rapide si on ne prend pas garde aux moindres détails. Montées. Descentes. Montées. Descentes... On finit les cuisses bien musclées. Parmi toutes ces maisons de pierres se cache la Papeterie de Pérouges où vous pourrez découvrir tous les mécanismes de la fabrication de papier. A deux pas d’ici, une vieille église. En face, une vue panoramique. Et un restaurant de charme : l’Ostellerie, un magnifique restaurant vintage ! De délicieuses galettes de Pérouges sont à déguster avec la crème de Bresse. Savoureuses et sucrées. Ambronay, son Abbaye, son chef étoilé ! L’aventure continue ! En route pour Ambronay et sa magnifique abbaye. De style gothique flamboyant, elle date du début du IXe siècle. Un guide est recommandé pour découvrir son histoire et ses secrets. Depuis trente-huit ans, chaque année un festival musical se tient dans l’enceinte de l’abbaye. Cette année, le Festival de Musique Baroque nous a fait "vibrer" sur le thème du Souffle. Nous avons eu l’occasion d’écouter "Un Requiem imaginaire" de Jean-François Zygel. On se laisse bercer par la musique. Un véritable moment de détente... Dîner à l'Auberge de l'Abbaye* La soirée touche à sa fin. Il est temps d'aller dîner, juste en face de l'abbaye, à l’Auberge de l’Abbaye, LE restaurant étoilé de la région. Entiérement rénové il y a quelques mois, la salle de restaurant accueille grandes tables comme "tête à tête" discrets dans une décoration contemporaine, épurée et chic. Forts de leur étoile au Michelin, acquise en 2012 et renouvelée chaque année depuis, le Chef Ivan Lavaux et son fidèle bras droit Jérôme Busset, font la part belle à une cuisine "Marine et Végétale". Fidèle aux principes de base de la gastronomie, le Chef Lavaux ne cuisine que les meilleurs produits du marché. Les légumes d'Annie Bertin ont toutes ses faveurs. La cultivatrice livre tous les restaurants de la région et fournit à l'Auberge de l'Abbaye des légumes d'une fraîcheur exquise et des goûts d'exception. Les végétariens sont les bienvenus avec de belles assiettes de légumes présentés à la façon du Chef. Raffinement et créativité sont les mots d'ordre pour une cuisine du marché - nous avons goûté un magnifique et généreux filet de merlu - et des menus de saison. Notons les beaux plateaux de fromages, une sélection de douceurs pour finir en beauté. La carte des vins est à la hauteur des mets. Une nuit à l'école ?! la Maison d’Ambronay Cette ancienne école primaire aménagée en chambres d’hôtes est tenue par Nathalie Schlienger, une hôtesse de qualité qui accueille à bras ouverts les visiteurs attirés par un retour sur les bancs de l'école. Une fois poussée la porte de la chambre, on tombe dans un passé d'enfance nostalgique, un rien troublé par ce mélange d'ancien et de moderne très réussi ! Chaisses et tables viennent tout droit de l'école primaire, on retrouve l'ardoise, le bureau de la directrice d'école, les cartes géographiques et les cahiers. Les grottes du Cerdon Après une bonne nuit de sommeil, partons en visite aux grottes du Cerdon. Une aventure extraordinaire à partager avec ses enfants. Ceux-ci se mettent à la place des archéologues pour découvrir des fossiles enfouis dans le sable. Après les activités en plein air, place à la découverte des grottes souterraines. Stalactites et stalagmites, humidité et fraîcheur, jeux de lumières... Un conseil : prévoyez des vêtements chauds pour ne pas vous geler les doigts !Terminons ce séjour dans l'Ain, avec un déjeuner au restaurant le Panoramique dont la spécialité, la "potence", vaut largement le détour avant de s'aventurer au pays de la soie à Jujurieux. Un minuscule village doté d'un fabuleux musée de la Soierie où l'on apprend l'histoire de la production de soie dans la région. Gourmandises, beauté des paysages sous le soleil ou sous la brume, charme des accueils, l'Ain est riche en découvertes et sait toucher le cœur de ceux qui s'y adonnent. Lire l'article

Dernière Minute : Baisse de prix sur Nouvel An à New York

Judith Lossmann Dans Tourisme industriel
Dernière Minute : Baisse de prix sur Nouvel An à New York

Extrait du communiqué de presse du 18 octobre 2017 Equinoxiales propose maintenant son « Nouvel an à New York » (6 jours/4 nuits) au prix de 1539 € (au lieu de1759 € ).De plus si la réservation est faite d’ici le 31 octobre, le ticket pour la croisière Statue de la liberté / Ellis Island est offert.Départ unique le 29 décembre 2017 .Le prix comprend : le vol Paris /New York A/R, les transferts aéroport/hôtel A/R, 4 nuits à l’hôtel Hampton Inn Seaport *** à Manhattan , les petit déjeuners continentaux , la visite de Manhattan avec guide francophone le jour 2. Beaucoup de temps libre pour ajouter des visites optionnelles ou se laisser guider par l’inspiration du moment.. Lire l'article

Concarneau : thalasso et ville close

Judith Lossmann Dans Spas & Thalasso
Le spa marin de la thalasso de Concarneau en Finistère

Les mouettes, le ressac, l'odeur des algues... associés au vent, au cocooning d'une thalasso et à une bonne table, ça vous tente ? La thalasso de Concarneau Il y a à peine plus d'un an, la thalasso de Concarneau ouvrait ses portesUne énième Thalasso me direz-vous ? Oui. Et non. (Pardon ça c'est Normand). S'il est vrai que les thalasso sont légions en Bretagne, elles le sont moins en Finistère où chacune d'entre elles possède ses spécificités. Celle de Concarneau, une signature Thalgo, est un juste milieu entre ses deux cousines plus anciennes. Si l'esprit thalasso y est moindre, on le doit sans doute à l'installation tardive d'un centre de soins aux côtés de ce qui devait initialement être seulement un hôtel et… aux dimensions très raisonnables des espaces dédiés. Sauf une salle de repos digne de ce nom, il ne manque rien. Tout y est. Piscine d'eau de mer chauffée, bains à remous, hammans, saunas ...  accessibles à tous y compris aux résidents de l'hôtel qui bénéficient de ces infrastructures fort confortables, disons-le ! Massage aux coquillages à la thalasso de Concarneau En revanche, les salles de soins, cabines duos, cabines solos, balnéothérapie, bains de toutes sortes sont exclusivement réservées aux curistes. Tous les soins et protocoles visages et corps sont réalisés par des petites mains douces et expertes formées aux méthodes et produits Thalgo. Une garantie de qualité et une pérénité des savoir-faire qui fait la force d'une marque iconique également capable de se renouveler. Pour preuve ce soin corps exclusif de 60 min joliment baptisé Balade à Concarneau qui conjugue modelage et conte musical diffusé pendant le soin ... Un véritable voyage dans ces contrées parfumées et authentiques que sont la mer d'Iroise et le Finistère sud.Un soin visage ExcellenceAutre belle surprise le soin visage Excellence. Un soin anti-âge, ultra complet. Pendant 90mn, d'étape en étape, la peau est nettoyée, gommée, unifiée, nourrie pour finir visiblement rajeunie, rebondie, repulpée et libérée de ses petites rides et ridules. Ma préférence dans ce soin, le massage type palpé-roulé, qui ressemble aux pincements Jacquets, pratiqué avec délicatesse mais fermeté pendant de longues minutes. Pas vraiment contemplatif ce soin mais efficace ! On a l'impression que la peau remonte. Et ce n'est pas qu'une sensation. Mesures faites, la peau gagne 33% de fermeté !On nous avait annoncé de grandes nouveautés comme cette cure minceur, manger en conscience… c'est chose faite ! Tout droit venue des sphères psycho-holistiques : manger (et donc mincir) en pleine conscience apprend à reconnaitre et à respecter tout les mécanismes de l'appétit et de la digestion. Notre corps est un temple… qu'on se le dise ! Quant à la carte des soins, elle s'aggrandit tous azimuts : pour les femmes, les jeunes mamans, les hommes... Il y a pléthore de possibilités pour se faire du bien. A vous de choisir.Les chambres et le restaurantCôté infrastructure : les chambres sont agréables et confortables, agrémentées d'un minimum de confort avec le kettle-set. Le restaurant placé sous la créativité du chef Lereste, un passionné d'épices, propose bien sûr des produits de la mer, un buffet poissons fruits de mer tous les vendredis, une carte et des menus quotidiens. Une cuisine parfois inventive mais parfois moins et qui perd de son attractivité pendant le buffet du lundi soir. Le petit-déjeuner a été plutôt conçu pour les becs sucrés. Si vous êtes un inconditionnel du breakfast vous serez déçu ! Lait de soja !? Sur demande. Piscine de la thalasso de Concarneau Rayonner autour de la thalasso : Concarneau Comme on ne peut pas passer une semaine en thalasso sans sortir de sa bulle, je vous conseille de rayonner à Concarneau et alentours. Ici la région est d'une beauté magique. La mer est douce et l'anse de Concarneau protégée des coups de mer. Face à l'hôtel, il suffit de traverser la route pour accéder à la plage et au chemin des douaniers qui vous conduira sur des kilomètres sur une merveilleuse promenade en bord de mer. À 40 min à pied -en marchant lentement- les fortifications de la ville close de Concarneau n'attendent que vous. Attention cependant à ne pas vous faire avoir par les artifices des commerçants qui proposent bien souvent des marchandises venues de partout sauf de Bretagne. Au risque de ne pas goûter le meilleur du Finistère, gardez-vous aussi d'acheter dans des échoppes dont le développent commercial compte plus que la qualité et préférez des conserveries locales ayant pignon sur rue depuis plus d'un siècle. Vous rêverez certainement de manger le meilleur kouingaman de votre vie, là encore, interrogez les habitants, ils vous donneront leur adresse favorites. Quant aux crêpes, à mon avis les meilleures de la ville sont au petit chaperon rouge, presque en face de l'Office du tourisme. Envie d'aller plus loin... Pont-Aven ! Terre d'élection des peintres pendant plusieurs décennies, Pontaven fut prisée de Gaugin notamment et de peintres américains qui recréèrent ici un petit Montmartre ou un Montparnasse. Au cœur de cet embrassement créatif quelques pensions de familles, sans lesquelles rien n'aurait été possible, jouèrent le jeu des peintres sans un penny dont la fameuse pension Sylvia. Un intéressant musée est né à Pont-Aven. Il retrace la naissance et le style de peinture dite École de Pont-Aven et dispose d'une collection permanente et d'un fond spécifique très apprécié des étudiants français comme étrangers avec près de 4000 volumes dédiés à l'école de Style Pont-Aven.Les rues de Pontaven abritent quelques très belles boutiques. Certaines, tout près du musée ne font partie des plus aimables d'entre-elles. Ce qui vaut pour Concarneau vaut également ici, où vous serez récompensé de monter quelques rues et de pousser un peu le pas pour rencontrer un accueil bien plus agréable. Voir nos adresses dans la fiche pratique. Encore plus loin : la route des peintres en Cornouaille A la pointe de la Bretagne Sud, laissez-vous séduire par la richesse et la diversité des six communes regroupées autour des peintres en Cornouailles : Clohars-Carnoët - Le Pouldu, Moëlan-sur-Mer, Le Faouët, Quimperlé, Riec-sur-Belon et bien-sûr Pont-Aven. Tous ces charmants villages recèlent des trésors d'architecture, de peintures et de plages et criques à découvrir au fil de l'océan ! Le tout sans trop vous éloigner des invitations bien tentantes de la thalaso de Concarneau, laquelle vous sert ici de camp de base !   Voilà de quoi occuper agréablement un week-end prolongé. Entre la thalasso de Concarneau, la visite des villes et une longue balade, mieux vaut prévoir 3 jours et 2 nuits pour profiter des merveilles de cette région parmi les plus belles de notre douce France. Lire l'article

Magazine 3.00

Couverture du numéro 49 du magazine La Vie Est Belle Voyages

La Vie Est Belle Voyages n° 49 est disponible

fenetre abonnement

ireland